Les voyages immobiles…

31 mai 2011

Orchidées au jardin

Nouveau rendez-vous pour la communauté de Hauteclaire, « entre ombre et lumière »  , ICI,, dont le thème aujourd’hui est orchidées.

Les orchidées exotiques sont très belles, éblouissantes nacres mystérieuses. Mais, chez nous, en Europe, la nature offre aussi de réelles petites beautés. A caresser des yeux car beaucoup sont en voie de disparition. Alors, s’il vous plaît, admirez mais ne cueillez pas, merci.

J’ai la chance d’avoir une pelouse propice à ces jolies petites originales. Lire mes précédents articles dans la catégorie  » orchidées indigènes ».

Cette année leur nombre a  doublé.

L’orchis pyramidale est la plus importante avec plus de quatre vingt plants fleuris. Beaucoup de petits espoirs ont pointé leurs plumets verts un peu partout. Ce qui fera le bonheur de maints insectes tels que ce longicorne à gauche ( stictoleptura cordigera). Les coccinelles et leurs larves, inlassables, fouillent, chassent sur ces terrains fuchsias. Le cri du puceron, le soir, au fond des orchidées, vous n’avez jamais entendu? Brrr, à vous glacer le sang! 🙂

Petit coin sauvage-

La guerre élytres et antennes

Séduction orchis

.

Un seul et unique exemplaire , à un pas de l’étendoir, m’a émerveillée. Après quelques recherches, j’ai

lu qu’il existe des orchidées albinos. Celle-ci serait une orchis abeille dépigmentée. Si seulement elle voulait bien se plaire et croitre.

.

Bijou inconstant-

Une orchidée au soleil

Abeille séduite

.

Ce printemps voit aussi s’élargir l’aire d’une autre pittoresque. Un peu… non, assez gênante, elle s’est prise d’affection pour l’étendoir.  Une quinzaine d’ébouriffées se dressent sur deux mètres carrés environ.

Belles?  Pas vraiment. Mais très intéressantes, intrigantes à souhait.

.

Près du chèvre-feuille-

L’orchis bouc , rubans au vent

Cache l’araignée

.

Pas égoïste, Himantoglossum hircinum ( orchis bouc) accepte la compagnie de quatre autres cousines:

Anacamptis pyramidalis ( rose foncé)

Ophrys apifera ( rose clair)

Ophrys lutea ( jaune vif)

Serapias vomeracea ( pourpre)

En octobre, s’exhale un parfum vanillé, près de l’escalier ( première photo en haut ).  J’ai cherché et cherché encore…. et enfin, par hasard,j’ai fini par trouver.

Une tige  très verte à l’assaut de laquelle montaient de petites taches blanches. Elles étaient minuscules et se distinguaient à peine dans l’herbe desséchée, blanchie par l’été. Seulement trois spécimens . A quatre pattes, reniflant ma découverte, j’avais bonne mine. 🙂 Mais cela m’était égal. j’étais aux anges.

Intrigue vanille-

Une enquête au ras du sol

Surprise orchidée

.

MMR ( tous droits réservés)

28 mai 2011

papillons bis

Mon talus exposé  plein soleil, surplombé d’un mur, est assez sec en ce moment. Les valérianes s’en accommodent fort bien. Les œillets mignardises souffrent un peu entre sauge, lavande et gaura. Cette folie fleurie attire une foule gourmande:

Des DIPTÈRES

Tels que les mouches, les syrphes….

Mais encore

des

HYMÉNOPTÈRES 

nombreuse famille d’abeilles, bourdons, guêpes…

A droite, voici une abeille charpentière

Vaillante petite bête, pas du tout agressive, qui fera l’objet d’un article particulier très bientôt.

Les

ORTHOPTÈRES 

les crickets, les sauterelles.

Pour les distinguer, un truc: la sauterelle a les antennes les plus longues.

Cette belle très occupée à chasser son repas est une aide précieuse tout comme les coccinelles. Elle mange beaucoup de petits parasites: mouches, chenilles….

Les

LÉPIDOPTÈRES

De magnifiques papillons, poésie aérienne et gracieuse, un peu trop rare à mon goût. Mais parfois, une visite inattendue me comble de bonheur. Blancheur neigeuse des piérides …

Depuis trois ou quatre jours, est apparu, à l’heure où le jour vire au parme, un petit excité, original, mais pas vraiment beau. Ce visiteur est un Moro sphynx.  Avant hier, j’en ai vu trois en même temps. C’était la première fois que j’assistais à un tel ballet de la part de ce papillon.

Un autre petit affamé m’a fait la grâce d’un grand spectacle pendant plusieurs minutes.

Mes pas me portent, comme habitude, à l’avant de cette levée de terre rapportée. Il s’y passe toujours quelque chose. Je dérange un éclair beige et feu.

j’ai cherché à l’identifier. Je crois que c’est le Lycaena phlaeas. Nommé aussi Le bronzé ou le Cuivré commun. Il aime les friches. C’était amusant de l’observer:  » Tiens, j’me prendrais bien un p’tit coup d’ valériane! ». Après avoir consciencieusement tout piétiné, pompé le nectar rose, le voici, un peu fatigué sans doute, qui se pose au sol battant à peine ses ailes. Puis, une nouvelle envie le porte vers le souffre de la santoline.  Même manège. Il ne veut rien laisser échapper . Une aile d’oiseau un peu trop rasante, un coup de vent ébouriffant et… fini, parti, vers d’autres butins, d’autres agapes….

MMR ( tous droits réservés)

27 mai 2011

Haïcook

Filed under: mini poèmes, Haïkus, tanka, haïbuns... — Étiquettes : , , , — Martine @ 5 h 21 min

Pour le rendez-vous du « Coucou du haïku, ICI , une suite est donnée à la ‘Cuisine » de vendredi dernier. Cette fois, Mamylilou et Alice nous demandent des haïkus culinaires…

Certains menus nous marquent à vie.

En 1961, après une nuit passée dans la voiture ( à sept!) près de l’Aude, à Allet les Bains, nous reprîmes la route épuisés et grognons. A Puivert, l’hôtel  « Chez Milou » put accueillir notre grande famille. A midi, nos appétits d’ogres savourèrent un merveilleux repas:

Entrées de saison-

Des escalopes milanaises

Glaces, chantilly

.

Celui de mon mariage fût un vrai casse-tête. Personne n’était d’accord. Finalement nos invités découvrirent dans leurs assiettes:

Foie gras de canard-

Des tournedos Rossini

Gâteau choco blanc- framboises

.

Parfois, le souvenir est négatif. En 1977, à Capbreton,au bord du lac, un petit restaurant adorable nous fît un clin d’œil. Affamés, les jeunes mariés que nous étions s’installèrent ravis face à la superbe vue. Les assiettes arrivèrent:

Salade laitue-mâche-

Paëlla, poulet Basquaise

Un sorbet citron

Les feuilles étaient délicieusement relevées de vinaigre balsamique, ail et noix.Puis on me servit mon poulet garni de riz. Zut! me dis-je. Avec la paella qui va suivre, cela va faire beaucoup. Le garçon revient et nous demande ce que nous désirons comme dessert. Je le regarde interloquée et lui réclame ma paella. Il part en cuisine se renseigner. Revient peu après, sans me répondre, il se tourne vers ma douce moitié et répète sa question. La moutarde me monte au nez et je réitère ma demande.  » Mais vous l’avez eue madame avec le poulet! » laisse-t-il tomber dédaigneux.  » Quoi! Ce riz tomate,avec une crevette et une coquille de moule vide, vous osez appeler cela une paella? ». J’ai laissé tomber mais j’ai eu du mal à digérer cette arnaque!

.

Heureusement, ce genre d’incident a été rare dans ma vie.Un souvenir qui fera date : le 19 décembre 2010. Pour fêter mon anniversaire, mon Cher et Tendre m’avait fait une surprise de taille. Un restaurant 3 étoiles ( ou 4, qu’importe), dans le cadre merveilleux d’un petit village pittoresque. Professionnalisme, convivialité, perfection des mets.  Mon cadeau ( un bracelet de toute beauté) offert entre la mise en bouche et l’entrée. Ce fût parfait!

St Jacques en tartare-*

Magret, croustillants légumes*

Feuilleté miel, choco blanc*

.

En fait voici le vrai menu , trop long pour en faire un haïku:

*Tartare de St Jacques poêlées en coques de navet

*Magret grillé effilé et son croustillant d’aubergine à la tomate

*Feuilleté de mousse au miel et chocolat blanc, coulis de framboise

MMR ( tous droits réservés)

24 mai 2011

Que d’or! Que d’or!

Filed under: entre ombre et lumière — Étiquettes : , , , , , , — Martine @ 3 h 38 min

Pour le thème « prospérité » de la communauté de Hauteclaire, ICI j’ai pensé à l’or.

L’or au chant silencieux des champs de tournesols .

Lourdes têtes étalant leurs collerettes dorées,

Réchauffant les paysages en pays Lauragais.

.

Vagues sous tramontane,

Ondulations safran,

Notes sirop de miel

A l’accent occitan,

L’été caresse l’or

Du pays de cocagne

.

Pays de cocagne: explications ICI, se situe entre Toulouse, Albi et Carcassonne dans le Languedoc.

MMR ( tous droits réservés)

22 mai 2011

Papillon

Filed under: papillons — Étiquettes : , , , — Martine @ 7 h 25 min

Nous sommes au printemps paraît-il? Ce jour, au jardin, c’est plutôt le plein été! Le pittosporum commence à perdre de sa blancheur. Son parfum discret de fleur d’oranger attire une multitude d’abeilles, mouches et… papillons.

Certains s’arrêtent un instant…. se délectent une brève seconde et fuient à mon approche….

Je ne me risque pas à les nommer. La tâche se révèle trop ardue.

Si quelqu’un peut me renseigner, merci par  avance. Ce petit gourmand reviendra peut-être…

Mais un hôte de marque m’offre une belle émotion. Tranquille sur son transat iris, séance bronzage pour ce vulcain. Une poésie frémissante de vie.

Patient et accommodant il semble me dire:  » Je t’en prie Martine. J’ai tout mon temps. Va prendre ton appareil. Je t’attends. » Vite, un saut à la maison et retour vite fait. Chic! Il est toujours là. Il pose, fait sa star ou bien s’en moque comme de sa première écaille. Puis, décide que ça commence  à bien faire. C’est pas tout ça mais, c’est l’heure de manger. Les valérianes aux couleurs de framboises, de groseilles l’attirent irrésistiblement….

Parfois,  d’un vol gracieux il s’éloigne , semble chercher quelque chose puis revient , légère plume au vent , pour poser sa délicatesse avide de sirop.

L’adresse est bonne . Le massif  bien fourni , alléchant à souhait. Vulcain est comblé et s’en donne à trompe que veux-tu.

Des instants merveilleux où le Temps suspend son vol à l’image de ce magnifique papillon.  J’ai appris que c’était un grand migrateur. Mais certains individus restent et passent l’hiver près de la Méditerranée.

Celui-ci m’a fait la joie de rester jusqu’à la nuit…

MMR ( tous droits réservés)

Le papillon qui m’intriguait se nomme « Belle dame ». Merci à Lucie , ici, pour ce renseignement 🙂

20 mai 2011

A la cuisine

Filed under: mini poèmes, Haïkus, tanka, haïbuns... — Martine @ 7 h 19 min

Pour le rendez-vous du  » coucou du haïku » et son petit défi du vendredi, ICI , sur une photo de Mamylilou:

.

Décors à l’ancienne-

Collection chaudrons et poêles

Corvée cuivre rouge

.

Octobre au château-

Pour cinquante vendangeurs

Cuisine enfièvrée

.

A la Chandeleur-

Jeune épousée aux fourneaux

Hop! Crêpe au plafond!

……….

Dimanche matin-

Mains plongées dans la farine

Madame cuisine

.

Monsieur en est tout ému

Oubliée la tarte aux fruits

……….

Retour de l’école-

Chaudes fragrances vanille

Gâteau chaud du four

.

Chahuts et rires gourmands

Maman, heureuse, partage

……….

A l’heure du merle-

Petit déjeuner surprise

Mari amoureux

.

MMR ( tous droits réservés)

17 mai 2011

Champs et coquelicots

Pour le rendez-vous , ce mardi, de la communauté de Hauteclaire « ombre et lumière » ici, le thème est champs et coquelicots

.

Paysages de fine poésie, les coquelicots touchent les âmes de leur chaude délicatesse. Bien des peintres impressionnistes ont laissé courir leurs pinceaux tels que Manet, Monet, Bonnard…

Je n’échappe pas à cet envoûtement….

Voici deux de mes pastels secs sur ce sujet: (collections particulières):

Les coquelicots

Le temps d’un soupir

Offrent au soleil de mai

Leur danse satin froissé…

.

Sous le cers ou la tramontane

Ces souples ballerines ,

Coquettes, fraises et groseilles,

Papillonnent , fausse timidité,

Leurs regards passion gitane…

.

Cœur anis ourlé réglisse

Attire maints petits visiteurs,

Baisers patte de mouche,

Chansons des amours brèves

Sur nuage pollen enfiévré…

.

MMR ( tous droits réservés)

15 mai 2011

Entre ciel et mer

Filed under: Océan et Bassin d'Arcachon,Poèmes — Étiquettes : , , , , , , — Martine @ 5 h 41 min

Vapeur or et saphir

Ondulant sa soierie,

Le temps se délite,

Perd de sa consistance.

Entre ciel et mer bleus,

Le souffle s’alanguit,

Les pensés vagabondent

Chevauchant l’irréel.

Peignant l’esprit des vagues,

Fins reflets aquarelle,

Les doigts filtrent l’instant,

Décantant sa douceur.

Bulles sourires et joie

Sur les heures inversées,

L’imaginaire gouverne

Sa barque songe-creux…

.

MMR ( tous droits réservés)

13 mai 2011

Mobilier

Filed under: mini poèmes, Haïkus, tanka, haïbuns... — Étiquettes : , , , — Martine @ 5 h 56 min

Pour le rendez-vous du  » Coucou du haïku »  ici et son petit défi du vendredi sur une photo de mamylilou, voici ma participation :

.

Vaste cheminée-

Les belles veillées d’antan

Sans télévision

.

La machine à coudre-

Pas de vacances pour Maman

Cinq mômes à vétir

.

Lit en merisier-

Il dormait sous un hangar

Perchoir à poules

.

MMR ( tous droits réservés)

11 mai 2011

Champ d’orchidées

Nous voici bientôt à la mi-mai, mon champ d’orchidées arrive au summum de son épanouissement.

Dans la lumière du soleil levant, les teintes brillent, se détachent avec une netteté parfaite.

Trois sortes d’indigènes cohabitent gentiment sur zone, face au talus à la floraison plus conventionnelle.

Anacamptis pyramidalis

D’un rose très foncé, proche du fuchsia, presque blanc au cœur des petites fleurs. C’est la teinte dominante chez cette variété. Parfois, une timide, beaucoup plus pâle, apparaît. D’un seul spécimen il y a quatre ans, aujourd’hui leur nombre va croissant. Ce qui me réjouit. Je n’ai pas compté les pieds de tout ce joli petit monde.  Ces nombreux boutons offrent refuge à maints petits insectes. J’ai remarqué des pucerons noirs. Évidement, les araignées ne sont jamais loin. L’ ombre se fait vorace et impitoyable.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

C’est la loi du plus fort.  Une belle se multiplie avec enthousiasme: Serapias Vomeracea.  D’un seul individu il y a 4 ou 5 ans, le nombre atteint aujourd’hui la dizaine. Curiosité semblant me tirer la langue.  Son rouge sang est un théâtre où le drame joue à guichet ouvert…

Terminons le petit tour quotidien par ma jolie petite Ophrys apifera.

Je crains que cette année, elle ne soit la seule de sa fratrie à me sourire. Les deux plus anciennes, entre olivier et étendoir ont disparu. Deux « filles »  s’étaient installées de l’autre côté de cet arbre. Mais , à leur place,  règne le  vide herbeux et terreux. J’espère que celle-ci va  offrir  généreusement à mon petit univers ses graines minuscules…

J’aime sa bouille de lutin farceur.

MMR( tous droits réservés)

nota:

Plusieurs personnes m’ont dit:  » ce serait plus pratique si tu avais l’abonnement à la newletter! »

A droite de l’écran, on peut s’abonner en cliquant sur le flux rss des articles.

Merci 😉

Older Posts »

Powered by WordPress