Les voyages immobiles… … de Martine Madelaine-Richard

3 mars 2010

Bienvenue

Filed under: Actualités,Méli-Mélo — Martine @ 18 h 01 min

Bienvenue sur mon blog.

Un petit univers où vous découvrirez mes souvenirs, des expériences techniques, un événement marquant, des peintures, poèmes et autres photos… Vous pourrez suivre mon actualité picturale ou littéraire. Je vous souhaite une bonne visite.

Cordialement Martine MADELAINE-RICHARD

RECUEIL de POÉSIE n°1:  TARENTELLE: ICI

RECUEIL De POÉSIE n° 2: ESCAPADES BLEUES… OR  escapades bleues_v1pour tout renseignement:  voir ICI

Recueil n° 3 composé de nouvelles: PAROLES DE JARDIN

voir ICI

………………………………………………………..

* La communauté d’ABC: Le nid des mots: ICI

 

* La communauté d’Adamante : L’herbier de poésie:  ICI

************************************************

Les commentaires sont fermés seulement dans Bienvenue, suite à beaucoup d’erreurs de mes visiteurs.

Pour commenter mes pages, descendez au bas de chaque article et cliquez sur « commentaire » svp, merci

19 mai 2024

En rouge et noir

Filed under: animaux, insectes... — Étiquettes : , — Martine @ 6 h 58 min

.

Au cœur des fleurs en offrande

Phébus flatte, caresse,

Trace un chemin scintillant

Vers leurs soies flavescentes.

.

.

À l’heure méridionale,

Frac feu et pantalon noir,

Quelques coléoptères

Font bombance de nectar.

.

MMR ( tous droits réservés)

Sur la marguerite: Trichodes apiarius: le clairon des abeilles. Famille des Cleridae, sous-famille des Clerinae. Ce coléoptère a la particularité d’élever ses larves au dépend des abeilles. Ce qui ne l’empêche pas d’être un excellent pollinisateur.

Sur le coquelicot: Stictoleptura cordigera: le lepture porte- cœur.  Famille des Cerambycidae  Cet autre coléoptère est un pollinisateur aimant les ombellifères ( telles que les carottes). Mais il ne dédaigne pas d’autres fleurs telles que les œillets, l’orchis pyramidale…

15 mai 2024

Renga n°5

Filed under: l'herbier de poésie — Étiquettes : — Martine @ 7 h 17 min

.

Voici pour ce cinquième Renga, deux groupes, avec comme consigne de partir d’un même vers: « devant la barrière »:

Le premier, composé  de: Claudie , ABC, Jill Bill

 

Devant la barrière ( Claudie)

la forêt mystérieuse-

cap sur l’aventure!

 

aventure sous-marine ( ABC)

des coraux en péril

*

A travers les nues ( Jill Bill)

flânerie en mongolfière

terre mosaïque

 

des villes urbanisées ( Claudie)

habitacles troglodytes

*

coucher de soleil  (ABC )

sur lelit du Saint Laurent-

les colons débarquent

 

le chien loup dresse l’oreille ( Jill Bill )

un renard lorgne les poules

*

entre chien et loup ( Claudie)

le mystrèe est bien touffu-

barque à la dérive! barque à la dérive!

 

un cerf brame au fond des bois (ABC)

dans le ciel la lune s’éclipse

*

Perrette rêvasse ( Jill Bill )

tour du monde dans sa tête

pot au lait dessus

 

ne vous payez pas sa tête ( Claudie)

la vie est un grand défi

*

sombre ciel nocturne ( ABC )

ses grêlons de la colère

arbres foudroyés

 

faire tomber les barrières ( Jill Bill )

libre comme tous les vents

********************

Le second groupe est composé de: Balaline , Martine, Adamante

 

Devant la barrière ( Balaline)

des parfums de seringa

douceur d’un regard

 

les yeux bleu gris de grand-mère ( Martine)

m’expliquant le point de croix

*

point de l’évasion ( Adamante )

je chevauche avec Zorri-

le lavoir coasse

 

escapade ensoleillée ( Balaline)

notre galop dans les vagues

*

l’été en Camargue- ( Martine )

gardians, taureaux, flamands roses …

et les tellines!

 

deux lèvres brûlées de sel  ( Adamante)

aspirent au baiser du froid

*

la mer apaisée ( Balaline )

la brise dans la voilure

respirer ses rêves

 

à la proue du voilier blanc ( Martine)

juste toi, moi et l’amour

*

éperon de feu ( Adamante )

tourbillon de la poussière-

un repos cendré

 

la nuit chemine lentement ( Balaline)

l’enfant dort au clair de lune

*

nuit bleue africaine- ( Martine )

tam-tams, chants, danses sans frein

aube d’un bébé blanc

 

la tête couronnée d’or ( Adamante )

la voix du silence fuse

*

MMR ( tous droits réservés)

12 mai 2024

La cascade

Filed under: Méli-Mélo — Étiquettes : , , — Martine @ 6 h 46 min

 

 

Le gave impatient

Se rue dans la faille,

Saute d’herbes en rocs

Vers ses noces iodées.

 

.

Au seuil du précipice

Chaos et véhémence,

Indomptable, l’eau plonge

Fracassant son cristal.

.

 

 

 

 

 

 

 

 

.

MMR ( tous droits réservés)

5 mai 2024

Miaou!

Filed under: Poèmes — Étiquettes : , , , , , — Martine @ 6 h 36 min

Miaou!

Chatte au soyeux langoureux

Aux feulements feutrés

.

Miaou!

Tous les matous de l’ombre

Vont venir

Subjugués

Se rouler à vos pattes

.

Miaou!

Un rêve passe

Taché de nuit

.

Miaou!

Chatte

Panthère

Tigresse

.

Miaou!

Quel que soit votre nom

Entre griffes et ronrons

Sous ce masque verni

Le mystère se tapit

.

MMR ( tous droits réservés)

28 avril 2024

Le forficule

Filed under: animaux, insectes... — Étiquettes : , , — Martine @ 6 h 27 min

Pauvre insecte mal aimé qui ne mérite pas sa mauvaise réputation! Lui aussi pourrait chanter la chanson de Johnny Hallyday:  » Quoi ma gueule? Qu’est-ce qu’elle a ma gueule? »

Forficula auricularia; insecte dermaptère; famille des forficulidae. Son nom vient des cerques ( pinces)

.

Absolument inoffensif. C’est un excellent auxiliaire du jardinier. Polyphage, il aime les végétaux prêts de se décomposer comme les fruits trop mûrs. Il raffole de pucerons, de psylles ( ennemis des arbres fruitiers)

.

Fuyant la lumière ( lucifuge), le forficule recherche trous, fentes, écorces dégradées, pierres… La nuit venue, il part en chasse.

Pourquoi perce-oreilles?

Parce qu’on le retrouvait souvent dans les fruits à noyaux très mûrs. Les quartiers de pêches ou d’abricots étant nommés oreilles ou oreillons, le nom de perce-oreilles est demeuré.

.

MMR (tous droits réservés)

Pour en savoir plus sur cet insecte extraordinaire: https://passion-entomologie.fr/le-perce-oreille-commun-forficula-auricularia/

21 avril 2024

Coquelicot et Loup garou

Filed under: Poèmes — Étiquettes : , , , , , , , , — Martine @ 4 h 50 min

 

Loup garou et Coquelicot

Immodestie autour du cou

S’en vont courir le guilledou

.

Coquelicot et Loup garou

Tendres dessins sous le manteau

Échangent baisers d’amadou

.

Loup garou et Coquelicot

S’acheminent droit vers le houx

Qui dissimule leur château

.

Coquelicot et Loup garou

Jouent au voyou et à l’agneau

Sur tapis de mousse tout doux.

.

 

 

 

 

 

 

 

 

MMR (tous droits réservés)

Merci pour tous commentaires extrêmement appréciés

14 avril 2024

La belle et la bête

Filed under: l'herbier de poésie — Étiquettes : , , , , , , , , — Martine @ 5 h 54 min

Pour la page 232 de l’Herbier de poésies, Adamante nous propose d’écrire sur un photo d’ABC

.

Le soleil chauffe agréablement l’atmosphère d’une belle matinée d’avril. Les oiseaux, occupés à leurs amours, chantent dans tous les coins.

Édelinne avance lentement, profitant à plein de tous ses sens: les trilles et gazouillis, les couleurs des fleurs, les mille et une nuances du vert printanier et les parfums. Ah! Toutes ces odeurs sont si enivrantes après le long hiver. C’est une jeune brune aux yeux pervenche, grande, élancée, teint halé et joues roses, se moquant bien de sa beauté. La chevelure libre légèrement emmêlée,  elle se promène, droite et sereine, dans sa petite robe grise élimée aux poignets, balançant à bout de bras son panier  d’osier. Connaissant la forêt comme sa poche, la bachelette** chemine cueillant ici quelques agarics*, là de l’ail des ours, plus loin des feuilles d’oseille,  d’arroche***, de menthe et autres plantes aux vertus médicinales. De quoi préparer la soupe ainsi que des tisanes digestives et des emplâtres. Soudain, à droite, s’élève  du cœur obscur de noisetiers un gémissement.

– Qui est là? interroge-t-elle alarmée.

Seul un geignement lui répond. Immobile La jeune fille, tout en patientant, tente de percer cette ombre ténébreuse. Lorsque, dans un fracas de branches brisées, une patte griffue apparaît, suivie d’une grosse tête écailleuse aux yeux dorés brillant de larmes.

– Mais… qu’est-ce-que…  s’étonne Édelinne.

– Moi… avoir mal, se plaint en reniflant le nouveau venu.

– Un dragonnet! s’exclame la cueilleuse tout en s’élançant vers lui. Pauvret! Montre-moi. Ah! je vois une grosse épine plantée entre deux coussinets. Ne bouge pas. Hop! Voilà! C’est fini, sourit-elle, tout en lui caressant le sommet du crane.

– Merci, gronde le jeune animal. Moi… avoir dette, ajoute-t-il , découvrant deux canines  fort aiguisées.

– Je t’en prie. C’est avec grand plaisir que je rends service.

Le monstre juvénile tente deux pas prudents. Rassuré, il ouvre ses ailes translucides, puis s’envole gracieux et rapide. Édelinne le suit du regard, éblouie. Elle qui croyait cette race éteinte.

.

douceur printanière-

parmi la nature en fête

la belle et la bête

.

MMR ( tous droits réservés)

 

* agaric:  semblable à un champignon de Paris , mis à part que ses lamelles sont roses.

** bachelette: jeune fille ( au Moyen âge)

*** arroche: annuelle de la famille des épinards, cultivée depuis le Moyen âge jusqu’au 19 ème siècle .

7 avril 2024

Vous avez dit printemps?

Filed under: mini poèmes, Haïkus, tanka, haïbuns... — Étiquettes : , , , , , — Martine @ 7 h 57 min

 

Où es-tu?

Que fais-tu

Y es-tu?

Le printemps s’en vient lentement, comme indécis. Parfois chaussé de ballerines, il esquisse un entrechat. A d’autre moments, ses pieds éthérés lestés de grosses bottes, il joue à cloche-pieds parmi les nombreuses  flaques, cadeaux d’une surabondance de giboulées.

Je contemple, morose, depuis ma fenêtre, cette grisaille ruisselante. Certes, le jardin est heureux de toute cette manne liquide qui tombe du ciel. Mais moi, j’ai faim de chaude lumière.

Lorsque soudain, un coup de tramontane vient déchirer l’épaisse couche nuageuse. Le soleil apparaît, mutin, gommant ma mélancolie. La nature étincelle. Les couleurs resplendissent. Narcisses, tulipes, pissenlits, pâquerettes se haussent, brillent à qui mieux mieux pour séduire abeilles et papillons.

Le cerisier du voisin  tend vers l’azur sa belle tête neigeuse. Tandis que les pruniers de l’allée communale rosissent de plaisir sous les caresses dorées de Phébus.

.

fleurs de cerisiers-

les abeilles travaillent

et moi… je lézarde

.

MMR ( tous droits réservés)

Merci pour tous vos commentaires très appréciés et motivants 🙂

27 mars 2024

Renga n°3

Filed under: l'herbier de poésie — Étiquettes : , , , — Martine @ 17 h 55 min

Renga n° 3 avec l’Herbier de poésie, orchestré par Adamante. Cette fois nous sommes huit: Françoise , Josette, Marine, Adamante,  Martine,  ABC, Jill Bill,  Balaline

 

Envol, vertige & liberté

De haut en bas, de bas en haut, échos printaniers 

 

 

.

au jardin je dors

premiers rendez-vous twittés

réveil des oiseaux

Françoise

le chat derrière la fenêtre

dehors une pluie battante

Josette

.

sur la rocaille

bruyères et pervenches

ont fraternisé

Marine 

sur la partition humaine

syncope à contre-vie

Adamante 

.

mars tout engourdi

en sa palette de gris

le téléphone sonne

ABC

j‘ai rendez-vous avec vous

j’en oublie mon parapluie

Jill Bill 

.

écoute mon fils

les murmures de l’aube

la grâce est née

Balaline 

dès l’aube nous partirons

escalader l’Everest

Françoise

.

la tige du souci

une montagne à gravir

dit l’escargot 

Josette 

si le papillon l’entend

tout le monde le saura

Marine

.

envie de voler

de looping – grisée de cimes

le cœur fou de joie

Adamante 

depuis le plus haut sommet

être la reine du monde

Martine

.

le vertige me prend

de sommet en sommet-

maman je vole

ABC 

un cerf-volant de papier

au-dessus du nid de l’aigle

Jill Bill

.

voici le printemps-

son surpuissant regard d’aigle

traque la vermine

Martine 

un oiseau sur la branche

fêtons l’enfant poète

Balaline

.

MMR ( tous droits réservés)

Merci pour vos commentaires très appréciés.

24 mars 2024

Au bain

Filed under: animaux, insectes...,au Jardin: fleurs, arbres... — Étiquettes : , — Martine @ 6 h 25 min

Ces dernières années un nouvel oiseau vient visiter le jardin. Il s’agit de la fauvette à tête noire.  Calotte noire pour monsieur;  tandis qu’elle est rousse pour madame et les juvéniles.

Familles des sylviidae- Nom scientifique: Sylvia atricapilla*. Parfois, caché au cœur du plus gros des arbousiers, il m’offre une merveilleuse mélodie. Assez commun partout en France, on a plus de chance de l’observer là où la végétation est touffue ( ronciers, sureaux, haies). Ce passereau se nourrit de baies et d’insectes.

Nous l’apercevons souvent, occupé consciencieusement à débusquer ses proies sur  les troncs et branches de nos arbustes. Mais, cette fois là, quelle heureuse surprise il nous a accordée.

Une baignade fort éclaboussante! Ah ça! Il y allait de bon cœur!  Ce fût notre bonheur du jour!

.

MMR (tous droits réservés)

* Renseignement LPO ( ligue de protection des oiseaux): ICI

Older Posts »

Powered by WordPress