Les voyages immobiles…

31 octobre 2010

Ombres Nosfératu

Filed under: papillons,Poèmes — Martine @ 8 h 48 min

Douceur été indien,

Vivacité mésange,

Nonchalance piéride

A mes yeux vagabonds…

.

Soudain! Vent cryogène!

Corneilles croassant!

Au soleil disloqué

Ma peau se hérisse.

.

Angoisse ancestrale,

Frousse relent cendres,

Paroles garrotées

Sur galop de frayeurs…

.

Lamentations Autan,

Ombres Nosfératu,

Atavisme rampant

Goulu de mon vermeil!

.

Poudre d’escampette,

Hardiesse effilochée,

Je cours vers ta quiétude

Prendre un thé chouchouté.

.

MMR( Tous droits réservés)

.

.

Autan: En Haut Languedoc, entre la Montagne Noire et les Corbières, vent glacé, violent venant du Sud-Est.

.

Nosferatu le vampire: film d’horreur allemand réalisé en 1922 de Friedrich W. Murnau.

Adaptation libre du roman de Dracula.

29 octobre 2010

L’horloge

Filed under: mini poèmes, Haïkus, tanka, haïbuns... — Martine @ 7 h 17 min

Pour le rendez-vous « du coucou du haïku »

http://www.over-blog.com/com-1172092675/Le_coucou_du_haiku.html

.

Vendredi sonnant-

Au coucou du haïku

Lever de rideau

………..

Tic-tac monotone-

Cœur précieux bat la mesure

Enfant impatient

……….

Horloge muette-

Oh zut! Panne de paupières

Lever affolé

………..

Minuit va sonner-

Des bras du Prince amoureux

Cendrillon s’enfuit

……….

En retard Alice-

L’œil sur sa montre gousset

Lapin blanc courant

.

MMR ( Tous droits réservés)

27 octobre 2010

Voeu!

Filed under: Océan et Bassin d'Arcachon,Poèmes — Martine @ 8 h 34 min

Le froid mort!

La nuit glace!

Certains matins frileux,

J’aimerais,

Freiner chaque seconde,

Jouer les marmottes,

Redevenir enfant…

Ou

Savourer le soleil

De plages au sable blanc,

Croire aux mots savoureux

De l’amour paréo,

Vêtue d’embrums iodés

Respirer le mot libre!

O Génie de la lampe

Exauce au moins un vœu?

.

MMR ( tous droits réservés)

25 octobre 2010

Fuite

Lorsque l’azur voile son bleu souriant. Que le matin s’habille frileusement de diamants…. L’automne s’avance , rougissant de déloger l’été aux sandalettes dorées.

Caresse automnale-

Intrus sur le chèvre-feuille?

Régal pour l’oiseau

.

Doigté précieux et inspiré, palette aux infinies nuances, la Nature s’en donne à cœur joie. Folie créatrice où le beau se fait gourmandise .

Gâterie sucrée-

Étourneaux au rendez-vous

Menu laurier tin

.

Au cours de ma promenade, mon regard ne se lasse pas d’apprécier des contrastes tels que ce carmin veiné de curry réchauffant la hardiesse d’un  vert encore gaillard;  ou encore cet olive essoufflé soutaché de pourpre que rouille un reste de pluie; de savourer la fanfare bleu noir de jolies petites baies fort appréciées de la gent ailée.  De temps à autre, mes yeux fureteurs scrutent l’herbe à la recherche de l’inattendu. Nichée sur un plantain, une tache brillante capte mon attention. Un fruit minuscule, indice d’une razzia sur la haie? Maladroits, les oiseaux en parsèment le jardin. Le « fruit » bascule légèrement en avant. Accroupie je découvre un insecte au manteau nuit profonde. Chacun de ses gestes accroche la lumière, l’irise de bleu métallique.  Ravissant coléoptère.

Déjeuner paisible-

Douillettement installé

Chrysolina broute

Méticuleusement, il découpe, cisaille sa feuille de bel appétit. Qu’il continue paisiblement. Je n’irai pas lui disputer sa salade. Le voici qui cesse brusquement, m’offre son dos. Susceptible,  l’animal n’apprécie pas  de manger en public? Il étire une patte, genre  » Allez!Allez! Du vent! Laisse z-moi tranquille! ». Bon! Bon! J’ai compris le message.  Je vais pour me relever mais suspends mon mouvement de retrait. A présent, il s’agite de plus en plus, tourne sur lui-même.  Remuant les antennes, les baissant, il se démène, se trémousse, frotte ses pattes arrières.  Se tourne à droite, puis à gauche. Que lui arrive-t-il? Une bouchée qui a du mal à descendre?

Zéphyr bon enfant-

Danse chrysolina bleu! Danse!

Rythme décousu

.

Captivée, suivant l’étrange manège de mon danseur, je  tente de comprendre le sens de cette chorégraphie décousue. Et puis… et puis je distingue d’infimes ombres autour de mon énervé. Ce sont des fourmis quasiment imperceptibles. Leur gîte a peut-être été malmené par le poids de ce gros maladroit. Furieuses, elles l’attaquent.  Mon lourdaud se démène comme un beau diable. Finalement, il décide de prendre la fuite.

.

Midi triste mine-

L’estomac dans les talons

Chrysolina fuit

.

MMR ( tous droits réservés)

24 octobre 2010

Au soleil

Filed under: mes oeuvres,mini poèmes, Haïkus, tanka, haïbuns... — Martine @ 4 h 06 min

Au chant des cigales-

Déférents les tournesols

Salut au soleil

.

Leurs pensées or safrané

Crient sans doute: « Nous avons soif! »

.

MMR ( tous droits réservés)

22 octobre 2010

Châtaigne

Filed under: mini poèmes, Haïkus, tanka, haïbuns... — Martine @ 5 h 45 min

Nouveau défi du vendredi pour le « coucou du haïku »:

http://www.over-blog.com/com-1172092675/Le_coucou_du_haiku.html

.

Coin de rue venteux-

Au cri « Chauds! Les marrons chauds! »

Se tendent les mains

……….

Vent! Reste dehors!-

Châtaignes sur lit de  braises

Chaleur parfumée

.

Tapis de châtaignes-

Cruels coussins épineux

Mais langues gourmandes

.

MMR ( tous droits réservés)

20 octobre 2010

Lendemain de fête

Filed under: mini poèmes, Haïkus, tanka, haïbuns... — Martine @ 8 h 29 min

Tanka

.

Au concert Grillons-

Bal costumé de rigueur

Menuet élytres

.

Des friandises à gogo

Fêtard endormi sur pattes

.

.

MMR ( tous droits réservés)

17 octobre 2010

Machaon

Filed under: mini poèmes, Haïkus, tanka, haïbuns...,papillons — Martine @ 10 h 15 min

Mon plaisir journalier. Quelques pas erratiques, sans but, pour profiter de la chaleur du soleil… Laissant dériver mes pensées, tout là-haut, parmi ces ventres  cotonneux qui se prélassent dans l’azur… Suivant les arabesques joyeuses des hirondelles, le  nez au vent d’une gourmandise de fines découvertes…

A l’abri du vent-

Doux sommeil métamorphose

Attente fébrile.

.

Entre les petites lueurs framboisées d’une sauge ( salvia grahamii) et les iris racornis de soif , un grand fenouil prend ses aises. J’aime son parler anisé qui chuchote des douceurs à la moindre caresse du vent.  Entre ses bras rigides et protecteurs, je remarque une petite masse d’un vert se confondant au sien: une chrysalide. Que cache cette intrigante coque? Patience Martine, patience… Je me promets de surveiller cette Belle au Jardin dormant …  Le lendemain, plus rien. Rendez-vous manqué…

Soleil paresseux-

La Belle sur lit anis

Rondeurs se bronzant

.

Le Temps s’étire dans l’été occitan.  J’ai oublié. Mais un matin ,  que vois-je s’étirant paresseusement sur son ombellifère favorite? Une magnifique chenille en robe chamarrée. Elle a croqué le jade de foeniculum vulgare. L’a agrémenté de passementeries noires, de picots oranges.  Un soupçon de citronné rehausse le piment du costume. Gaultier , Christian Lacroix  ont une concurrente Tom Pouce!! Quelle splendeur! Étirant un fourreau précieux, digne des plus folles soirées  du carnaval de Venise, elle va…. grignote un brin, hésite sur un écueil invisible… puis rampe un peu plus haut vers un désir, un vide couleur de ciel… .

Agreste bonhommie-

Gymnastique matinale

Bottée fine soie

.

Près du chèvre-feuille où s’évapore une dernière senteur musquée, croît un second panache fleurant bon l’anisade. Alter ego plus sombre, une  élégante racée s’abandonne aux bras de Morphée.  Ce matin, encore, j’ai espionné un de ces silences gainés de crêpe . Pas un spasme sous la morsure du Cers. Pas un frémissement sous la pluie qui s’annonce. Mes phantasmes affabulent, se glissent dans ses songes… Poudrée de vanité la chenille vole déjà, s’accapare zéphyr . De nectar en sirop, elle plane, se fait appeler il. Majesté machaon courtise le soleil!

.

.

Destin aérien-

Butinant de fleurs en fleurs

Prince machaon

.

MMR ( tous droits réservés)

16 octobre 2010

Nous

Filed under: au Jardin: fleurs, arbres...,papillons,Poèmes — Martine @ 1 h 25 min

Liqueur matin calme ,

Fragrances goût d’envie,

Anis sur nos lèvres

Que la fièvre brûlait.

.

Lever rouge passion,

Incendie bienveillant,

Nos coeurs à l’unisson

Valsaient sur « je vous aime ».

.

Accords harpe celtique,

Notes ensorcelées,

De tes mots amoureux

Au seuil de ma candeur.

.

Regard aigue-marine,

Velours de ta chaleur,

Où, souffle gracile,

Le jour se confondait.

.

A l’aube des instants,

Éternité azur,

Serments bague dorée,

Nos vœux se sont dit oui…

.

MMR ( tous droits réservés)

15 octobre 2010

La barque

Filed under: mini poèmes, Haïkus, tanka, haïbuns... — Martine @ 7 h 04 min

Nouveau défi pour le coucou du haïku:

http://www.over-blog.com/com-1172092675/Le_coucou_du_haiku.html

.

Instants mordorés-

Doux silence ondulant

Au rythme de l’eau

……….

Bruissante lumière-

Au bec du martin-pêcheur

S’agite un distrait

……….

Limpide clarté-

Sérénité émeraude…

Dansez les moustiques!

……….

Un paravent jade-

Les fou-rires disparaissent

Au fond de la barque

………………..

Tanka:

.

Été rive douce-

Manigances facétieuses

D’apprentis pêcheurs

.

Au fil de l’eau s’éloignant

Espoir ruiné de friture

.

MMR ( tous droits réservés)

Older Posts »

Powered by WordPress