Les voyages immobiles… … de Martine Madelaine-Richard

13 mars 2022

Le pont Vieux

Filed under: l'herbier de poésie — Étiquettes : , , , , , , — Martine @ 6 h 53 min

Pour l’Herbier de poésies, ICI , Adamante, nous propose d’écrire sur une photo de Rolland Brossy.

.

Sur le pont Vieux

A l’aube bleue

Lorsque Morphée

Replie ses bras

.

Sur le pont Vieux

Là où l’hiver

Pose, délicat,

Son frimas chaste

.

Sur le pont Vieux

La lumière danse

Un rêve fluide

Poudrée de nacre

.

MMR ( tous droits réservés)

13 février 2022

Le vieil escalier

Filed under: l'herbier de poésie — Étiquettes : , , , , — Martine @ 4 h 36 min

Pour l’Herbier de poésies, ICI, Adamante nous propose d’écrire sur une photo de Marine

.

Que d’escaliers croisés dans ma vie. De toutes sortes. Petits, de deux ou trois marches. D’autres, immenses et très larges, dans des châteaux ou des théâtres. En colimaçons étroits et raides  tels ceux  des phares. Et puis parfois il en est un qui a le don de m’intriguer au plus haut point.

Entre terre et ciel-

Au pied du vieil escalier

Mon ombre, hardie

Un escalier de pierres envahi par mousses, feuilles et aiguilles de pins. Dont la moindre interstice a été colmatée au fil des vents et pluies orageuses. Il est si raide, si formidable. Une vraie falaise!

Soleil brûlant-

Une marche après l’autre

Mes questions plus encore

J’y vais? j’y vais pas? Allez! Je me lance.  Lentement j’ascensionne cet Everest.  De chaque côté, du lierre a déjà escaladé nullement rebuté par le défi. Devant moi un beau lézard des murailles me sert de guide.

Évaluation-

Mes mollets sont au supplice

Mon cœur, lui, joyeux

Quand soudain, tout là-haut, éclate un aboiement féroce.  Ni une, ni deux,  je dévale en quatrième vitesse la volée de marches si péniblement avalée.  Le château des contes du jeudi? Un jardin extraordinaire? Je ne saurai jamais où mène ce chemin  vertical.

Objectif à terre-

Mais rien n’empêche le rêve

De continuer

.

MMR ( tous droits réservés)

 

6 février 2022

Il était une fois

Filed under: l'herbier de poésie — Étiquettes : , , , , , — Martine @ 5 h 09 min

Pour l’Herbier de poésies, ICI, Adamante propose d’écrire sur une de mes photos

Il existe certains lieux, à certaines heures, où l’on se met à croire à la magie.

Dans la Cité*, une armada de touristes se presse, se bouscule. Partout règne un brouhaha bon enfant. Les gens sourient, s’exclament bruyamment face à une porte particulièrement ouvragée ou une maison à colombages merveilleusement restaurée. Et puis, la journée s’achève.

.

Au clair de la lune-

Plus personne dans les rues

Sauf un chat crâneur

.

Le calme retrouvé, la Cité semble reprendre sa respiration après tant de bruit, de pas claquant les pavés. Les volets sont refermés sur leurs secrets. Les boutiques à frites, à souvenirs et autres babioles étiquetées moyen âge, ont clos  à double tour  vantaux et grilles coulissantes. L’ambiance se travestit en quelque chose d’indicible. La maison hantée, le musée de l’inquisition, les histoires des tournois de chevalerie, le château comtal,  tout un caléidoscope d’invisibles tourbillonne au gré de la tramontane.

.

Une heure du mat’-

Au cœur de la ville haute

Fantômes en vadrouille

.

Mais… tout n’est pas occulté. Ici ou là, un magasin laisse sa vitrine éclairée. Il en est un au fond d’une ruelle sombre où se pressent une multitude de poupées, ours en peluche, figurines nées de contes et légendes, bibelots nacrés de fées et d’angelots…  C’est comme une fenêtre ouverte sur un autre monde.  On se prend à rêver.

.

Il était une fois l’heure

De déraisonner-

Abracadabra

 

.

MMR ( tous droits réservés)

* La Cité:  il s’agit de la très vieille cité de Carcassonne

30 janvier 2022

Balade en forêt

Filed under: l'herbier de poésie — Étiquettes : , , , , , , — Martine @ 4 h 11 min

Pour l’Herbier de poésies, ICI, Adamante nous propose d’écrire sur une photo d’ABC

Je joins à sa photo d’arbres, un de mes clichés. Le poème fait parti de mon recueil « Tarentelle »

 

En tâtonnant, Printemps,

Silence chlorophylle,

A taché de ciel bleu

Le sous-bois sec automne.

 

Anémones et violettes,

Hardies ballerines,

Frémissent du satin,

Éternuent leur pollen.

 

Un merle musicien,

Etincelles trilles,

Secoue coucou lointain

Au discours monotone.

 

Pin mât de misaine

Soutient branches wickiup,*

Imprégnés de fous-rires,

Jeux rusés d’apaches.

 

Nos pas roulent cailloux,

Bottent pommes de pins,

Se coulent dans l’enfance

En plumets de lichens.

 

MMR ( tous droits réservés)

* wickiup: abri primitif fait de branches et d’herbes construit par les Apaches et les Paiutes.

 

23 janvier 2022

Le Maître du temps

Filed under: l'herbier de poésie — Étiquettes : , , , , , , , , — Martine @ 5 h 31 min

Pour l’Herbier, ICI, Adamante nous propose d’écrire sur une photo de Claudie

Le hasard fait que voici un autre sujet sur la lune juste après ma lune rousse. J’ajoute au cliché de Claudie, l’un des miens sur fond bleu.

 

Le maître du temps s’ennuie. Orages, grêles, moussons, tornades, cyclones, ouragans, brouillards givrants et autres tempêtes de neige, encore et encore. Bof!

Blasé, il regarde autour de lui en quête d’un nouveau jouet.

.

Ciel bleu ou nuage?

Tresser un ruban terni

D’instants plein de vide

.

Soudain, il remarque une boule blanche, étincelante bien qu’un peu tachée. Mais oui! C’est ça! La lune! Il avait oublié cet astre qui inspire tant les poètes. Et quel plaisir que de les mystifier ce soir.

.

Soirée romantique

Le doux sourire de la lune

Celui des amants

.

Ragaillardi, le redoutable personnage sourit comme un enfant. Il aimante du bout du doigt la boule argentée et la fait glisser le long d’un toit, d’une grue vertigineuse, d’une montagne ou d’un cyprès pointu.

.

Nuit d’automne –

Est-ce le vent qui pousse

La lune?

.

Boule de flipper, Séléné, roule dans le ciel, joue à saute-mouton entre les cheminée des usines. Tenez! La voici chapeautant un volcan telle un bouchon de champagne. Le Maître du temps s’amuse follement. Il envoie des flèches de vapeur brûlante, découpe, tranche le satellite à sa fantaisie.  Les badauds s’interrogent. La lune n’était-telle pas pleine tout à l’heure? Que ce passe-t-il là-haut?

Entre chien et loup-

Sur les badauds ébahis

Lune mal lunée

.

MMR ( tous droits réservés)

9 janvier 2022

Un vieil original

Filed under: l'herbier de poésie — Étiquettes : , , , , , , — Martine @ 5 h 13 min

Pour l’Herbier de poésies, ICI, Adamante, nous propose d’écrire sur cette photo.

A l’entrée du village une vieille maison tenait bon vaille que vaille sous le joug des années.  Son toit, ma foi, avait l’air en assez bon état. Par contre,  le crépi des murs partait en larges plaques ici et là. Surtout, côté nord, face à la forêt toute proche.

Au soleil d’hiver-

Une maison solitaire

Et les jeux du vent

Cette bicoque, aux portes et volets toujours clos, était la demeure d’un vieil original.  Béret noir, vêtements noirs, mains et visage comme passés au cirage*. Tout le monde l’appelait La Mado. Je le voyais passer, véloce, lorsque je travaillais dans mon jardin. Jamais un mot. Juste un salut bref assorti d’un sourire timide.

Au bord du chemin-

Salut et bouche cousue

Courtoisie champêtre

Il partageait son logis avec deux vaches étiques. Une compagnie qui le réchauffait dans tous les sens du terme.  Parfois, je l’apercevais, au loin, fauchant l’herbe débordant des champs environnants. Puis il repassait, toujours aussi pressé, disparaissant presque sous son fardeau luzerne et sainfoin.

 

Sourd à l’angélus

Il n’entend que ses vaches-

Vieillesse excentrique

J’avoue qu’à notre arrivée dans ce petit patelin, il m’effraya. Mais, très vite je découvris que c’était un très brave homme.

.

MMR ( tous droits réservés)

* J’appris plus tard qu’il se passait sur le visage et les mains une espèce de pommade anti-mouches.  Le ou la mouchine.

Merci beaucoup pour  lectures silencieuses et vos commentaires  très appréciés

19 décembre 2021

La sieste

Filed under: l'herbier de poésie — Étiquettes : , , , , , , — Martine @ 1 h 02 min

Pour l’Herbier de poésies, ICI, Adamante nous propose d’écrire sur cette toile.

C’est dimanche. Allongée sur un transat, derrière mes paupières,  j’abandonne le monde à sa course folle…

.

A l’ombre de l’olivier

Lézard taille XXL

Ah! Sieste divine!

.

Je m’abandonne à la douceur des bras de Morphée. Les mouches zonzonnent au dessus de l’arbre. Au loin, dans la pinède quelques cigales  cymbalisent avec un bel enthousiasme.  Ce symbole de l’été ne me dérange pas. Bien au contraire. Cette bruyante présence me sécurise, me parle vacances. Ce que je les aime ces insectes!

.

Pause estivale-

Les aiguilles de l’horloge

Fondent comme cire

.

MMR ( tous droits réservés)

 

 

 

 

28 novembre 2021

A tous les vents tournants

Filed under: l'herbier de poésie — Étiquettes : , , — Martine @ 3 h 13 min

Pour l’Herbier de poésies, ICI , Adamante nous propose d’écrire sur une photo de Jeanne Fadosi

.

Vent du Nord! Vent du Nord!

Tes mots blessent mes joues

De mille fleurs de glace

.

Vent d’Est! Vent d’Est

Ton haleine marine

Désaltère mes fleurs

.

Vent d’Ouest! Vent d’Ouest!

Tu dessines dans mon ciel

Un grand troupeau bêlant

.

Vent du Sud! Vent du Sud!

Tu cavales au rythme

Castagnettes et fuego

.

A tous les vents tournants

Ma girouette vire

Cherchant l’horizon bleu

Où s’enfuit Hirondelle

.

MMR ( tous droits réservés)

14 novembre 2021

Bleu! Si bleu!

Filed under: l'herbier de poésie — Étiquettes : , , , , , , , , , — Martine @ 2 h 04 min

Pour l’Herbier de poésies, ICI  ,Adamante nous propose d’écrire sur un de ses dessins.

.

Certains jours, tous les synonymes ne suffisent pas à traduire sa beauté extraordinaire. Je veux parler de la couleur bleue. Ma préférée.  Ah! Ces nuances mouvantes de l’océan par un bel après-midi de septembre…

Océan lapis-

Jouer avec la mouette à

Pic et pic  et plouf!

« Si je me marie, ce sera avec un garçon qui aura les yeux bleus! » affirmais-je, catégorique, à douze ou treize ans. Et, chance, mon vœu s’est réalisé.

Méditerranée-

Son éternel été

A les yeux de l’amour

Souvenir de vacances. Ma grand-mère paternelle avait l’habitude de placer une boule bleue* dans sa lessive de draps et autres serviettes. Puis, elle étendait ceux-ci sur l’herbe. « Pour les faire blanchir » disait-elle.  Je revois encore ce léger reflet azuré au froissé du linge. Ce que c’était beau. Mais, une fois, quelqu’un  d’autre avait été attiré, tout comme moi, par cet éclat virginal.

Soleil aoûtien-

Les toiles des draps signées

par la Grisette

Cette chatte aurait pu être l’héroïne d’un conte à l’image de celui du Chat botté.  Elle était très gentille, caressante, se frottant à nos jambes, ronronnant telle un diesel. Pourtant, sous son air câlin, elle cachait une bonne dose de roublardise. J’ai connu un autre Mistigri qui n’avait rien trouvé de mieux que d’approcher  d’un peu trop près l’un de mes pastels. Celui-ci, vaporisé de fixatif, était en train de sécher appuyé contre la façade de notre maison. Apercevant la manœuvre  du félin, je criais. Surpris, le minet bondit en arrière, heurta le tableau, le fit tomber sur lui, s’agita dessous puis fila dare-dare. Cyan, indigo, turquoise, marine, violet, mauve, jaune, orange. Quel tableau bondissant!

Haro  sur le chat-

Sauve-qui-peut arc-en-ciel

du matou maté

.

MMR (tous droits réservés)

*bleu de méthylène

24 octobre 2021

Sortilèges et fantasmes

Filed under: l'herbier de poésie — Étiquettes : , , , , , , — Martine @ 5 h 14 min

Pour l’Herbier de poésies, ICI, Adamante nous propose d’écrire après avoir lu ou écouté « la sonate des trois messieurs » de Jean Tardieu  ICI

 

Le souvenir d’une journée chaude se dissolvait lentement  à l’horizon. Tandis qu’au cœur d’une aura indolente, la nuit étendait langoureusement ses voiles opalescents. Son toucher vaporeux lissait inlassablement l’eau du grand lac. Comme pour gommer  un monologue parasite.

.

Friselis ténus-

Sur la vaste étendue d’eau

Nocturne pour harpe

.

Une impression étrange montait, ondulait près de la surface. Le temps semblait se dilater extraordinairement comme un ballon près d’éclater. Puis se rétractait jusqu’au soupir  rose thé d’une âme extasiée.

.

Sur le piano à queue

des cannes des roseaux

Légende aquatique

.

Arpèges au goût astral unis à un sourire flottant.  Voici qu’à fleur d’eau ondoyait un visage inouï. Beau? Laid?  Déconcertant, c’était certain. Des yeux immenses, très allongés vers les tempes. Le nez droit et court.  La bouche? Ah cette bouche aux lèvres pleines, esquissant un sourire lascif, attirait et repoussait en même temps.  Était-ce un triton? Un atlante? Un extraterrestre? Une chimère née de cette heure entre chien et loup? La  réponse mourut sous les palmes d’un canard tapageur…

.

Avant-nuit marine-

Sortilèges et fantasmes

Perdus corps et biens

.

.

MMR ( tous droits réservés)

Older Posts »

Powered by WordPress