Les voyages immobiles… … de Martine Madelaine-Richard

27 février 2022

Printemps es-tu là?

Le calendrier me dit que nous sommes en hiver. Mais, mon jardin, lui, n’est visiblement pas au courant. Il se croit au printemps.

 

 

 

 

 

 

 

 

Tandis que là-haut, la buse variable me survole paresseusement, je me penche pour humer le parfum de la première jacinthe. Quel délice!  Côté cuisine, une  ravissante surprise s’épanouit au soleil: l’hellébore née  de semis. Trois ans qu’elle se faisait désirer. Quelle coquette!  Cela valait la peine de l’attendre. J’aime ses couleurs bonne-mine.

 

 

 

 

 

 

 

 

Les oiseaux sont toujours aussi présents.  Un autre pinson du nord fréquente la mangeoire depuis deux jours. Il n’a pratiquement pas de noir sur la tête contrairement à celui montré dimanche dernier. Chaque année , imitant les anémones, les violettes blanches  et leurs cousines aux différents tons de violet colonisent peu à peu les pelouses. Un seul regret: elles n’exhalent rien.  A l’hôtel à insectes la vie reprend également. Un tube de canne provençale a son bouchon argileux percé. Trois petits mâles osmie cornue volent  de-ci, de-là; parfois se mesurent l’un à l’autre.  Mais le plus souvent ils restent plaqués au bois et attendent… attendent… la sortie des femelles.  Ces Roméo en tenue de gala ont bien de la patience. Bien que l’un d’eux  enfile parfois sa tête à l’entrée du nid où dort la belle Juliette. « Hou! Hou! Debout! Il fait un temps superbe! Viens respirer le bon air printanier! »

Lauriers tin et mimosas lancent à tout va leurs merveilleuses  fragrances. Printemps es-tu là?

.

Soleil flamboyant-

L’or vibrant du mimosa

Plus encore

.

MMR ( tous droits réservés)

19 décembre 2021

La sieste

Filed under: l'herbier de poésie — Étiquettes : , , , , , , — Martine @ 1 h 02 min

Pour l’Herbier de poésies, ICI, Adamante nous propose d’écrire sur cette toile.

C’est dimanche. Allongée sur un transat, derrière mes paupières,  j’abandonne le monde à sa course folle…

.

A l’ombre de l’olivier

Lézard taille XXL

Ah! Sieste divine!

.

Je m’abandonne à la douceur des bras de Morphée. Les mouches zonzonnent au dessus de l’arbre. Au loin, dans la pinède quelques cigales  cymbalisent avec un bel enthousiasme.  Ce symbole de l’été ne me dérange pas. Bien au contraire. Cette bruyante présence me sécurise, me parle vacances. Ce que je les aime ces insectes!

.

Pause estivale-

Les aiguilles de l’horloge

Fondent comme cire

.

MMR ( tous droits réservés)

 

 

 

 

14 novembre 2021

Bleu! Si bleu!

Filed under: l'herbier de poésie — Étiquettes : , , , , , , , , , — Martine @ 2 h 04 min

Pour l’Herbier de poésies, ICI  ,Adamante nous propose d’écrire sur un de ses dessins.

.

Certains jours, tous les synonymes ne suffisent pas à traduire sa beauté extraordinaire. Je veux parler de la couleur bleue. Ma préférée.  Ah! Ces nuances mouvantes de l’océan par un bel après-midi de septembre…

Océan lapis-

Jouer avec la mouette à

Pic et pic  et plouf!

« Si je me marie, ce sera avec un garçon qui aura les yeux bleus! » affirmais-je, catégorique, à douze ou treize ans. Et, chance, mon vœu s’est réalisé.

Méditerranée-

Son éternel été

A les yeux de l’amour

Souvenir de vacances. Ma grand-mère paternelle avait l’habitude de placer une boule bleue* dans sa lessive de draps et autres serviettes. Puis, elle étendait ceux-ci sur l’herbe. « Pour les faire blanchir » disait-elle.  Je revois encore ce léger reflet azuré au froissé du linge. Ce que c’était beau. Mais, une fois, quelqu’un  d’autre avait été attiré, tout comme moi, par cet éclat virginal.

Soleil aoûtien-

Les toiles des draps signées

par la Grisette

Cette chatte aurait pu être l’héroïne d’un conte à l’image de celui du Chat botté.  Elle était très gentille, caressante, se frottant à nos jambes, ronronnant telle un diesel. Pourtant, sous son air câlin, elle cachait une bonne dose de roublardise. J’ai connu un autre Mistigri qui n’avait rien trouvé de mieux que d’approcher  d’un peu trop près l’un de mes pastels. Celui-ci, vaporisé de fixatif, était en train de sécher appuyé contre la façade de notre maison. Apercevant la manœuvre  du félin, je criais. Surpris, le minet bondit en arrière, heurta le tableau, le fit tomber sur lui, s’agita dessous puis fila dare-dare. Cyan, indigo, turquoise, marine, violet, mauve, jaune, orange. Quel tableau bondissant!

Haro  sur le chat-

Sauve-qui-peut arc-en-ciel

du matou maté

.

MMR (tous droits réservés)

*bleu de méthylène

17 octobre 2021

Un si bel automne

Automne avance à petits pas, comme en hésitant. Ses journées sont chaudes et lumineuses avec des matins très très frais. Mr Mésange, se croyant au printemps, lance son cri du nid.

Plus malin, un chardonneret a repéré de délicieuses graines parmi les carrés potagers. Cosmos, tagètes, tournesols sont picorés à vitesse grand V.

Une gueule de loup,  bénéficiant d’un orage tardif, sourit à pleine bouche à ces journées quasi estivales.

 

Les asters d’automne s’étalent en toute liberté jusqu’au pied des escaliers.

.

Soleil brûlant-

Une mouche se prélasse

sur octobre moelleux

.

Si petites que souvent elles disparaissent dans l’herbe: les spiranthes d’automne ( spiranthes spiralis). Blanche au cœur vert, légèrement frisotée, voici une orchidée fleurant bon la vanille.  Chaque année cette sauvageonne étend son aire colonisant mine de rien tout le jardin.

Peu d’abeilles sauvages butinent les dernières fleurs indigènes. Par contre, quelle joie que d’écouter l’activité intense des abeilles domestiques au cœur des abélias  à la délicate floraison rose nacré.

Les surplombant, deux immenses  arbousiers regorgent de fruits et de ravissantes clochettes  laiteuses.  Papillons, mouches, guêpes,  gros bourdons et oiseaux  se partagent ces délices sucrés.

.

Azur éclatant-

Fleurs, fruits et oiseaux chanteurs

C’est l’automne? vraiment?

.

MMR ( tous droits réservés)

Un grand merci pour vos commentaires que je découvre toujours avec un immense plaisir.

29 août 2021

Griserie iodée

Filed under: Océan et Bassin d'Arcachon — Étiquettes : , , , , — Martine @ 5 h 28 min

.

L’esprit gorgé d’azur et de flemme ensoleillée, je me dirige vers l’eau et sa fraîcheur bienfaisante. L’océan est aussi paresseux que moi. Ou bien est-ce le contraire?

 

Sur le sable

Coquillages et baigneuse

Torpeur estivale

 

Phébus  embrasse l’univers avec sa fougue brûlante. De ses doigts chauds et élastiques il m’a malaxée, assouplie, amollie et merveilleusement décontractée.

 

Clapotis charmeurs

L’appel de l’océan

Son chant de sirène

.

Se lever en luttant contre un relâchement bienheureux. Puis, lentement obéir à la séduction marine. Faire chanter le sable sec en trainant fortement les pieds ( ce jeu si amusant de mon enfance sur les plages landaises). Pour enfin arriver à la frange des vaguelettes de ce charmeur irrésistible.  Chatouillis de l’onde sur ma carnation dorée.  Becquetages, frôlements, attraction irrépressible … ce baratineur sait y faire pour me tenter. J’abdique et plonge au cœur de cet enchanteur aquatique.

 

Griserie iodée

Bulle parmi les bulles

Le Temps aboli

.

 

MMR ( tous droits réservés)

1 août 2021

Bourdon

Filed under: animaux, insectes... — Étiquettes : , , , , — Martine @ 6 h 26 min

Tandis que Sol crépite

Son humeur estivale

Que sa manne dorée

Sublime chaque fleur

Bourdon, indifférent

Vendange et pollinise

Mille et un cœurs pollen

Accordés sans crédit…

.

MMR ( tous droits réservés)

Merci pour vos commentaires très très appréciés.

La fleur jaune est une molène à feuilles sinuées. Sa touffe est énorme pour le plus grand plaisir des bourdons , abeilles et autres insectes. Elle a été semée par le vent.

11 juillet 2021

Le yucca

Filed under: Poèmes — Étiquettes : , , , , , , , , — Martine @ 2 h 21 min

Ébène acéré

Lames aiguisées au sable du désert

Les feuilles du yucca cisèlent leurs mots brûlés.

Âpre sévérité

Sa tête ébouriffée se conte et se raconte

Quelques légendes cuivre.

Là-bas

Au flanc pourpre et cendré

Du Grand  Cañon

Un loup, s’assimilant au décor

Laisse errer son regard doré.

Près de lui, le jour avance peu à peu

Révélant la silhouette recueillie

D’un vieil indien parcheminé.

Envoutantes, les notes de sa flûte*

S’accordent à l’éloquence solaire…

.

MMR ( tous droits réservés)

* sur  une musique amérindienne ICI 

Merci pour vos commentaires que je découvre toujours avec un immense plaisir.

6 juin 2021

Doré comme…

Lever doré. Phébus sort nonchalamment de sa couette nuageuse.  Il promène sur le monde un regard incandescent, insoutenable. Mais paradoxalement, ce que ce feu fait du bien.  L’or solaire coule, ruisselle, allume des reflets mordorés sur ma peau, sur l’eau du Bassin. Richesse d’un instant proche de la perfection.

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette couleur si précieuse, d’autres ont décidé de la « chiper » à l’astre du jour.  Je la retrouve aux pétales d’un sedum, d’un pissenlit, d’une giroflée. Mais également sur la somptueuse tenue de gala d’une minusculee araignée saltique; sur le corset d’un syrphe * ou d’une  toute petite abeille sauvage.**

Les jours où le mauvais temps s’éternise, cette teinte fait tant rêver à l’été.  Je lui cherche des synonymes qui roulent sur la langue comme autant de bonbons: ambré, blond, fauve, cuivré, vermeil, safran… Le vent agite les jaunets de mes tomates poires. Or sucré, juteux, si frais: une vraie gourmandise!

.

MMR ( tous droits réservés)

* syrphe: mouche appartenant à l’ordre des diptères

** peut-être une halicte?

14 mars 2021

Feu solaire

Pour l’Herbier de poésie, Adamante,  ICI nous propose au choix deux Fauves,  à l’écriture d’un haïbun.

 

« La joie de vivre » d’Henri Matisse .

Huile sur toile de 174X238, exposée à la fondation Barnes , près de Philadelphie

 

Ou ( et)

André Derain  (1880- 1954)

« L’Estaque, route tournante », 1906,

Huile sur toile de 129,5X195, exposée au Museum of Fine Arts Houston

 

5 choses à savoir sur le fauvisme dont Henri Matisse fût le chef de file: ICI

L’inspiration m’a conduite à m’inspirer des deux peintures en même temps.

 

 

C’est dimanche. Le temps est merveilleux.Trois jeunes filles, trois collègues de travail , cheveux au vent, sourire éclatant, filent vers la Méditerranée au train laborieux d’une vieille 4L. Qu’importe le rythme poussif de cette pauvre voiture, le moral est au beau fixe.

Matin radieux-

Rafales de rires  et

la chanson des cigales

Les paysages se succèdent comme autant de cartes postales. Bleu, rouge, vert, ocre…  La journée est comme peinte par un artiste fou de couleurs.  Des noms affluent et se bousculent dans ma tête: Georges Braque, Charles Camoin, Maurice de Vlaminck, Henri Matisse, André Derain…

Éclaboussures-

Sur la toile des pensées

Tableaux de Maîtres

Parties à l’aventure, à moment donné, une décision doit être prise. Quelle direction prendre? La première propose: « Le lavandou? » Huum! Depuis Aix en Provence? Trop loin!  La seconde lance: « Lestaque? » Moues dubitatives. La troisième prend les choses en mains: « c’est moi qui conduis? Alors c’est moi qui décide! »

Sur la route des vacances

Flotte

Un petit air guilleret

Allez! Fouette cocher! Vaille que vaille nous avançons vers une… surprise. La route semble onduler sous la chaleur. Pins, oliviers, vignes, pins encore… Parfois, rompant la monotonie,  un cyprès dresse son pinceau vers l’azur. Veut-il, peintre fauve, barbouiller le ciel en vert?  Les contours tremblent dans l’air de plus en plus brûlant. Vivement que l’on arrive! Comme pour me répondre,  voici un panneau indicateur: Cassis. Aaaah ! Enfin! Trouver une place à l’ombre pour la voiture. Prendre sacs et serviettes et zou! A nous le farniente en monokini sur Les Roches Plates. Sous les assauts de la lumière, le temps est aboli.

Feu solaire-

Plus un mot. Juste

le soupir du vent

.

MMR ( tous droits réservés)

7 mars 2021

Fugue fluide

Filed under: mes oeuvres,Poèmes — Étiquettes : , , , , , , , , , , — Martine @ 4 h 53 min

Conte liquide  entre les rives d’un canal nordique.  Il faut tendre l’oreille pour  comprendre ses mots humides.

Fugue fluide

La si d’eau

Du roseau

Évadé

De la rive

Mon regard suit ce frêle esquif livré à l’humeur tranquille de vaguettes ciselées par la lumière.  Il éveille en moi des souvenirs de jeux dans les flaques. Maints concours  de petits navires dans les rigoles  enflées par la dernière pluie.

Barquerolle

Intrépide

P’tit canot

Sans mat’lot

De papier

Ce bateau de poche part à l’aventure au rythme lent d’une journée estivale. Le soleil joue avec son image entre les ombres et les plages colorées. Composition abstraite et changeante riche de formes extravagantes au fil de l’onde si paisible. Rêver et embarquer pour Cythère…

La nacelle

Sans gouverne

Mon esprit

La pilote

Piane-piane

.

Œuvre personnelle réalisée pendant le cours de pastel avec mes élèves .

MMR ( tous droits réservés)

Older Posts »

Powered by WordPress