Les voyages immobiles… … de Martine Madelaine-Richard

13 février 2022

Le vieil escalier

Filed under: l'herbier de poésie — Étiquettes : , , , , — Martine @ 4 h 36 min

Pour l’Herbier de poésies, ICI, Adamante nous propose d’écrire sur une photo de Marine

.

Que d’escaliers croisés dans ma vie. De toutes sortes. Petits, de deux ou trois marches. D’autres, immenses et très larges, dans des châteaux ou des théâtres. En colimaçons étroits et raides  tels ceux  des phares. Et puis parfois il en est un qui a le don de m’intriguer au plus haut point.

Entre terre et ciel-

Au pied du vieil escalier

Mon ombre, hardie

Un escalier de pierres envahi par mousses, feuilles et aiguilles de pins. Dont la moindre interstice a été colmatée au fil des vents et pluies orageuses. Il est si raide, si formidable. Une vraie falaise!

Soleil brûlant-

Une marche après l’autre

Mes questions plus encore

J’y vais? j’y vais pas? Allez! Je me lance.  Lentement j’ascensionne cet Everest.  De chaque côté, du lierre a déjà escaladé nullement rebuté par le défi. Devant moi un beau lézard des murailles me sert de guide.

Évaluation-

Mes mollets sont au supplice

Mon cœur, lui, joyeux

Quand soudain, tout là-haut, éclate un aboiement féroce.  Ni une, ni deux,  je dévale en quatrième vitesse la volée de marches si péniblement avalée.  Le château des contes du jeudi? Un jardin extraordinaire? Je ne saurai jamais où mène ce chemin  vertical.

Objectif à terre-

Mais rien n’empêche le rêve

De continuer

.

MMR ( tous droits réservés)

 

6 février 2022

Il était une fois

Filed under: l'herbier de poésie — Étiquettes : , , , , , — Martine @ 5 h 09 min

Pour l’Herbier de poésies, ICI, Adamante propose d’écrire sur une de mes photos

Il existe certains lieux, à certaines heures, où l’on se met à croire à la magie.

Dans la Cité*, une armada de touristes se presse, se bouscule. Partout règne un brouhaha bon enfant. Les gens sourient, s’exclament bruyamment face à une porte particulièrement ouvragée ou une maison à colombages merveilleusement restaurée. Et puis, la journée s’achève.

.

Au clair de la lune-

Plus personne dans les rues

Sauf un chat crâneur

.

Le calme retrouvé, la Cité semble reprendre sa respiration après tant de bruit, de pas claquant les pavés. Les volets sont refermés sur leurs secrets. Les boutiques à frites, à souvenirs et autres babioles étiquetées moyen âge, ont clos  à double tour  vantaux et grilles coulissantes. L’ambiance se travestit en quelque chose d’indicible. La maison hantée, le musée de l’inquisition, les histoires des tournois de chevalerie, le château comtal,  tout un caléidoscope d’invisibles tourbillonne au gré de la tramontane.

.

Une heure du mat’-

Au cœur de la ville haute

Fantômes en vadrouille

.

Mais… tout n’est pas occulté. Ici ou là, un magasin laisse sa vitrine éclairée. Il en est un au fond d’une ruelle sombre où se pressent une multitude de poupées, ours en peluche, figurines nées de contes et légendes, bibelots nacrés de fées et d’angelots…  C’est comme une fenêtre ouverte sur un autre monde.  On se prend à rêver.

.

Il était une fois l’heure

De déraisonner-

Abracadabra

 

.

MMR ( tous droits réservés)

* La Cité:  il s’agit de la très vieille cité de Carcassonne

23 janvier 2022

Le Maître du temps

Filed under: l'herbier de poésie — Étiquettes : , , , , , , , , — Martine @ 5 h 31 min

Pour l’Herbier, ICI, Adamante nous propose d’écrire sur une photo de Claudie

Le hasard fait que voici un autre sujet sur la lune juste après ma lune rousse. J’ajoute au cliché de Claudie, l’un des miens sur fond bleu.

 

Le maître du temps s’ennuie. Orages, grêles, moussons, tornades, cyclones, ouragans, brouillards givrants et autres tempêtes de neige, encore et encore. Bof!

Blasé, il regarde autour de lui en quête d’un nouveau jouet.

.

Ciel bleu ou nuage?

Tresser un ruban terni

D’instants plein de vide

.

Soudain, il remarque une boule blanche, étincelante bien qu’un peu tachée. Mais oui! C’est ça! La lune! Il avait oublié cet astre qui inspire tant les poètes. Et quel plaisir que de les mystifier ce soir.

.

Soirée romantique

Le doux sourire de la lune

Celui des amants

.

Ragaillardi, le redoutable personnage sourit comme un enfant. Il aimante du bout du doigt la boule argentée et la fait glisser le long d’un toit, d’une grue vertigineuse, d’une montagne ou d’un cyprès pointu.

.

Nuit d’automne –

Est-ce le vent qui pousse

La lune?

.

Boule de flipper, Séléné, roule dans le ciel, joue à saute-mouton entre les cheminée des usines. Tenez! La voici chapeautant un volcan telle un bouchon de champagne. Le Maître du temps s’amuse follement. Il envoie des flèches de vapeur brûlante, découpe, tranche le satellite à sa fantaisie.  Les badauds s’interrogent. La lune n’était-telle pas pleine tout à l’heure? Que ce passe-t-il là-haut?

Entre chien et loup-

Sur les badauds ébahis

Lune mal lunée

.

MMR ( tous droits réservés)

9 janvier 2022

Un vieil original

Filed under: l'herbier de poésie — Étiquettes : , , , , , , — Martine @ 5 h 13 min

Pour l’Herbier de poésies, ICI, Adamante, nous propose d’écrire sur cette photo.

A l’entrée du village une vieille maison tenait bon vaille que vaille sous le joug des années.  Son toit, ma foi, avait l’air en assez bon état. Par contre,  le crépi des murs partait en larges plaques ici et là. Surtout, côté nord, face à la forêt toute proche.

Au soleil d’hiver-

Une maison solitaire

Et les jeux du vent

Cette bicoque, aux portes et volets toujours clos, était la demeure d’un vieil original.  Béret noir, vêtements noirs, mains et visage comme passés au cirage*. Tout le monde l’appelait La Mado. Je le voyais passer, véloce, lorsque je travaillais dans mon jardin. Jamais un mot. Juste un salut bref assorti d’un sourire timide.

Au bord du chemin-

Salut et bouche cousue

Courtoisie champêtre

Il partageait son logis avec deux vaches étiques. Une compagnie qui le réchauffait dans tous les sens du terme.  Parfois, je l’apercevais, au loin, fauchant l’herbe débordant des champs environnants. Puis il repassait, toujours aussi pressé, disparaissant presque sous son fardeau luzerne et sainfoin.

 

Sourd à l’angélus

Il n’entend que ses vaches-

Vieillesse excentrique

J’avoue qu’à notre arrivée dans ce petit patelin, il m’effraya. Mais, très vite je découvris que c’était un très brave homme.

.

MMR ( tous droits réservés)

* J’appris plus tard qu’il se passait sur le visage et les mains une espèce de pommade anti-mouches.  Le ou la mouchine.

Merci beaucoup pour  lectures silencieuses et vos commentaires  très appréciés

14 novembre 2021

Bleu! Si bleu!

Filed under: l'herbier de poésie — Étiquettes : , , , , , , , , , — Martine @ 2 h 04 min

Pour l’Herbier de poésies, ICI  ,Adamante nous propose d’écrire sur un de ses dessins.

.

Certains jours, tous les synonymes ne suffisent pas à traduire sa beauté extraordinaire. Je veux parler de la couleur bleue. Ma préférée.  Ah! Ces nuances mouvantes de l’océan par un bel après-midi de septembre…

Océan lapis-

Jouer avec la mouette à

Pic et pic  et plouf!

« Si je me marie, ce sera avec un garçon qui aura les yeux bleus! » affirmais-je, catégorique, à douze ou treize ans. Et, chance, mon vœu s’est réalisé.

Méditerranée-

Son éternel été

A les yeux de l’amour

Souvenir de vacances. Ma grand-mère paternelle avait l’habitude de placer une boule bleue* dans sa lessive de draps et autres serviettes. Puis, elle étendait ceux-ci sur l’herbe. « Pour les faire blanchir » disait-elle.  Je revois encore ce léger reflet azuré au froissé du linge. Ce que c’était beau. Mais, une fois, quelqu’un  d’autre avait été attiré, tout comme moi, par cet éclat virginal.

Soleil aoûtien-

Les toiles des draps signées

par la Grisette

Cette chatte aurait pu être l’héroïne d’un conte à l’image de celui du Chat botté.  Elle était très gentille, caressante, se frottant à nos jambes, ronronnant telle un diesel. Pourtant, sous son air câlin, elle cachait une bonne dose de roublardise. J’ai connu un autre Mistigri qui n’avait rien trouvé de mieux que d’approcher  d’un peu trop près l’un de mes pastels. Celui-ci, vaporisé de fixatif, était en train de sécher appuyé contre la façade de notre maison. Apercevant la manœuvre  du félin, je criais. Surpris, le minet bondit en arrière, heurta le tableau, le fit tomber sur lui, s’agita dessous puis fila dare-dare. Cyan, indigo, turquoise, marine, violet, mauve, jaune, orange. Quel tableau bondissant!

Haro  sur le chat-

Sauve-qui-peut arc-en-ciel

du matou maté

.

MMR (tous droits réservés)

*bleu de méthylène

17 octobre 2021

Un si bel automne

Automne avance à petits pas, comme en hésitant. Ses journées sont chaudes et lumineuses avec des matins très très frais. Mr Mésange, se croyant au printemps, lance son cri du nid.

Plus malin, un chardonneret a repéré de délicieuses graines parmi les carrés potagers. Cosmos, tagètes, tournesols sont picorés à vitesse grand V.

Une gueule de loup,  bénéficiant d’un orage tardif, sourit à pleine bouche à ces journées quasi estivales.

 

Les asters d’automne s’étalent en toute liberté jusqu’au pied des escaliers.

.

Soleil brûlant-

Une mouche se prélasse

sur octobre moelleux

.

Si petites que souvent elles disparaissent dans l’herbe: les spiranthes d’automne ( spiranthes spiralis). Blanche au cœur vert, légèrement frisotée, voici une orchidée fleurant bon la vanille.  Chaque année cette sauvageonne étend son aire colonisant mine de rien tout le jardin.

Peu d’abeilles sauvages butinent les dernières fleurs indigènes. Par contre, quelle joie que d’écouter l’activité intense des abeilles domestiques au cœur des abélias  à la délicate floraison rose nacré.

Les surplombant, deux immenses  arbousiers regorgent de fruits et de ravissantes clochettes  laiteuses.  Papillons, mouches, guêpes,  gros bourdons et oiseaux  se partagent ces délices sucrés.

.

Azur éclatant-

Fleurs, fruits et oiseaux chanteurs

C’est l’automne? vraiment?

.

MMR ( tous droits réservés)

Un grand merci pour vos commentaires que je découvre toujours avec un immense plaisir.

23 mai 2021

Nuit estivale

Filed under: l'herbier de poésie — Étiquettes : , , , , , , , , — Martine @ 5 h 21 min

Pour l’Herbier de poésie, Adamante, ICI ,  nous propose d’écrire sur sa photo en écoutant un concert de grillons lors d’une belle nuit d’été.

Août

Il fait chaud, très chaud.  Volets entrebâillés, fenêtre grande ouverte, un léger souffle d’air agite à peine  les rideaux.

Entre deux rêves-

Le merle dans l’olivier

Insomnie aussi?

Je repousse le drap et  décide de descendre à la cuisine.  Un verre d’eau fraîche à peine citronnée à la main  je sors sur la terrasse.

Nuit estivale-

Concert criquets et grillons

Solo d’un oiseau

Pas un nuage. La lune règne sans partage. Sous sa lumière éblouissante, tout prend un relief absolu.  Héliotropes et chèvrefeuilles composent une partition lourde et enivrante. Je me laisse envahir par une douce langueur.

L’argent astral

Dégouline de feuille en feuille-

Un papillon s’y baigne

.

MMR ( tous droits réservés)

14 mars 2021

Feu solaire

Pour l’Herbier de poésie, Adamante,  ICI nous propose au choix deux Fauves,  à l’écriture d’un haïbun.

 

« La joie de vivre » d’Henri Matisse .

Huile sur toile de 174X238, exposée à la fondation Barnes , près de Philadelphie

 

Ou ( et)

André Derain  (1880- 1954)

« L’Estaque, route tournante », 1906,

Huile sur toile de 129,5X195, exposée au Museum of Fine Arts Houston

 

5 choses à savoir sur le fauvisme dont Henri Matisse fût le chef de file: ICI

L’inspiration m’a conduite à m’inspirer des deux peintures en même temps.

 

 

C’est dimanche. Le temps est merveilleux.Trois jeunes filles, trois collègues de travail , cheveux au vent, sourire éclatant, filent vers la Méditerranée au train laborieux d’une vieille 4L. Qu’importe le rythme poussif de cette pauvre voiture, le moral est au beau fixe.

Matin radieux-

Rafales de rires  et

la chanson des cigales

Les paysages se succèdent comme autant de cartes postales. Bleu, rouge, vert, ocre…  La journée est comme peinte par un artiste fou de couleurs.  Des noms affluent et se bousculent dans ma tête: Georges Braque, Charles Camoin, Maurice de Vlaminck, Henri Matisse, André Derain…

Éclaboussures-

Sur la toile des pensées

Tableaux de Maîtres

Parties à l’aventure, à moment donné, une décision doit être prise. Quelle direction prendre? La première propose: « Le lavandou? » Huum! Depuis Aix en Provence? Trop loin!  La seconde lance: « Lestaque? » Moues dubitatives. La troisième prend les choses en mains: « c’est moi qui conduis? Alors c’est moi qui décide! »

Sur la route des vacances

Flotte

Un petit air guilleret

Allez! Fouette cocher! Vaille que vaille nous avançons vers une… surprise. La route semble onduler sous la chaleur. Pins, oliviers, vignes, pins encore… Parfois, rompant la monotonie,  un cyprès dresse son pinceau vers l’azur. Veut-il, peintre fauve, barbouiller le ciel en vert?  Les contours tremblent dans l’air de plus en plus brûlant. Vivement que l’on arrive! Comme pour me répondre,  voici un panneau indicateur: Cassis. Aaaah ! Enfin! Trouver une place à l’ombre pour la voiture. Prendre sacs et serviettes et zou! A nous le farniente en monokini sur Les Roches Plates. Sous les assauts de la lumière, le temps est aboli.

Feu solaire-

Plus un mot. Juste

le soupir du vent

.

MMR ( tous droits réservés)

7 février 2021

Sur tes pas ( du Douanier Rousseau)

Pour l’Herbier de poésie, Adamante, ICI, nous propose d’écrire sur le tableau du Douanier Rousseau  « Le rêve » :

Le rêve, une de ses œuvres les plus emblématiques, est le dernier tableau peint par l’artiste. On y voit une femme assise sur un canapé au milieu d’une jungle luxuriante : la vie réelle est ainsi mélangée avec des éléments plus oniriques. Un tableau qui a inspiré des artistes comme Paul Delvaux ou Max Ernst pour son Jardin peuplé de chimères

.

Fatiguée, desséchée après avoir tourné en rond pendant des heures, errante, me voici perdue.  Le plan indiquant  la petite chapelle peinte dans le style du Douanier Rousseau  semble être une belle farce.  Quelle nigaude! Ah! On ne m’y reprendra pas à gober les histoires du  père Chappelut.

Au début, la promenade fût très agréable.  L’allée cavalière était facile à suivre. Mais, insensiblement, son dessin  s’estompe parmi les herbes et branches mortes. La voie royale mue en parcours d’obstacles. De vagues sentes tracées par les animaux m’entrainent Dieu sait où. Bientôt, à l’évidence, me voici égarée.

Lorsque enfin, au fond de cette forêt, entre deux arbres noirs, là: une trouée lumineuse! Courbatue, griffée, le souffle un peu court, je hâte le pas vers cette oasis éblouissant.

Cette clairière gazonnée abrite  en son cœur un ravissant étang. Dissipée ma torpeur! Oubliée la chaleur! J’arrache mes vêtements et  pénètre dans cette paix liquide. Dérobée,  à l’abri du monde et de sa vaine agitation,  quel délice que de se laisser flotter  à la surface des choses. Hésitants et confus, grenouilles  et têtards frôlent ma nudité. 

Caresses et nageoires

Tapi au fond

 L’inconnu

Retour aux sources,  je me coule hors de mon enveloppe civilisée; redeviens primitive. Dérangée par ma nage, la vie s‘approche, me frôle sans façon. De légers frissons courent sur mes cuisses. Le monde des poissons palpe la sauvage. Barbotant doucement je goûte ce délicieux supplice.

Fougères et roseaux,

Paravent d’ombre mouvante,

Fugue en tapinois

Immobile, me faisant discrète,  j’écoute battre le cœur de Gaïa. Magie d’un autre temps, la jungle minuscule m’enveloppe d’oubli, de douceur. Cette sérénité émeraude possède un charme puissant irrésistible. 

Conciliabules

Libellules et moucherons

Mon âme en fête

.

MMR ( tous droits réservés)

31 janvier 2021

P’tit Chêne

Filed under: l'herbier de poésie — Étiquettes : , , , , , , , , , , , — Martine @ 4 h 53 min

Pour l’Herbier de poésies, Adamante, ICI, nous propose d’écrire sur une de ses photos personnelles  : L’arbre creusois

.

Il est un lieu, loin, très loin, où pousse une petite forêt. Parler de forêt est peut-être excessif  car les gens du coin la nomment « Le bois sans nom ». Pour y parvenir il faut traverser prairies, ruisseaux et marécages; des ronciers imposants; une mêlée inextricable d’ herbes hautes et d’arbustes exubérants.

D’hiver à l’automne

Sur la carte routière

Une tache verte

Cette sylve, si difficile d’accès, est préservée des hommes et de leurs cognées; des voitures 4X4 et du hurlement des motos tout terrain.

L’ombre des arbres

Leur noirceur si effrayante

Chape de silence

Mais, ce n’est qu’une apparence, un leurre de Gaïa. Car, derrière ce rideau inquiétant, tout un monde saute, court ou rampe. Le lapin d’Alice secoue  sa montre gousset  en se lamentant bruyamment: « En retard! Je suis en retard! ». Alice aussi est en retard… d’une histoire. Deux gros escargots unissent leurs destins tandis que le concert des grillons couvre leurs ébats. Bambi parle à une pervenche au bleu irréel. Et l’ours Baloo  compose une berceuse pour Mowgli. C’est un autre monde où le merveilleux règne en maître.  Où les arbres ont le don de parole. Tenez, justement, j’en vois un qui se penche pour mieux écouter la chanson de la vie.

Harmonie dorée-

La ronde des champignons

Celle des mouches

P’tit Chêne à la voix flûtée

Se joint au merle siffleur

.

MMR ( tous droits réservés)

Older Posts »

Powered by WordPress