Les voyages immobiles…

26 octobre 2014

Octobre

Filed under: Les Passeurs de mots — Étiquettes : , , , , , — Martine @ 5 h 29 min

Pour la communauté « les Passeurs de mots » d’Evajoe, le thème pour octobre est automne.

IMG_0852_v1Le vent

Fatigué de déplaire

Brasse languissament

Cette lumière dorée

De lente métamorphose.

Ardente

Sous les doigts fabuleux

D’un couturier génial

La forêt s’est paréeIMG_0264_v1

D’une tenue tzigane.

Outrance exotique

Velours jaune soufre

Rubis, grenats

Dentelles orange sanguine

Dansent sur les troncs noirs

Une dernière valse.

VibrantIMG_0563_v1

Ce silence rutilant

Que brise un rouge-gorge

Repoussant vaillamment

Les griffes de l’hiver

.

MMR ( tous droits réservés)

Cliquez sur les photos pour agrandir svp, merci

Ceci est un vieux poème car je n’ai pas le temps, ni trop la tête à écrire en ce moment. Mon exposition approche à grands pas  et la pression fait fuir l’inspiration. C’est beaucoup, beaucoup de travail…  😉

19 octobre 2014

Hors du Temps- 2

Filed under: Promenades ici et ailleurs... — Étiquettes : , , , , — Martine @ 5 h 35 min

IMG_7713_v1Luxuriance

Démesure

Outrance

Je marche sans bruit, en me faisant toute petite. Bourdonnements, froissements, frôlements…

Un craquement, aussi soudain qu’énigmatique, m’arrête, le pied en l’air. Que cache cet imbroglio  végétal?

Un sanglier?

Un peu partout la vase trahit leur passage. D’autre part, j’ai pu observer de nombreux boutis* aux abords de la forêt.

Un ragondin?IMG_7525_v1

Une loutre?  Telle que celle ci-contre? Une belle photo pour que les visiteurs puissent la reconnaître.

Curieux cette impression que mes oreilles grandissent, s’allongent afin de mieux capter et déterminer un hypothétique danger. Après quelques secondes d’une immobilité absolue, plus rien. La « chose » a disparu…

IMG_7719_v1.

Emmêlé vert et argent

Arceau aux mille bras

Sous ton clair-obscur

Quelques poussières dansent

« Le clandestin des bois »

.

IMG_8006_v1IMG_8016_v1IMG_8012_v1Des brèches, plus ou moins généreuses, ont été aménagées pour que les randonneurs puissent observer la vie aquatique sans la troubler. Cela me permet  d’admirer le manège inlassable du martin pêcheur. Il arrive de loin, de ma droite, se perche sur une branche morte et attend, regardant de tous côtés. Puis repart vers son juchoir initial. Parfois ce va et vient est interrompu par un plongeon fulgurant.IMG_8043_v1

Quelqu’un d’autre est à l’affût.

Ventre creux

Bec avide

Un héron* haut perché

Regard pique écaillesIMG_8039_v2

Se vante d’être expert

A pêcher les ablettes.

Mimant le bois mort

Il guigne l’eau placide

Où nage sa friture.IMG_8033_v1

Plus malin, le poisson

Saute, cabriole

Narguant, hors de portée

Maître Héron, piteux.IMG_7568_v1

.

A mes pieds, surgit, sans crier gare, l’étrange en sa maison.  Une tortue  hisse son envie de sieste sur un tronc vermoulu. Cette belle est une cistude d’Europe.

Ma bulle « Hors du Temps » éclate en gouttelettes mordorées … ces petites lumières s’envolent  loin… très loin… vers l’océan de mes vacances…

.

MMR ( tous droits réservés

Cliquez sur les photos pour agrandir svp, merci

boutis: creusements à grand coups de boutoir ( groin) et de défenses pour chercher des larves, des champignons… . La terre est littéralement retournée.

Héron: difficile de voir , vu la grande distance, si c’est un héron pourpré ou un héron cendré…

12 octobre 2014

Hors du temps- 1

Filed under: Promenades ici et ailleurs... — Étiquettes : , , — Martine @ 8 h 03 min

Quelle drôle d’impression! IMG_7486_v1 Celle de m’isoler dans une bulle féerique. Celle de remonter le Temps.

Ciel émail fragile

Miroir eau dormante

Bruissements clandestins d’un monde en attente…

Le vent se fait timide, à peine une caresse, comme pour s’excuser de peiner à retenir ses chevaux…IMG_7489_v2

Nous sommes dans la Réserve naturelle Dunes et Marais d’Hourtin en Gironde

La lagune de Contaut

Circuit aménagé sur 1km environ. Parcours entre 20 et 45 mn si l’on prend son temps.

Cette lagune,  à l’origine rattachée au lac d’Hourtin-Carcans, suit maintenant son évolution propre entre étang et tourbière. (Renseignement pris sur la plaque explicative IMG_7541_v1 à l’entrée du circuit.)

Nous sommes en plein marais boisé très rare en Gironde, caractérisé par un milieu tourbeux sur lequel s’est développé une forêt de bouleaux et de saules.

La passerelle surélevée permet de longer l’étang au cœur de fougères géantes, sans perturber la tranquillité des lieux et piétiner ce sol si fragile.

Cette promenade longue de quelques centaines de mètres est libre d’accès aux piétons en toute saison.IMG_7499_v1

 Faconde  émeraude

Tissu lâche du Temps enlisant ses secondes

Exhalaisons bourbeuses tissées de mystère

Carex, Osmondes royales, marient  leur débridé.

Gaïa, reine en sa demeure, crée, enfante

Compose l’hymne sauvage d’amours inhumaines…

RETOUR AU CARBONIFÈRE! 😉

MMR ( tous droits réservés)

Cliquez sur les photos pour agrandir svp, merci

 

 

8 octobre 2014

Le Mariage

Filed under: Anthologies éphémères — Étiquettes : , , — Martine @ 5 h 57 min

Voici ma participation au nouveau sujet , des prochaines  Anthologies Éphémères,  lancé par Quichottine : le mariage.

Pour rappel:  le produit de la vente de ce recueil ira en totalité à la Fondation Rêves. Son but? Réaliser le rêve d’un enfant gravement malade. Pour en savoir plus,  svp suivre ce lien

Cliquez sur la photo pour agrandir svp, merci

Tata IdaIMG_9804_v1

Elle avançait à pas comptés, discrète,  à l’écart du flot bruyant et animé des invités.. Sous un curieux chapeau bol, gris perle et rose , ses cheveux blancs accrochaient la lumière. Une légère voilette relevée ombrait à peine son front marqué par la vie. Ses yeux, d’un étonnant bleu myosotis , regardaient à droite, à gauche, étonnés et ravis. De temps à autre, son petit nez rond reniflait, furtif, le parfum d’un bouquet monumental ou celui d’un bébé heureux gigotant aux bras de sa mère.   De légères bajoues déformaient à peine l’ovale du visage. Coquetterie: un ruban en velours noir, piqué d’un camai, camouflait le cou  relâché.  Chemisier blanc à col Claudine, tailleur gris fumé, en harmonie avec son adorable bibi, elle  serrait contre sa menue poitrine un sac en tissu parme brodé d’ entrelacs fleuris en accord parfait avec sa tenue.

Sourire fragile aux lèvres, elle allait d’un groupe à l’autre, un timide hochement de tête par ci, un bonjour par là.  Parfois, elle s’arrêtait et complimentait une jeune maman, caressait la joue d’un bambin. Les enfants l’attiraient irrésistiblement.
Une adorable petit fille capta son attention. « Que tu es élégante avec toutes ces dentelles et rubans »  lui dit-elle.
« C’est ma mamie qui a fait ma robe » répondit la gamine,qui, pas effarouchée,  lui lança: « t’es qui toi? »
« Moi? tu ne te souviens pas? Mais je suis tata Ida ! »

MMR ( tous droits réservés)

Powered by WordPress