Les voyages immobiles… … de Martine Madelaine-Richard

11 octobre 2015

Couleur automne

Filed under: Poèmes,Textoésies — Étiquettes : , , , , , — Martine @ 3 h 10 min

Réponse au textoésie de Suzâme, « Aux doigts de l’automne » ICI

img_0446_v1.

Paysages brûlés

Aux élans Tramontane *

L’ Automne d’un doigt dirige

La symphonie du vent…

.

* Tramontane: vent du Nord/ Nord- Ouest, soufflant sur le Languedoc, souvent avec violence, en direction de la Méditerranée.

De plus,  le thème de l’automne m’a inspiré ce petit poème

.

Or et rubis

Un ruisseau de feuilles serpente entre les vignes.

Etincelles violentes

Ces joyaux attirent une pie vagabonde.

Elle pique

Fouille

Tente de capturer cette beauté offerte.

La voleuse

Ne saisit qu’un reflet évanoui à l’envol.

Reste à l’oiseau

Une tache boueuse à son bec désabusé…

.

MMR ( tous droits réservés)

En illustration, une oeuvre, technique mixte à partir de gravure marouflée sur toile . 15×15

Cliquez sur l’image pour agrandir svp, merci.

55 Comments »

  1. Bonjour Martine
    Chacun de tes mots est évocateur et poésie d’automne

    Coucou Kri
    Mes mots s’accordent à la saison. Parfois non, parfois oui comme ici
    Bonne journée

    😉

    Commentaire par Kri — 14 octobre 2015 @ 15 h 29 min

  2. des farandoles de couleurs pour ton joli poème
    bises

    La semaine dernière, lors de la soirée poésie parmi mes tableaux, quelqu’un a dit que bien souvent les poèmes sur l’automne sont très mélancoliques. Tout le contraire de mes tableaux sur ce sujet qui sont flamboyants, gais.
    Bises

    😉

    Commentaire par peintrefiguratif — 15 octobre 2015 @ 10 h 29 min

  3. Superbes mots Martine couleurs d’automne .
    Bises
    Nadine

    Merci Nadine
    Bises

    😉

    Commentaire par nadine — 15 octobre 2015 @ 15 h 00 min

  4. Bonsoir Noble Dame

    Ton poème s’inspire ,comme d’habitude d’une peinture ou d’une photo émotion-sensation.La deuxième partie est très féminine ,la pie est peut être l’homme qui ne voit que les étincelles violentes ,or et rubis de la féminité.Et se retrouve idiote quand le reflet s’évanouit. C’est notre éternel dilemme ,succomber ou se méfier ,je pense que nous succombons avec délice quitte à se retrouver le cul par terre je plains ceux qui se méfient ,il passe à coté d’un délicieux moment.

    Bises

    Coucou ami Serge,
    C’est toujours avec délice que je découvre tes impressions d’après lecture.
    Il y a beaucoup de pie près de chez moi, ainsi que des vignes. l’idée a suivi son chemin pour le poème…
    Bises

    😉

    Commentaire par Serge — 18 octobre 2015 @ 4 h 08 min

  5. Merci pour ces mots Martine.
    Par ma fenêtre, un pic-vert et quelques rouges-gorges ont rejoint les pies aujourd’hui.

    Chez moi, j’ai vu beaucoup d’étourneaux, moineaux, mais également pies, merles et merlettes, mésanges, verdiers, pinçons, et… le retour du rouge gorge et du rouge-queue…

    Commentaire par Jeanne Sélène — 21 octobre 2015 @ 14 h 07 min

RSS feed for comments on this post. TrackBack URL

Leave a comment

Powered by WordPress