Les voyages immobiles…

26 février 2015

La forêt des songes

Filed under: l'herbier de poésie — Étiquettes : , , — Martine @ 6 h 06 min

Pour l’Herbier de poésie,  communauté d’Adamante, ICI, voici ma participation:

IMG_1527_v1cliquez sur la photo pour agrandir svp, merci.

.

Entre les arbres

La brume effiloche

un reste de rêve

.

MMR ( tous droits réservés)

22 février 2015

Saint Bertrand de Comminges

Filed under: Les Passeurs de mots — Étiquettes : , , — Martine @ 8 h 56 min

Pour répondre  à la proposition de Sabine  ,de la communauté « Les Passeurs de mots », d’écrire sur ce thème: voyage.

imag0073_v1Je vous invite à grimper dans mon carrosse: direction la Haute Garonne! 🙂

Cliquez sur les photos pour agrandir svp, merci

En région Midi-Pyrénées, à 110km au sud de Toulouse, nichée entre les premiers contreforts des Pyrénées, se dresse Saint Bertrand de Comminges. Sur son éperon rocheux, 515m d’altitude, elle domine la ville basse ainsi que les ruines de la cité antique de Lugdunum- Convenae, le théâtre, ainsi que des vestiges gallo-romains.

imag0076_v1imag0078_v1imag0077_v1Le théâtre:

Édifié à flanc de colline, il pouvait accueillir 5000 spectateurs qui accédaient aux gradins par des galeries annulaires depuis le bas de l’édifice. Un mur de scène, très haut barrait la vue qu’ils avaient depuis leur place vers la  Garonne, selon le schéma classique des théâtres romains. Un velum ( grande toile) était tendu au -dessus des gradins à partir de grands mâts entourant le théâtre. Les pierres d’encrage de ces mâts, faites d’un seul bloc de marbre percé d’un trou, furent retrouvées au cours des fouilles. Le théâtre fût pillé au Moyen-Age et certains de ses décors de marbre réutilisés dans la construction de la basilique Saint-Just. L’édifice était le lieu de spectacles intégrés à des fêtes religieuses.

imag0081_v1imag0084_v1imag0086_v1Après la grimpette d’une route un peu raide, nous voici dans la place. C’est magnifique, calme, silencieux. Un chat posté sur un mur nous observe puis file sans un miaou. Mais où sont donc les gens?

imag0090_v1imag0093_v1imag0089_v1Le soleil éclaire les pierres blondes, engendre des ombres à la profondeur troublante. Curieuse sensation de remonter le temps. Celui des XV et XVIe siècles. Entre les maisons à colombages il me semble entendre résonner les cris des marchands ambulants; les sabots  des montures de chevaliers martelant les pavés; le rire discret de deux belles dames se rendant à la messe.

imag0083_v1imag0101_v1imag0095_v1Même les fenêtres restent muettes. Étrange! Vous avez dit étrange? Comme c’est étrange! Puis, nous débouchons sur la grand place, et là, sur le parvis et autour de la cathédrale, enfin, de la vie. Le Moyen Age nous saute au visage. Des artisans tissent, cardent, sculptent… Mais au fait, j’ai omis de vous dire que c’est aujourd’hui la première fois que St Bertrand de Comminges organise une fête médiévale. Nous sommes sur le chemin de St Jacques de Compostelle.

imag0110_v1imag0122_v1imag0119_v1Moines, chapelains, et jolies cavalières surgissent tour à tour d’une porte basse, d’une rue…

imag0114_v1imag0106_v1 imag0102_v1

Nous avons également un but. Celui de retrouver ma sœur céramiste.  Tout comme la majorité des habitants, les artisans d’art doivent jouer le jeu et travailler costumés. Hélène a choisi de revêtir celui d’un serf.  C’est plus pratique pour travailler la terre. Vous pouvez l’apercevoir ci-dessus à droite dans le cliché de groupe.

imag0128_v1imag0161_v1imag0132_v1

Il y a un monde fou! Il m’est très difficile de photographier. Soit je suis bousculée, soit quelqu’un s’arrête pile devant moi au moment où je prends mon cliché.  Mais la bonne humeur ambiante compense largement ce léger tracas. La musique d’une flûte a toutes les peines du monde à enchanter nos oreilles. Combat médiéval, spectacles de rues étonnent et tiennent en haleine les nombreux visiteurs.

imag0164_v1imag0193_v1imag0162_v1

Une très belle Esméralda, accompagnée de son troubadour, se promène ici et là, admirant, questionnant les créateurs. Puis, arrivée à deux pas du stand de ma sœur, O chance, elle se prend le bec avec une curieuse marchande.

imag0224_v1imag0334_v1imag0222_v1Invectives, force gestes, jusqu’au moment où elles en viennent aux mains. Cette farce met en joie le public. Les enfants , costumés ou non, rient à pleine gorge. Les acteurs font un tabac.

imag0142_v1imag0159_v1imag0148_v1Avant, et après leur prestation,  Hélène répond gentiment au public, crée sous leurs yeux deux nouvelles pièces.

imag0215_v1imag0210_v1imag0213_v1Épuisés, les yeux brillants d’étoiles, nous disons au-revoir à cette splendide journée hors du temps. Nous repartons par une autre porte que garde une beauté de pierre.

MMR ( tous droits réservés)

J’ai pris mes renseignements sur la plaque près du théâtre antique. Ainsi que chez Wikipédia

Pour en savoir plus voir chez wikipédia  ICI

Nous avons également visité la cathédrale Sainte Marie. Ce sera le sujet d’un autre billet.

20 février 2015

Vendredi japonisé

Filed under: mini poèmes, Haïkus, tanka, haïbuns... — Étiquettes : , , , , , — Martine @ 6 h 54 min

Plaisir de jouer sur les mots des autres

Sur ceux d’Alice, ICIIMG_1088_v1

.

Sur l’étang miroir

l’écho d’une corneille

brise l’arbre givré

.

Sur ceux de Brunô, ICI

.

Matin hivernal-
Se réchauffer au soleil
d’une crêpeIMG_4952_v1

.

Chez Lenaïg,  ICI

.

Pour la St Valentin

Quelle fête

d’éternuements

.

MMR

 

14 février 2015

Quelle foire!

Filed under: Le nid des mots — Étiquettes : , , , , , , , , , , , , — Martine @ 4 h 13 min

Pour répondre au défi du mois de février organisé par ABC sur son nid des mots.

La consigne:

Écrivez un texte de votre convenance dans lequel nous trouverons :

Un personnage féminin : une chanteuse

Un personnage masculin : un facteur

Un lieu : la foire

un objet : une brosse

Un verbe : hurler

Un adverbe : lentement

ABCIMG_6456_v1

**************

Voici donc mon interprétation, très libre, du thème:

Un peu de poudre de perlimpinpin… Plus de minutes. Plus de secondes. Chuttttt…. L’horloge ralentit. Aiguilles croisées sur son cœur assoupi, son tic-tac n’est plus qu’un murmure… Le passé, au présent, est une bulle rêve doré. Sur un air de jasmin, le bourdon vrombit l’avide de sa  faim, en jouant le facteur entre deux amours fleurs. « Un peu de pollen ici, oui merci. A déposer là-bas, soit dit sans vous commander.IMG_6462_v1 » Bourdon, une crème de messager, va de l’une à l’autre délivrer les missives parfumées.

Tournesol, ivre de lui-même, ouvre grand son cœur.

Or

Feu

Bronze

Sa faconde incendiaire séduit l’ouvrière ou l’abeille sauvage. Phébus, là-haut, n’en revient pas encore de cette rivalité.IMG_5822_v1

Tranquille, en tapinois, Passiflore, chanteuse soprano léger, pique au ciel un peu de son azur. « Et pourquoi pas, ma foi! L’exemple vient d’en haut! » lance cette effrontée à la voûte céleste. « Je crois, par ma croix, que je mérite bien un peu de ton éclat. » Laaaa! La si do ré! rééé!  do ré si laaaa! La Callas du jardin fait ses gammes, sourde à la rébellion que couvrent ses vocalises. Ah! Que n’avait-elle pas dit cette péronnelle.IMG_6160_v1

« Et moi? » râle l’herbe.

« Et moi? hurle  laurier. Ma neige est d’un fade! Faut-il pleurer aussi pour être cramoisi? A combien, dites-moi, pour maquiller mes pommettes délavées par la pluie? »

« Allez! allez! Qui veut éclairer son teint? Dorer ses joues diaphanes? Je travaille en souplesse, sans froisser un pétale »,  vante xylocope à tous les vents contraires. »Une once de nectar pour afficher belle mine! Allez!allez! profitez! profitez! ».

 » Je veux bien un zeste d’albâtre pour camoufler couperose « , demande timidement Grace tachée par trop de bruine.IMG_9885_v1

 » A votre service mam’zelle » , vrombit le bateleur tout sourire servile.

 » Et moi! »

« Moi aussi! »

« Poussez pas! J’ai demandé avant vous! »

Flèches odorantes , couleurs en tirs croisés. Ma jungle se rebiffe en mots bataille rangée.

Cette foire bariolée invective les ombres, la dimension cachée d’un conte de Perrault. Effaré, dépassé, un elfe en interrompe sa sieste millénaire. « On trouve de tout ici, se régale Maître Merle. Regardez donc mon Prince, cette belle assemblée où passion rime avec chanson; où pollen rime avec fredaine; où couleur rime avec aboyeur. » L’oiseau siffle et persifle le vaste parterre.

Le sylphe se lève lentement , examine  l’air dubitatif ce marché aux ego.imag0027_v1

« Quel parler volubile pour vanter marchandise! Mes rêves pris au filet d’un camelot roué.  Mais quel est donc ce Temps où l’on bafoue à l’aise le sommeil elfique occupé à créer. »

« Votre humble serviteur Monseigneur, minaude Pyracanthe. J’aime la paix, le silence et n’ai rien à voir avec cette engeance. Vous avez toutes les raisons d’être mécontent. Vous, si beau, si fin, si élégant, si… »

Mais le flagorneur en est pour ses frais.  Sa brosse à reluire indiffère et agace l’éthéré personnage.  Lui tournant le dos, celui-ci lève un bras grêle du plus clair émeraude. Puis , courroucé, il agite deux ou trois fois l’index et lance vers l’auditoire un sortilège argent:

« Par la lune  pulpeuse à la blancheur de lait

Par mars le belliqueux à la flèche assassine

Par l’eau des collines rafraîchissant ma gorge

Que vos voix s’éteignent une journée entière!

Il me faudra bien ça pour retrouver sommeil!

MMR ( tous droits réservés)

Cliquez sur les photos pour agrandir, svp, merci.

8 février 2015

L’hiver sonne au portail

Filed under: animaux, insectes... — Étiquettes : , , , , , , — Martine @ 7 h 32 min

IMG_0943_v1L’hiver sonne au portail

De mon jardin frileux.

Phébus, les rayons gourds

Enroule son timoré

A l’écharpe cotonneuse

D’un jour bleu stupéfié.

IMG_0947_v1Janvier s’en est allé

Reposer sa vindicte

En passant le relais

A Février ronchon.

Son humeur à l’orage

Promet quelques grêlons.

IMG_0959_v1Il bave sur Jardin

Ses mots couleurs de suie

Maints jurons liquéfiés

Au goût de tramontane.

Puis le soir s’en venant

Le voilà tout sourire

Tout beau, tout doux,tout bleu

Présage de beau temps.

IMG_1075_v1Le lendemain

Surprise

Sédum, rougi de froid

Se réveille ébloui

Sous un manteau neigeux.

BrrrrrrrrIMG_0977_v1!

Palmier n’apprécie guère

Cet humour météo.

Il tend sa palme raide

A Soleil endormi.

La blague est amère

Proteste l’ exotique

Oh! Vivement Juillet

Et ses degrés bouillants!IMG_1035_v1

Là-bas, le tas de bois

Figé de solitude

Se réjouit, quant à lui

De la métamorphose.

L’offrande nuit sans lune

Transmute sa laideur

En sculpture up to date*.IMG_0560_v1

Artiste a son insu

Rouge-gorge pietine

Recherche pitance

Dessinant vingt étoiles

Sur la toile du sol

Puis

La nuit chasse le jour qui évince la nuit.IMG_1081_v1

L’astre là-haut s’enflamme

Réconforte, magnanime,

Un groupe grelottant

De masques africains.*

MMR ( tous droits réservés)

* up to date: moderne- ultramoderne

* masque africain: punaise d’Europe très commune : pyrrhocoris apterus .nommé également: cordonnier, suisse, diable cherche-midi, soldat, masque-nègre,

Powered by WordPress