Les voyages immobiles… … de Martine Madelaine-Richard

18 avril 2021

Avril au jardin

Entre notes florales et notes musicales, instants vibrants de vie au cœur du jardin. Le soleil réchauffe l’atmosphère. Les oiseaux ont le cœur en fête.

Sur la pergola le merle lance trille sur trille.

Là-haut, au coin du toit, le sansonnet lui répond note pour note.

Très enthousiaste, il bat des ailes de curieuse manière. Il mouline, mouline… Aurait-il la prétention de nager dans l’océan du ciel?

Tandis que plus bas, le merle, ignorant superbement ce chanteur d’opérette, vocalise avec brio  à tous les temps du Printemps.

A un mètre de ce virtuose s’épanouit la grâce  neigeuse d’une Spirée de  vanhoutte (Spiraea van houttei). Son énorme tête ploie jusqu’au sol saluant le talent de l’estimé ténor. Ses millions de fleurettes sont elles-même appréciées par une foule de visiteurs empressés. Quelques hyménoptères ( abeilles sauvages, symphites jaune et noir) et coléoptères se glissent discrètement parmi l’affluence bourdonnante des diptères.

Quelle belle diversité chez les mouches! Aussi poilue qu’un sapeur,  noire et rouge brique une grosse tachinaire  se goberge de nectar.

A deux pattes de là, un petit bijou lui vole la vedette. D’une teinte extraordinaire une calliphoridae ( nommée vulgairement mouche bleue) pompe goulûment cette ambroisie offerte.

Lorsque soudain!

Un vrombissant joyau  l’éclipse de tout son émeraude métallisé.

La cétoine dorée (Cétonia aurata)  est un gros scarabée appartenant à l’immense famille des coléoptères. Ce lourdaud adore boire le sirop subtilement parfumé. Mais plus encore brouter les étamines délicates. Voyez-le s’enfonçant à demi dans la congère de pétales.  Heureusement, solitaire ce jour-là, ses dégâts sont minimes.

Au pied de la spirée est née une fleur très rare au jardin.

Un salsifis sauvage du genre Tragopogon . Mais lequel? Il en existe plusieurs.  Peut-être tragopogon porrifolius?

Après une bouderie de deux ans, sa floraison est si courte et discrète que j’ai  failli rater ce rendez-vous.  Deux autres pieds ont préféré naitre plus loin, à l’ombre protectrice et néanmoins légère du mimosa.

Pour terminer voici une petite merveille: Ophrys lutea.  Cette orchidée indigène colonise peu à peu une grande partie du jardin.

.

 

MMR ( tous droits réservés)

28 mars 2021

Printemps!

Filed under: animaux, insectes...,au Jardin: fleurs, arbres... — Étiquettes : , , , , , , , , , — Martine @ 6 h 14 min

Capricieux! Inconstant! Éblouissant! Ce ne sont pas les adjectifs qui manquent lorsque l’on veut parler de toi Printemps!

Pour fêter ton réveil, le 20 mars, la Météo avait commandé le soleil. Phébus, tout sourire, se plia en quatre pour faire plaisir. Il cerna d’étincelles le safran des narcisses; coula au bronze  l’or des forsythias; ébouriffa le miel des pissenlits; réveilla coucous et primevères; satina alysses et tulipes d’une chaleur bonne enfant…

Rien n’était trop beau pour toi. Le ciel, balayé de frais, devint un somptueux tapis floral: myosotis, lin, scabieuse, jacinthe, pervenche, céanothe, crocus, agapanthe… Mille nuances de bleu composèrent un tableau changeant à rendre jaloux Océan.

Infime, dans un coin d’horizon perdu, une peluche neigeuse flottait paresseusement. Ultime trace de l’oiseau tempête chassé à grands coups de rayons brûlants.

Nul ne devait assombrir  ta venue.

Tout devait être parfait.  Les fleurs offrirent le meilleur de leurs mots parfumés à la gloire de ce jour. Les oiseaux. Ah les oiseaux!  Ces petites boules de plumes  devinrent lyriques. Leurs notes amoureuses s’envolèrent à la conquête des cœurs.

En dansant sur le vent, sur ses voltes fantasques, abeilles, bourdons, mouches, papillons et autres coléoptères, célébrèrent Aphrodite, déesse de l’amour.

Même l’assommant chien d’à côté se fit un peu plus discret. Un ange poilu, museau pointu et longues oreilles, avait dû le toucher de ses ailes apaisantes. Quiétude, légèreté et joie étaient au menu de cette renaissance.

Par Vertumne,  dieu des jardins et des potagers, une envie irrépressible s’empara de moi; celle de plonger mes mains dans la terre; de nettoyer, tailler, désherber, semer, transplanter. Je me mis à féliciter  les abeilles, ces vaillantes petites ouvrières qui se dépensent sans compter.  Puis mes louanges allèrent aux  radis et à la salade à couper  prospérant résolument dans un des carrés potagers en dépit des gelées récentes. Sans oublier le talent d’imitateur du sansonnet s’époumonant, infatigable, au bord du toit. Tout à coup je me surpris à sourire pour rien, comme ça, dans le vide. Folie printanière?

Suave et ensorcelant Printemps. Quel bonheur que ton retour!

.

 

 

 

 

MMR ( tous droits réservés)

17 janvier 2021

Soleil transi

Filed under: l'herbier de poésie — Étiquettes : , , , , , , , , , , , — Martine @ 2 h 49 min

Pour l’Herbier de poésie, Adamante, ICI, nous suggère ceci:

« Je vous propose donc un texte qui m’a beaucoup émue, un texte de Marine qu’elle a publié sur Facebook et sur son blog.

Il y a tant qui se cache derrière les mots, tant d’amour, tant de pleurs aussi parfois, tant d’absence.  Tant… à partager. »

Lisière

Marchant sur ce chemin

de flaques et d’ombres

Le froid craque sous les pas

craquelle la peau

Un oiseau siffle quelque part

Je vais puiser loin et profond

des joies anciennes

La glace brille et enjolive

la cime des arbres

A la lisière des arabesques

griffent le ciel

en vagues brunes

Donne moi ce petit rien

ce sourire si attendu

arc en ciel silencieux

quand rôde le doute

je regarde du côté du levant

Tout viendra un jour.

Marine D

Ci-dessous, mes mots  inspirés  par  ceux de Marine :

 

A la lisière cuivre de l’espoir effrité,

Là où Hiver goulu vampirise la chaleur,

J’écoute des mots neige essoufflés de gelures

Souvenirs du grand nord où dansent les flocons.

 

Ciel bleu cristal

Soleil transi

Temps indolent

 

Mélopée râpeuse évadée des hêtraies

Tout en craquements, fracas brusques et soupirs

L’harmonie sylvicole accompagne mes pas

Recueillis  sur l’absence d’un bel éclat de rire

 

Mésange bleue

Champignon sec

Baies rouge vif

 

Foulant le cuir terni des feuilles défuntes

Mon regard suit la fuite d’un merle effarouché

Caresse la gravure bourrelée d’une écorce

Boit la sérénité sourdant  des ramures

.

MMR ( tous droits réservés)

Merci pour toutes vos visites et vos commentaires auxquels je suis très sensible. J’y répondrai dès que possible.

2 août 2020

Laurier rose et laurier tin

Filed under: au Jardin: fleurs, arbres...,Poèmes — Étiquettes : , , , , , , — Martine @ 4 h 10 min

 

Laurier rose et laurier tin

Tissent au gré de la brise

Un paravent changeant

Émeraude et neige poudrée.

 

La chanson du vent au levant

Ciselée d’ambre brasillant

Glisse ses notes flutées

Entre leurs doigts entremêlés.

 

Zestes citron et mandarine

Le Dieu-soleil au pied du jour

Travestit les deux compagnons

En sculptures d’or sirupeux.

.

MMR ( tous droits réservés)

21 avril 2020

Des pastels confinés

Filed under: Expositions — Étiquettes : , , — Martine @ 18 h 05 min

Confinement! Ce n’est pas le Covid 19 qui va nous empêcher de pratiquer ensemble notre passion pour le pastel sec. Non mais!

Aussi j’ai proposé à mes élèves un sujet à travailler chez elles. Puis de faire une petite expo virtuelle sur mon blog  pour que chacune d’entre nous puisse  découvrir le travail des unes et des autres.  Il s’agit d’un paysage des Hautes Alpes photographié  pendant les vacances de  Noël 2011. Le choix de ce sujet a été influencé par la chute de neige surprise de la veille ( fin mars).

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

 

 

 

 

MMR ( tous droits réservés)

Voici un nouveau pastel à cette petite expo virtuelle:

 

Merci pour vos réactions si chaleureuses et encourageantes.  Elles seront transmises  aux intéressées.

MMR ( tous droits réservés)

30 août 2019

Il flâne

Filed under: Océan et Bassin d'Arcachon — Étiquettes : , , , , , , , , , — Martine @ 5 h 42 min

Sous l’émail d’un ciel sans nuage

L’esprit vacant

Regard bleu évasion

Il flâne…

Errance neigeuse, une mouette joue à narguer les vagues.

Errance cuivrée, lui, se laisse porter par le roulis ronronnant de l’océan.

Foulées sereines

Sourire béat

Il flâne…

Parfois, joyau nacré, un coquillage  émerge à  demi du sable captivant l’impénitent enfant.

Son pas alors  fait halte, contemple, savoure ce miracle de finesse et de courbes.

Puis,

Gonflé du bonheur présent

Il reprend sa balade rêveuse…

.

MMR ( tous droits réservés)

6 janvier 2019

Blanc… blanc… blanc

Filed under: Poèmes — Étiquettes : , , , , — Martine @ 1 h 43 min

Immaculé

L’intervalle limpide

Où les mots inutiles

Se fondent aux vagues

.

.

Virginale

Cette douceur candide

De la liane fleurie

Épousant l’été

.

.

Ivoire

Le baiser hivernal

Figeant en son givre

Le velours des prairies

.

.

 

.MMR ( tous droits réservés)

8 février 2015

L’hiver sonne au portail

Filed under: animaux, insectes... — Étiquettes : , , , , , , — Martine @ 7 h 32 min

IMG_0943_v1L’hiver sonne au portail

De mon jardin frileux.

Phébus, les rayons gourds

Enroule son timoré

A l’écharpe cotonneuse

D’un jour bleu stupéfié.

IMG_0947_v1Janvier s’en est allé

Reposer sa vindicte

En passant le relais

A Février ronchon.

Son humeur à l’orage

Promet quelques grêlons.

IMG_0959_v1Il bave sur Jardin

Ses mots couleurs de suie

Maints jurons liquéfiés

Au goût de tramontane.

Puis le soir s’en venant

Le voilà tout sourire

Tout beau, tout doux,tout bleu

Présage de beau temps.

IMG_1075_v1Le lendemain

Surprise

Sédum, rougi de froid

Se réveille ébloui

Sous un manteau neigeux.

BrrrrrrrrIMG_0977_v1!

Palmier n’apprécie guère

Cet humour météo.

Il tend sa palme raide

A Soleil endormi.

La blague est amère

Proteste l’ exotique

Oh! Vivement Juillet

Et ses degrés bouillants!IMG_1035_v1

Là-bas, le tas de bois

Figé de solitude

Se réjouit, quant à lui

De la métamorphose.

L’offrande nuit sans lune

Transmute sa laideur

En sculpture up to date*.IMG_0560_v1

Artiste a son insu

Rouge-gorge pietine

Recherche pitance

Dessinant vingt étoiles

Sur la toile du sol

Puis

La nuit chasse le jour qui évince la nuit.IMG_1081_v1

L’astre là-haut s’enflamme

Réconforte, magnanime,

Un groupe grelottant

De masques africains.*

MMR ( tous droits réservés)

* up to date: moderne- ultramoderne

* masque africain: punaise d’Europe très commune : pyrrhocoris apterus .nommé également: cordonnier, suisse, diable cherche-midi, soldat, masque-nègre,

6 avril 2014

A l’ombre

Filed under: au Jardin: fleurs, arbres... — Étiquettes : , , , , , , , — Martine @ 7 h 24 min

IMG_3579_v1Au discret de l’acanthe

De son ombre douillette

Naïveté neigeuse

Jacinthe  offre son cœur

A l’amour rose ou parme

Ondulant et charmeur

Furtif aventurier

Que dépose Zéphyr.IMG_6460_v1

*

Clair-obscur enfiévré

Essences  amoureuses

Volent, sédentaires

Étranges papillons

*

img_3253_v1Frondaison  vert bronze

Protection balbutiée

Arbre de Judée filtre

La véhémence soleil.

Coquetterie Iris

Ne tolère que le souffle

Ces mots printemps-été

Voltigeant dans l’azur.

*IMG_7124_v1

Contre-jour anisé

Rébus croque folioles

Entretient gourmandise

Au dépend de Dahlia

*

MMR ( tous droits réservés)

Cliquez sur les photos pour agrandir svp, merci

 

 

2 mars 2014

Pourtant Printemps fleurit…

Filed under: au Jardin: fleurs, arbres... — Étiquettes : , , , , , , , , , — Martine @ 8 h 33 min

IMG_4032_v1Appétence parfum

En contemplant l’azur en panne de sourires

Pourtant Printemps  fleurit entre deux ronds de bosse veloutés mousse fraîche

Une mouche ahurie par trop de somnolence erre de-ci  de- là

Hésite

Tâtonne

Puis se décide enfin à boire l’or d’un crocus IMG_5113_v1

La nuit a laissé choir l’ennui couleur grésil

Vivement que soleil réchauffe son éther

Anémone se joue des humeurs du temps

Entrouvrant son corset, elle ramage l’amour constellé de pollen

Timide

Entre deux giboulées

Rosissant d’émotionIMG_5529_v1

Courbant un peu la tête

Sédum s’enhardit à lâcher tous ses feux.

Indifférent au charme du prunier virginal

Merle, noir de fureur,

Sautille

Bat de ailes

Invective l’intrus, le couvre d’opprobre . Pr-105_v1

Il neige, sous sa hargne, la douceur colombine

Maints  pétales froissés au bouillant de ses cris.

Mésange ou fauvette, qu’importe la coupable,

Sourde à ses menaces, mâchouille un vermisseau

La bévue moucheron  enivrée au nectar.

Appétence parfum

En contemplant l’azur en panne de sourires

.

MMR ( tous droits réservés)

Older Posts »

Powered by WordPress