Les voyages immobiles… … de Martine Madelaine-Richard

29 octobre 2023

Au pays du matin calme

Filed under: Océan et Bassin d'Arcachon,Poèmes — Étiquettes : , , , , , , — Martine @ 3 h 30 min

.

Silhouettes graciles,

Sculptées par la lumière

De Phébus indolent,

Les aigrettes valsent.

.

Les notes légères

Du vent dans la pinède,

Du Bassin s’ébrouant,

Chorégraphient leurs pas.

.

Galbes angéliques

Marchant, sautant, volant,

Interprètent la vie

Poétique et légère.

.

.

.

MMR (tous droits réservés)

Merci pour tous vos commentaires très appréciés et motivants.

🙂

5 mars 2023

Il était une fois…

Filed under: l'herbier de poésie — Étiquettes : , , , , , , , , , , , , — Martine @ 4 h 20 min

Pour l’herbier de poésies, ICI , Adamante nous propose d’écrire sur une de ses œuvres figurant dans son recueil « Le faiseur d’accueil, et autres contes » ICI

.

.

Il était une fois… c’est ainsi, en général,  que grand-mère commence son récit.  Elle en a plein son sac à souvenirs.  Invariablement , assis bien sagement autour d’elle, nous attendons cette introduction riche de promesses.

– Il était une fois une jeune fille, assise sur le siège en pierre de la plus monumentale cheminée que vous ne verrez jamais.

– Elle était grande comment cette cheminée, dis, Mamie?

– Grande comme… comme une énooorme bouche d’ogre!  Pensez! On pouvait y déposer un tronc d’arbre entier!

– oooooh!

– Ah, c’est vrai que j’ai oublié de vous préciser que la jeune fille habitait un château.  Je continue.  Voyons, où en étais-je? Ah oui! La jeune demoiselle assise près du feu était transie de froid, certes, mais aussi d’inquiétude… Son père, son frère ainé, ainsi que tous les chevaliers n’étaient toujours pas rentrés de leur expédition punitive. La nuit était tombée. Les plaintes du vent descendaient du conduit de fumée comme pour mieux glacer son âme.  Tourmentée, la pauvrette, l’esprit absent,  fixait les flammes vives. Celles-ci  dansaient de joie soudainement ravivées par le souffle  d’Éole rugissant tout là-haut. Elles montaient, s’étiraient léchant le contre-cœur*. L’étrange chorégraphie s’éloignait, revenait, puis s’écartait à nouveau  abandonnant à chaque fois toujours plus d’escarbilles. Éléonore finit par remarquer l’étrange manège du feu. Les étincelles demeuraient fixées, de plus en plus nombreuses. Quelle diablerie était-ce là?  Inconsciemment, elle se penchait en avant fascinée par le phénomène. Peu à peu, un visage  incandescent  apparut. Son expression était d’une tristesse infinie. Homme ou femme? Éléonore aurait été bien en peine de le dire. Soudain! Vociférations, rires et martellement martial d’un groupe d’hommes. Enfin! Les voici de retour! La jeune fille,  heureusement distraite,  se tourna vers l’entrée de la  vaste salle. Son père était là, puissant et rassurant avec sans doute un récit de bataille à conter. Mais, cette fois, elle aussi avait quelque chose à raconter, à montrer, se dit-elle  en jetant un coup d’œil à la plaque de la cheminée. Effarée et déçue, elle découvrit que l’étrange portrait avait disparu.

.

A la chandelle-

L’auditoire sous le charme

Ronflements du chien

.

MMR ( tous droits réservés)

* Contre-cœur: il s’agit de la plaque en fonte protégeant le mur du fond de l’âtre

Merci pour  vos commentaires ici et hors blog.  Je suis heureuse que vous aimiez ce mini conte. Mais, gardez à l’esprit que ma plume est convalescente. Ce qui explique  en partie la brièveté de mon texte.

🙂

28 novembre 2021

A tous les vents tournants

Filed under: l'herbier de poésie — Étiquettes : , , — Martine @ 3 h 13 min

Pour l’Herbier de poésies, ICI , Adamante nous propose d’écrire sur une photo de Jeanne Fadosi

.

Vent du Nord! Vent du Nord!

Tes mots blessent mes joues

De mille fleurs de glace

.

Vent d’Est! Vent d’Est

Ton haleine marine

Désaltère mes fleurs

.

Vent d’Ouest! Vent d’Ouest!

Tu dessines dans mon ciel

Un grand troupeau bêlant

.

Vent du Sud! Vent du Sud!

Tu cavales au rythme

Castagnettes et fuego

.

A tous les vents tournants

Ma girouette vire

Cherchant l’horizon bleu

Où s’enfuit Hirondelle

.

MMR ( tous droits réservés)

25 juillet 2021

Valse

Filed under: Poèmes — Étiquettes : , , , , , — Martine @ 5 h 25 min

Papillon translucide

Ma pensée virevolte

Valsant aux bras du vent

Cavalier éthéré.

.

Tourbillon fabuleux

La danse nous entraine

Sur un tapis de lune

Velouté d’utopie.

.

Balancés, entrechats

Figures inédites

S’accordent au rythme lent

Des notes astrales.

MMR ( tous droits réservés)

10 janvier 2021

L’enfant pain d’épices

Filed under: Océan et Bassin d'Arcachon — Étiquettes : , , , , , , , , , , — Martine @ 5 h 30 min

 

Je pose ma valise

Sous un coin de ciel bleu

Abandonnant au vent

Ma triste pensée grise

 

Reviennent les années

Glissant nues sur la plage

Où un beau coquillage

Recueille  leurs secrets

 

L’enfant pain d’épices

Joue avec les bulles

Évadées de la vague

Engourdie par l’Été

 

Quelle joie de courir

Après un fil de rêve

De graver dans le sable

Le bonheur de l’instant

 

Le rire d’une mouette

Les facéties d’un chien

Comme autant de soleils

Réchauffent la mémoire

.

MMR ( tous droits réservés)

15 novembre 2020

Sur la longue plage blonde

Filed under: l'herbier de poésie — Étiquettes : , , , , , , , — Martine @ 3 h 21 min

Pour l’Herbier de poésie, Adamante, ICI  , nous propose d’écrire sur les œuvres du sculpteur  Théo Jansen,   ICI   

et puis ICI  ,   et encore ICI

 

Sur la longue plage blonde, les crabes aiment à courir à marée basse. Les petits limicoles picorent crevettes et vers de sable.  Au loin, océan et ciel se disputent l’horizon. Tandis qu’au bord de l’eau…

Entre deux algues

Un coquillage doré

Baye aux corneilles

L’automne ganté de froidure a chassé les vacanciers.  Pas un humain trouble fête.  Le rire des mouettes nargue les nuages aux ventres rebondis.

Ressac serein

Sur la laisse de mer

Trois mouettes festoient

Quand soudain, toute cette tranquillité marine vole en éclats.  Un étrange insecte,  surgi de nulle part, se précipite sur le sable humide.  C’est un géant, un mastodonte tout en ailes et en pattes grêles. Il déroule sa longue carcasse aérienne à folle allure.

Les ailes du vent

Celles de l’insecte

Union éphémère

Cet animal extraordinaire sort tout droit de l’imagination d’un artiste venu du Nord. Mélange de plastique recyclé et de bois, ses œuvres unissent avec bonheur les sciences à la poésie.

Illusion d’optique

Des animaux fabuleux

Un rêve prend corps

.

MMR (tous droits réservés)

2 août 2020

Laurier rose et laurier tin

Filed under: au Jardin: fleurs, arbres...,Poèmes — Étiquettes : , , , , , , — Martine @ 4 h 10 min

 

Laurier rose et laurier tin

Tissent au gré de la brise

Un paravent changeant

Émeraude et neige poudrée.

 

La chanson du vent au levant

Ciselée d’ambre brasillant

Glisse ses notes flutées

Entre leurs doigts entremêlés.

 

Zestes citron et mandarine

Le Dieu-soleil au pied du jour

Travestit les deux compagnons

En sculptures d’or sirupeux.

.

MMR ( tous droits réservés)

10 mai 2020

La clef des songes

Filed under: Océan et Bassin d'Arcachon — Étiquettes : , , , , , , — Martine @ 1 h 05 min

Bertille aime se promener

Le nez au vent..

Ce vent des fantaisies

Qui a toutes les clefs:

Celle du miroir des anges où les nuages  dessinent le mot bonheur à toutes les heures du jour.

Une autre déverrouille une cache secrète. Quelle cache? A ça, si je vous le dis, ce ne sera plus secret.

Une troisième entrouvre le rideau de la nuit pour que l’amour déclame à la lune  son plus beau poème.

La clef de sol, lustrée avec délicatesse, ébauche la mélodie que recherche tous les romantiques .

Le passe-partout  n’est pas recommandé car il ouvre n’importe quoi. Attention aux mauvaises surprises.

La clé d’or  ciselée de mystère à manier avec doigté.  L’écrivain en mal d’inspiration  l’utilise en cachette. Mais… chutttt!!!!  Motus et bouche cousue!

Et puis il y a la clef des songes. Celle de toutes les évasions.  Il suffit de la glisser dans le trou de souris libéré par le lapin blanc.

Bertille prend le précieux sésame, crochète le portail ajouré. Une simple poussée suffit et la voici  dans le bleu… cette féérie ondoyante  pailletée de soleil , d’éclaboussures et de rires…

MMR ( tous droits réservés)

Merci pour tous vos commentaires que je lis avec grand plaisir

11 août 2019

Secret

Filed under: Océan et Bassin d'Arcachon — Étiquettes : , , , , , , , , — Martine @ 3 h 33 min

Sur la plage du Cap-Ferret… entre deux marées…  deux jouvencelles sur le sable doré semblent très affairées

Secret salé

Secret rêvé

     Le vent, cet indiscret, a bien essayé de se glisser entre les deux amies. Mais il en a été pour ses frais.  Les murmures sont trop bas. Et le peu qu’il arrive à saisir est décidément trop énigmatique.

– Coque entre deux coquilles?

-Oui… non.. quoique…

-Patelle ou pas tellement?

-Mouette alors!

– …

–  D’accord pour patelle.

Le vent, cet indiscret, traîne et enlace; caresse les fronts humides. C’est qu’il veut savoir. Perplexe,  il se fait soie de Chine, coton neigeux. Il tourne imperceptible  autour des deux têtes brunes. Oui, mais voilà

Secret iodé

Secret gardé

    Les deux adolescentes, inconscientes de cet espionnage, poursuivent leur dialogue hermétique.

– Moule une peu ici

-Bernique! Suis pas d’accord!

– Crépidule! T’es trop têtue!

– Peigne blanc.

-Quoi peigne blanc? Pourquoi pas peigne gris?

– Parce que palourde

Zéphyr riant? Typhon grondant? Le vent, cet indiscret,  calcule, soupèse, se creuse les alizés. Comment s’immiscer dans ces cachoteries ? Quel est ce code qu’il brûle de décrypter?

Secret ancré

Secret parfait

 

Et vous? Avez-vous deviné?

MMR (tous droits réservés)

16 mars 2018

Le vent, l’océan et le peintre

Filed under: l'herbier de poésie — Étiquettes : , , , , , , , — Martine @ 2 h 54 min

Pour l’Herbier de poésie, Adamante, ICI, nous propose d’écrire sur une toile de l’artiste britannique Paul Bennet : https://www.facebook.com/Paul.Bennett.Artist/

.

Le vent vocifère , glapit, invective la plage désertée.

.

Noroît insensible-

Sur la plage aux crustacés

Ni BB,* ni touristes

.

Il aime ce temps,  l’apprécie, le recherche.  Ciel colérique + océan bouillonnant= tableau fascinant. De quoi exalter sa créativité. L’artiste solitaire, poète à ses heures,  parle aux nuages, versifie  sur leur neige ourlée fumée de bois.

.

Au cœur du tumulte

Bousculé, tiraillé

Mais

Son cœur si serein

.

Sans pinceaux ni crayons, il peint avec ses yeux, son âme fervente. Cet amer émeraude! Et là!  là!  Ce vert sapin si profond, si hermétique qu’il se heurte à ceux, mouvants, de l’océan. L’eau répond à l’appel du vent. Vague après vague,  elle roule encore et encore ses mots abyssaux, ses verbes inconnus. Puis vient,  hargneuse,  baver son sel aux pieds du peintre indifférent.

.

Sur la grève

Éphémère

L’éloquence marine.

Page abstraite

Écho romantique

Celle de l’artiste

.

MMR ( tous droits réservés)

*référence à BB: Brigitte Bardot et sa chanson:  La Madrague

« Sur la plage abandonnée
Coquillage et crustacés
Qui l’eût cru déplorent la perte de l’été
Qui depuis s’en est allé »

Merci pour tous vos commentaires qui sont très appréciés.

Older Posts »

Powered by WordPress