Les voyages immobiles… … de Martine Madelaine-Richard

3 septembre 2021

Le dernier bar à la mode!

Filed under: animaux, insectes... — Étiquettes : , , , , — Martine @ 19 h 53 min

Sur les ombelles de mes carottes

Ah! Il s’en passe des choses sur ces minuscules fleurs. Quelle diversité d’insectes et d’araignées. Ça se côtoie, se croise, s’entrecroise.  Postée tout près, bien sagement, me voici au théâtre. Naissent des amours éphémères. Des drames soudain.  Ça boit, ça mange et ça collecte.

Cette fois là, une toute petite abeille  se présenta à ce comptoir si bien garni. Mais une redoutable chasseresse était à l’affût.  L’abeille sans méfiance s’avança à portée de la redoutable thomise Napoléon. ( Synema globosum). Celle-ci tenta de se saisir de cette proie si appétissante. Mais dans un sursaut désespéré, la courageuse hyménoptère se dégagea. Le plus surprenant, c’est qu’elle s’approcha de nouveau, comme pour narguer l’araignée. Voulait-elle  nous rejouer « La mouche du coche »? Et puis, lassée de ce petit manège elle repartit butiner plus loin. L’arachnide, fort déconfite, recula  se cacher sous cette neige végétale, prête à piéger la prochaine étourdie.

.

.

Fine mouche, une beauté, un vrai bijou, ne s’est pas laissé avoir par  la prédatrice. Chryside enflammée ( chrysis ignita) est une guêpe coucou   qui parasite le nid d’autres hyménoptères ( abeilles ou guêpes).  Ce magnifique insecte vint boire à longs traits le délicieux nectar.

Ce bar à si attrayant attira également maintes jolies diptères

 

Éclat de soleil-

Zonzons et escarmouches

théâtre floral

.

MMR ( tous droits réservés)

un site sur les insectes de référence que j’apprécie beaucoup: http://aramel.free.fr/

47 milliards d’euros : c’est la valeur estimée par 2 biologistes des services rendus par les Insectes chaque année aux USA; ces chercheurs ont pris en compte 4 actions bénéfiques réalisées par les Insectes :
-recyclage des excréments-lutte contre les nuisibles-pollinisation-alimentation du monde vivant…

16 mai 2021

Mai au jardin

Filed under: animaux, insectes... — Étiquettes : , , , , , , , , — Martine @ 6 h 30 min

Mai est arrivé. Et avec lui, reviennent certains papillons comme le machaon pressé d’assurer sa descendance en pondant dans le fenouil sauvage. Hyménoptères, diptères, hémiptères, coléoptères… etc…butinent, folâtrent parmi les fleurs.

Un iris noir aux reflets pourpres, nous réjouit par une générosité  éblouissante. Aux quatre coins du jardin  ça embaume le jasmin, l’œillet, l’iris, le chèvrefeuille. Tous les sens sont sollicités. Et puis… et puis… il y a aussi quelques surprises pour aiguiser, exciter notre curiosité.

1- Pour commencer, voici un bourdon venu  se gorger de nectar de sauge. C’est la première fois que je le vois. Il est de belle taille. Peut-être Bombus hypnorum? Hyménoptère. C’est une abeille très corpulente et  tranquille. Mon appareil photo, placé à une dizaine de centimètres, ne l’a pas du tout troublée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2- Une mouche saisie aux franges d’une œillet mignardise. Diptère de petite taille, plutôt vert olive,  aux yeux menthe à l’eau fluorescent.  Qui est-elle?

 

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

3- Autres insectes ravissants et troublants.  Celui aux gros yeux rouges est certainement une mouche. Mais les deux autres? Sont-ils également des diptères? Je n’ai pas encore trouvé.

 

 

 

 

 

 

4- Un face à face ( si l’on peut dire) extraordinaire. Celui avec une bestiole extrêmement farouche. Le temps de deux ou trois clics et ptfff! envolée.  Elle m’a fait penser à Dark Vador, ce héros effrayant de la guerre des étoiles. Le casque avec l’appareil respiratoire. La grande cape. Une impressionnante apparition nuit d’ Halloween.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

5- Et pour terminer: un sourire. J’étais accroupie derrière mon romarin en train de faire la mise au point sur une petite chose aux ailes frémissantes, lorsque un brouhaha résonna dans la rue. Celui-ci mua vite en une joyeuse cacophonie de cris et de rires. C’était des enfants de l’école maternelle qui traversaient ma résidence pour une petite balade  avec deux adultes légèrement débordés par leur exubérance. Ce gai charivari n’a pas été du goût d’un de mes locataires. Au bord du toit, le sansonnet a poussé plusieurs cris rageurs en mimant un porc-épic.  Ce qu’il était drôle, lui toujours si lisse et bien lustré. Puis, rassuré par l’éloignement de cette inquiétante compagnie, il s’engouffra sous les tuiles nourrir sa nichée affamée.

 

MMR ( tous droits réservés)

Merci pour tous vos commentaires qui me touchent énormément.  C’est très motivant.

18 avril 2021

Avril au jardin

Entre notes florales et notes musicales, instants vibrants de vie au cœur du jardin. Le soleil réchauffe l’atmosphère. Les oiseaux ont le cœur en fête.

Sur la pergola le merle lance trille sur trille.

Là-haut, au coin du toit, le sansonnet lui répond note pour note.

Très enthousiaste, il bat des ailes de curieuse manière. Il mouline, mouline… Aurait-il la prétention de nager dans l’océan du ciel?

Tandis que plus bas, le merle, ignorant superbement ce chanteur d’opérette, vocalise avec brio  à tous les temps du Printemps.

A un mètre de ce virtuose s’épanouit la grâce  neigeuse d’une Spirée de  vanhoutte (Spiraea van houttei). Son énorme tête ploie jusqu’au sol saluant le talent de l’estimé ténor. Ses millions de fleurettes sont elles-même appréciées par une foule de visiteurs empressés. Quelques hyménoptères ( abeilles sauvages, symphites jaune et noir) et coléoptères se glissent discrètement parmi l’affluence bourdonnante des diptères.

Quelle belle diversité chez les mouches! Aussi poilue qu’un sapeur,  noire et rouge brique une grosse tachinaire  se goberge de nectar.

A deux pattes de là, un petit bijou lui vole la vedette. D’une teinte extraordinaire une calliphoridae ( nommée vulgairement mouche bleue) pompe goulûment cette ambroisie offerte.

Lorsque soudain!

Un vrombissant joyau  l’éclipse de tout son émeraude métallisé.

La cétoine dorée (Cétonia aurata)  est un gros scarabée appartenant à l’immense famille des coléoptères. Ce lourdaud adore boire le sirop subtilement parfumé. Mais plus encore brouter les étamines délicates. Voyez-le s’enfonçant à demi dans la congère de pétales.  Heureusement, solitaire ce jour-là, ses dégâts sont minimes.

Au pied de la spirée est née une fleur très rare au jardin.

Un salsifis sauvage du genre Tragopogon . Mais lequel? Il en existe plusieurs.  Peut-être tragopogon porrifolius?

Après une bouderie de deux ans, sa floraison est si courte et discrète que j’ai  failli rater ce rendez-vous.  Deux autres pieds ont préféré naitre plus loin, à l’ombre protectrice et néanmoins légère du mimosa.

Pour terminer voici une petite merveille: Ophrys lutea.  Cette orchidée indigène colonise peu à peu une grande partie du jardin.

.

 

MMR ( tous droits réservés)

31 janvier 2021

P’tit Chêne

Filed under: l'herbier de poésie — Étiquettes : , , , , , , , , , , , — Martine @ 4 h 53 min

Pour l’Herbier de poésies, Adamante, ICI, nous propose d’écrire sur une de ses photos personnelles  : L’arbre creusois

.

Il est un lieu, loin, très loin, où pousse une petite forêt. Parler de forêt est peut-être excessif  car les gens du coin la nomment « Le bois sans nom ». Pour y parvenir il faut traverser prairies, ruisseaux et marécages; des ronciers imposants; une mêlée inextricable d’ herbes hautes et d’arbustes exubérants.

D’hiver à l’automne

Sur la carte routière

Une tache verte

Cette sylve, si difficile d’accès, est préservée des hommes et de leurs cognées; des voitures 4X4 et du hurlement des motos tout terrain.

L’ombre des arbres

Leur noirceur si effrayante

Chape de silence

Mais, ce n’est qu’une apparence, un leurre de Gaïa. Car, derrière ce rideau inquiétant, tout un monde saute, court ou rampe. Le lapin d’Alice secoue  sa montre gousset  en se lamentant bruyamment: « En retard! Je suis en retard! ». Alice aussi est en retard… d’une histoire. Deux gros escargots unissent leurs destins tandis que le concert des grillons couvre leurs ébats. Bambi parle à une pervenche au bleu irréel. Et l’ours Baloo  compose une berceuse pour Mowgli. C’est un autre monde où le merveilleux règne en maître.  Où les arbres ont le don de parole. Tenez, justement, j’en vois un qui se penche pour mieux écouter la chanson de la vie.

Harmonie dorée-

La ronde des champignons

Celle des mouches

P’tit Chêne à la voix flûtée

Se joint au merle siffleur

.

MMR ( tous droits réservés)

12 juillet 2020

Esplas( suite)

Filed under: Promenades ici et ailleurs... — Étiquettes : , , , , , , — Martine @ 1 h 25 min

 

Lors du billet précédent je vous ai parlé du château d’Esplas   ICI

Voici à présent quelques vues du village.  Beaucoup de bâtiments sont construits avec le grès rouge typique de l’ Aveyron.

Une grande place, vide, déserte.  Pas de cris, de rires,  d’appels ou de saluts. Même pas un bruit de télévision. Ce village semble endormi. Tout est net, propre, joliment fleuri.  Une vraie carte postale.

 

Tiens! Un chien!  Il aboie  un peu, manière, comme on dit dans l’Aude.  J’ignore si cette expression est aussi employée en Aveyron. Le chien, trottine jusqu’à nous, renifle un peu. Puis,  finalement, nous réussissons l’examen de passage. Ce brave toutou esseulé quémande juste quelques caresses que nous lui accordons bien  volontiers.

 

 

 

 

 

Après avoir contourné le château, nous découvrons une toute petite bâtisse. Nulle fumée ne sort de sa superbe cheminée. Il est vrai que nous sommes en été. Pas un chat ne somnole sur son seuil brûlé de soleil. Par contre, trois pas plus loin, une énorme touffe de lavandes bruisse de vie.

 

Je vous montre l’autre pendant du paysage vallonné entourant Esplas. Des champs, des près, des bocages, quelques villages lointains et les forêts au vert si profond.

Après nous être rempli les yeux de pur bonheur champêtre, nous prenons un chemin herbeux et caillouteux  se coulant entre des murs pourpre.  Il longe de vastes maisons pittoresques à souhait. Que de sujets à peindre!

 

 

 

Le parfum des tilleuls

Flotte

Invisible et sucré

Sur la blondeur du Temps.

Fragile compagnon

Un papillon

Roux

Joue  à cloche-ailes

Entre ombres moussues

Et flaques soleilleuses.

Sur trois fils lumineux

Inconstants et bohèmes

Danse le quatuor mouches et moucherons..

Pris dans les rets de Ra

Chorégraphie simpliste

Ce yoyo zonzonne

Inconscient des secondes.

 

 

 

 

 

 

MMR ( tous droits réservés)

Merci pour toutes vos visites et vos commentaires que je découvre avec grand plaisir

 

26 novembre 2017

Allez! Ne prenez la mouche avec les mouches!

De janvier à décembre

Soleil ou pas soleil, elles sont là

LES MOUCHES! ( à droite : Lucilla caesar peut-être? )

.

Sur la piste d’envol

De mon gigot au miel

Aspirant goulûment

Confiture et sirop

Elle agace, exaspère

S’invitant sans vergogne

A chaque pique-nique.

Pourtant

Toutes les mouches ne sont pas à jeter dans le même panier. En réalité, aucune mouche d’ailleurs. Car toutes ont un rôle essentiel à jouer dans la nature. La mouche domestique, les mouches vertes et bleues qui lorgnent sur notre nourriture: je suis la première à m’énerver et à les chasser. Allez! Ouste! Du balai! Mais, au jardin, alors là, quel enchantement que de les observer,  d’apprendre à les connaître.

.

 

 

 

.

Étrange et amusante avec ces brosses aux pattes: « La mouche à pattes emplumées »  Trichopoda pennipes appartient à la grande famille des tachinaires.  Aide précieuse pour le jardinier. En effet, elles parasitent des punaises du genre coréidae et pentatomidae . Dont la punaise verte qui pue si fort pour nous ( seulement si on la menace et la touche) ; mais irrésistibles fragrances pour ces diptères. Il me semble avoir lu quelque part qu’elles seraient utilisées en lutte biologique.

.

 

« Volucella zonaria » , volucelle zonée.  Cette grosse mère est très souvent confondue avec un frelon. Miel et chocolat,  livrée velours, cette belle n’a été aperçue qu’une fois  à l’enclos de mes murs, le 14 août 2010, vers 13h. Un diptère de la famille des syrphes, grand butineur.

.

 

Au soleil d’avril, robe bleue à pois  noirs, étanchant sa soif aux lèvres d’une euphorbe, voici  « la mouche des pluies » Anthomya pluvialis. Ce diptère participe à la décomposition des matières animales. Elle n’a pas dû danser beaucoup cette année vu la sécheresse .

.

Ceriana vespiformis,  autre membre de la famille des syrphes . Mimétisme presque parfait avec une guêpe. Mais regardez ses antennes, sa trompe et ses gros yeux. Si l’oiseau se laisse abuser, l’amateur entomologique saura faire la différence.

.

Voici  une minuscule mouche bleu tendre. Si intéressante qu’elle est utilisée en lutte biologique. Leucopis bellula.  les jardiniers peuvent lui dirent merci! Des explications passionnantes sur cette mouche incroyable ICI 

.

Encore un syrphe: Merodon equestris ou mouche des narcisses. Dodu, et quelle fourrure! Un vrai nounours.  Roux, ou encore gris et brun, ces zonzonneurs sont très souvent observés en avril et mai sur le thym, la sarriette, le géranium vivace, ou encore euphorbes et œillets de mon petit jardin. De grands butineurs mais dont les larves se régalent des bulbes de narcisses.  Nul n’est parfait. Pourtant, en dépit de leur présence,  mes narcisses renaissent chaque printemps.

.

« T’as d’beaux yeux tu sais! » Voilà une réplique de Jean Gabin que l’on pourrait servir à cet éristale. Eristalinus taeniops, lui aussi est un syrphe mimant un peu l’abeille, mis à part ses yeux rayés assez fascinants. Seul syrphe européen aux yeux rayés.  Photographié en août 2016 et décembre 2015.

.

Pour clore cette série ( mais il y aura d’autres billets car le sujet est vaste) voici la plus corpulente tachinaire d’Europe: Tachina grossa.  ( comparez avec la guêpe!) Les larves de cette mouche parasitent de nombreuses  chenilles limitant ainsi leur prolifération. Ce précieux auxiliaire du jardinier est également une grande butineuse. Corps et yeux noirs, très poilu, tête jaune d’or, vol très bruyant.

.

MMR ( tous droits réservés)

Bien que j’ai pris mes renseignements sur divers  sites tels que:

Galerie insecte-insecte.org ICI

insectes: ICI

 

Il m’arrive également de lire et consulter le merveilleux blog de Lucie ICI  

Également celui de Pierre-Jean BERNARD ICI

Des erreurs sont toujours possibles.  Si vous en voyez, merci de me le signaler pour correction.

5 mars 2017

Au safrané d’un jour

Filed under: au Jardin: fleurs, arbres...,Poèmes — Étiquettes : , , , , — Martine @ 7 h 29 min

Au safrané d’un jour

Précieux et fragile

La mouche vagabonde

Se frotte les pattes.

.

Corsetée anthracite

Pattes gainées velours

La dame, après la pluie

Promène sa disette.

.

Mars en chaud et froid

Fait frisonner ses ailes

Creuse le gouffre noir

D’une faim insatiable.

.

Vrombissant sa recherche

De délices pollen

La Belle , de fleurs en fleurs

Lie leurs marivaudages.

.

MMR tous droits réservés

9 octobre 2016

Au soleil d’avril

Au bord du Canal du Midiimg_3877_v1

Mes pas nonchalants se posent sur d’autres pas flâneurs

Parfois, une péniche vient troubler le miroir liquide où se mire un cumulus.

.

Au remous de l’eau

Il se brise en mille éclats

Le nuageimg_3888_v1

.

Les ondes sonores de ce trouble-fête

Peu à peu

Se dissolvent dans le passé proche.

Mon regard se perd

Juste un instant

Au reflet d’un souvenir.

Puis

Bon-enfant

Se laisse charmer

Capturer par la vie

Qui bourdonne

Bruisse

Zonzonne avec appétit.

Mouches et moucherons

Abeilles domestiques ou sauvages

Coléoptères

Papillons

Vaquent à leurs affaires

Ignorants ou indifférents

à mon ombre indiscrète.

.

Au soleil d’avril

Il se vautre dans le pollenimg_3924_v1

Chaparde tout l’or possible

Puis file impuni

L’insecte vorace

.

Je bois le vent

Ses paroles sucrées au parfum des fleurs

Les mots de l’eau chuchotant un secret

Confidence constellée de diamants éphémères

Aussitôt dérobée par un couple de canards kleptomanes.

.

MMR ( tous droits réservés)

Merci beaucoup pour vos visites et commentaires qui font vivre ce blog. Je vous répondrai dès que possible.

😉

img_3905_v1

2 octobre 2016

En rouge et noir!

Après vous avoir parlé du jaune associé au noir, voici le rouge .IMG_2441_v1

« En rouge et noir!  » Cela me fait penser à la chanson de Jeanne Mas.

Une livrée qui est portée par beaucoup d’insectes. Ci- contre, la punaise arlequin est bien représentée par cinq ou six individus, certains très occupés à assurer leur descendance.

.

Noir et feu-

Incendie dans le fenouil

Punaises en réunion

.IMG_1913_v1

Je l’ai souvent dit et je le redirai encore. La Nature me fascine et je ne me lasse pas de l’observer chaque fois que possible. L’ hyménoptère ci-dessus, est incroyable avec sa longue tarière. Un gasteruption ( si je ne fais pas erreur). Adulte se gorgeant de nectar mais pondant ses œufs sur des larves vivantes, des chenilles…

IMG_2372_v1

.IMG_1787_v1

Deux inconnus que je soumets à celles ou ceux qui savent. Un hyménoptère, guêpe ou abeille, mais l’autre, à droite ??? C’est la première fois que je le rencontre.

.

Midi au soleil-

Une énigme est posée

sur le fenouil

.

Nouvelle, pour moi en tout cas, cette mouche.IMG_2535_v1

Après recherche, il me semble que ce serait Gymnosoma rotundatum. A vérifier. N’est-elle pas amusante avec son gros popotin tout rond. On croirait qu’elle a abusé de jus d’orange.

Et pour terminer, tout le monde la connaît : la ravissante coccinelle.

Tout feu, tout flamme, pleine d’énergie, elle monte et descend le long des tiges et ombelles à la recherche de minuscules proies.

A l’image de la coccinelle, tous les insectes de cette page ( mis à part peut-être l’inconnu), sont des aides précieux pour le jardinier.

.

Fragrances fenouil-

L’été lumineux caresse

un insecte en chasse

.

MMR ( tous droits réservés)

Blog en roue libre. Merci pour tous vos commentaires que je découvre avec un immense plaisir

😉

IMG_2428_v1

20 décembre 2015

Soleil Coréopsis

Filed under: animaux, insectes... — Étiquettes : , , , , , , , — Martine @ 7 h 03 min

IMG_3839_v1

Sur les ailes du vent

Ils viennent tous vers toi!IMG_3765_v1

Soleil Coréopsis,

Coupe miel enivrant

Offerte  à tous les vents ,

Ta lumière

Brûle le Temps

Son ombre  lavande

A la langueur suave,

IMG_3757_v1IMG_3759_v1IMG_3758_v1

Exotisme lascifIMG_3731_v1

Où se cache

Sournoise

Imprévue

Une faim déguisée en or incandescent.

Mais

Grâce dorée

Instant safrané

L’heure

Est un cadeau sucré pour l’abeille vagabonde.

Thomise à l’affût

Contemple

Fort marri

La fuite insouciante

De  son déjeuner.

Coréopsis

Pépite mexicaine

Parmi tes dentelles

Se croisent

S’entremêlent

Cent destins voraces

De ton trésor pollen.

.

MMR ( tous droits réservés)

avec

1- Papillon argus  Brun  ( merci à Pierre-Jean BERNARD ,   ICI ,pour l’identification)

2- mouche- volucelle zonée- famille des syrphidés

3- abeille sauvage et Thomise ( appelée aussi araignée- crabe, mimétisme absolu jaune sur jaune)

4-  abeille sauvage et cétoine doré

 

BLOG EN PAUSE

A bientôt

😉

Older Posts »

Powered by WordPress