Les voyages immobiles… … de Martine Madelaine-Richard

3 mai 2019

Le Printemps ici et… là…

Pour l’Herbier de poésies, Adamante, ICI , nous propose d’écrire sur cet arbre remarquable:

Le ciel est gris.

Le printemps tarde à venir. Pas un bruit dans les cimes, sous les branches. Où sont donc passés les oiseaux?

 

Sur le gazon tendre-

Chat, queue interrogative

La faim pour compagne

 

Le vieux sage pense et pense encore. D’ailleurs il passe son temps à ça. Que faire d’autre lorsque l’on est arbre? Et vieux, si vieux que sa mémoire se dilue dans la course des nuages et du vent.

 

Parfum menthe fraîche-

Le vol d’un bourdon errant

Meuble le silence

 

L’ancêtre en a tant vu qu’il en aurait des histoires à raconter. Mais qui passe encore dans ce coin reculé du parc, mis à part le jardinier? Le platane tend ses bras comme pour serrer une main amie.  Son tronc se penche à l’écoute d’une musique intérieure connue de lui seul. Ses racines enjambent la barrière délimitant la pelouse.

 

Le temps d’un soupir

Et le rêve s’envole

Au pays des légendes.

.

*******************************************

« Où sont donc passés les oiseaux? » Ce n’est pas compliqué. Ils sont dans mon jardin!

Monsieur Mésange est amoureux. Il va et vient aux quatre coins. Chenilles et pucerons, araignées et limaçons n’ont qu’à bien se tenir. Monsieur Mésange fait le ménage pour nourrir sa dulcinée..

Depuis que nous avons cessé d’approvisionner la mangeoire, nous pensions que les chardonnerets iraient voir ailleurs si la table est meilleure.  Mais pas du tout. Ils sont encore dans le secteur à se nourrir de graines de fleurs.

Au bord du toit, L’étourneau sansonnet met les bouchées doubles pour nourrir sa nichée.  Il s’octroie parfois une pause pour chanter comme un pinson ou imiter un klaxon. Ses trilles et cliquetis, ses gazouillis et grincements claironnent à tout le pays « Je suis là!. Admirez ma belle voix, la richesse de mon répertoire! »

Indifférent à ses vocalises, Monsieur Merle, quant à lui, a pour priorité de se faire respecter. Sur son territoire, pas question qu’un autre vienne conter fleurette à sa jolie merlette. Coups de griffes et coups de bec sont distribués avec vigueur. Malheur à l’imprudent qui s’en prend plein « les dents »!

Tandis que tout le monde s’agite, Monsieur Verdier, au sommet de son cyprès, chante à s’en brûler le gosier. Il déroule chaque note sur la page du Printemps comme si celui-ci était permanent. Silhouette jaune anis, ce soliste inspire le poète griffonnant fiévreusement  un conte de plumes et d’amourettes…

MMR ( tous droits réservés)

30 octobre 2016

L’arbre

Filed under: Océan et Bassin d'Arcachon — Étiquettes : , , , — Martine @ 11 h 00 min

L’arbre

Au miroir dormantimg_2611_v1

 

Géant au pied nuimg_2604_v1

Dentelle argent vieilli

Perchoir silencieux

Pour preste martin- pêcheur

.

L’arbre

Droit dans ses racines

Asile frissonnant

Au moindre zéphyr

Dortoir pour cent et une vies

.

MMR ( tous droits réservés)

Ci- dessous, trois héronneaux .

Pas le temps de rédiger ma news ce jour.

img_2586_v1

 

 

26 février 2015

La forêt des songes

Filed under: l'herbier de poésie — Étiquettes : , , — Martine @ 6 h 06 min

Pour l’Herbier de poésie,  communauté d’Adamante, ICI, voici ma participation:

IMG_1527_v1cliquez sur la photo pour agrandir svp, merci.

.

Entre les arbres

La brume effiloche

un reste de rêve

.

MMR ( tous droits réservés)

16 décembre 2011

Balade dans les rues de décembre

Thème de la communauté « Le coucou du haïku » de Alice et Mamylilou, ici

Voici un tanka sur le thème de vendredi dernier:

D’année en année, toujours plus de beauté sur les arbres, les façades, les vitrines…

.

Scintillement bleu-

Les arbres en habit grand soir

Vive la fée lumière!

Plus un chat sur la chaussée

Maisons en repli sur soi

.

Ma participation pour ce vendredi:

Depuis chez moi, j’aperçois quelques décorations….

haïku:

.

Au faible du jour-

Lampadaire endimanché

Éclaire un chômeur

.

.

Noël  ne brille plus beaucoup dans les yeux des grands. Trop de soucis, de catastrophes,de chômage,de souffrances individuelles ou collectives… Mais, heureusement, le tout petit enfant rêve encore, loin de la triste réalité…

.

Vitrines festives-

Croire encore au Père Noël

Enfants excités.

.

Sur la place Carnot-

Une grande patinoire

Joie des écoliers

.

MMr ( tous droits réservés)

10 juillet 2011

Stylish Blogger Award

Filed under: Méli-Mélo — Étiquettes : , , , , — Martine @ 9 h 00 min

Lorsque j’ai commencé à parcourir les blogs, parfois je voyais écrit : « Pas de tags, merci ». ???? C’était quoi ce tag? Et puis voilà que ça m’arrive aussi.:) Merci pour ce titre honorifique chère Koka , ici , je vais donc jouer le jeu à mon tour et livrer 7 secrets.  Mais tu as raison Koka.  Bien que très flattée, je suis comme une poule qui aurait trouvé un couteau. 🙂

Secret 1:

Tout comme cette splendide sauterelle, j’aime les tomates. Mais surtout, lorsqu’elles sont farcies. La recette de ma mère, qui la tient de ma  grand-mère maternelle, est succulente. Je ne peux me raisonner.Tant qu’il y en a , j’en mange. Quitte à me passer de dessert, je reviens au plat. Une gourmandise qui m’a souvent valu des moqueries du reste de ma fratrie. L’age m’a calmée. Mais… quoique, si je reste trop longtemps sans en cuisiner…. qui sait? 🙂

Secret 2:

J’ai toujours été un peu casse-cou, un vrai garçon manqué. Mon sport préféré? Grimper dans les arbres. J’adorais me cacher dans leurs branches, comme dans une grotte au vert changeant, y construire des cabanes et rêver d’aventures extraordinaires… Un jour cela m’a valu une punition. Un figuier n’a pas apprécié le poids léger de mes 14 ans et patatras! J’ai cassé son bois. Mes fesses ont chauffé jusqu’au soir… mais pas de la chute!

Secret 3:

Lorsque nous étions mômes, comme bien des enfants, à moment donné, nous avons demandé à notre mère quel était son âge. Elle nous répondit:

 » J’ai entre 29 et 30! » avec un grand sourire.

Et nous l’avons cru pendant des années!

Secret 4:

J’aime par dessus tout, lire! Impossible d’imaginer la vie sans un bouquin à portée de main et d’envie. Et cela depuis toute petite. La nuit, sous mes draps, je dévorais jusqu’à pas d’heure ma collection bibliothèque rose éclairée grâce à la lampe de poche chipée à la cuisine. Si mon père l’avait su…. privée de lecture Martine. Terrible punition!

Secret 5:

A cours de nos pérégrinations, nous avons vécu dans une maison avec un grand jardin. Au fond, celui-ci était protégé par une haie. Mais nos yeux curieux avaient repéré un petit trou. Passage vers l’aventure, le mystère , les herbes folles d’un terrain abandonné. En courant après les papillons, les grillons et sauterelles, nous découvrîmes un vieux carré de fraises. Un peu attaquées par les escargots et autres limaces, qu’importe, nous nous régalâmes avec des mines de conspirateur. Ces fraises là étaient bien meilleures que celles  que notre  mère  sarclait, désherbait, bichonnait avec amour…

Secret 6:

J’ai passé deux ans en pension. Cela fait le plus grand bien de quitter le cocon familial. On l’apprécie davantage ensuite. Avec le dortoir des troisième, nous dormions bien paisiblement lorsqu’un bruit suspect nous réveilla. Frottements contre le mur du couloir, grincements de porte… brrrrr. Une camarade, à ma droite, murmura, chevrotante:  » il y a des voleurs ». Ni une, ni deux, je sautai du lit et fonçai vers la porte. Puis je retins de toutes mes forces la poignée. « ils n’entreront pas ! » soufflai-je , très sûre de moi. Je sentis quelqu’un forcer un peu de l’autre côté, puis des pas précautionneux s’éloignèrent. Au bout d’un très long moment, je retournai me coucher. La nuit s’acheva tranquille. Plus tard, nous apprîmes qu’une élève de dernière année, avait invité son petit copain. Une porte restée ouverte? Une clef volée? Nous n’avons rien su . Mais quelle trouille, que nous avons gardée pour nous .

Secret 7:

Une soirée de Juillet, au Festival de la vieille Cité , à Carcassonne, je contemple, éblouie,  Patrick Dupond. Être danseuse, une passion étouffée dans l’œuf. Il m’en reste le plaisir sans borne à admirer un danseur étoile tel que lui. La soirée est chaude. Le Grand Théâtre de la Cité est fabuleux. La lune nous sourit… gommée, un peu avant la fin du spectacle par une courte averse. Arrêt, séchage de la scène, reprise   . Patrick virevolte, mime inspiré, saute à des hauteurs, si léger, comme en apesanteur, pour terminer sous un tonnerre d’applaudissements! J’étais au quatrième rang, pile face à lui. Quel bonheur! Vlam! Soudain le ciel  laisse dégringoler une vraie cataracte. En deux secondes, ma petite robe blanche, si fine , me colle sa transparence à la peau.  Patrick me regarde en souriant . Mes dessous cachent le minimum!:)  La bousculade m’a sauvée d’un embarras rougissant…

MMR ( tous droits réservés)

Comme le veut la tradition je passe le relais à … choix très difficile…libre à eux de refuser ou continuer :

Flower , Denise ,Véronique , Caroline , Marine D Tony-Yves , Ulysse

Powered by WordPress