Les voyages immobiles… … de Martine Madelaine-Richard

5 avril 2015

Sur la plage aux souvenirs…

Filed under: Les Passeurs de mots — Étiquettes : , , , , , , , — Martine @ 4 h 56 min

Pour les Passeurs de mots  d‘Evajoe, le thème proposé est IMG_0868_v1d’écrire sur ma photo.

Cliquez sur celle-ci pour grandir svp, merci.

.

Sur la nappe d’or pâle ondule une broderie saphir.

Entre coquillages et poissons

Passé plat et point de tige

Deux assiettes bleu nuit supportent la blancheur laiteuse de leur bol à potage

Couverts argent vieilli

Cristal des verres océan où s’épanouissent l’éventail des serviettes.

Ce soir

A la chaleur romantique des chandelles

Nos yeux se cherchent

Se sourient

Se souviennent  à demi clos , en dégustant une bisque de langoustines…

Aurore rose parme parfumée au varech

Pétarade d’une pinasse asthmatique louvoyant entre les bouées

Douce chanson des vaguelettes brisée par le ressac soudain

Envol  élégant et gracieux de quelques aigrettes garzettes

Rire moqueur de trois mouettes restées maîtresses  du terrain

Ce pêcheur d’esques* courbé sur  son butin gigotant

Nos pas griffant le sable humide  de signes cabalistiques.

Sur nos lèvres cette saveur marine trouble nos sens

Nous ravit au présent

Nous emporte

Là-bas

Sur la plage aux souvenirs…

.

MMR ( tous droits réservés)

* esques: vers de sable servant d’appât.

 

 

 

.

21 décembre 2014

Sous un ciel d’émail

C’est un jour ordinaire de vacances. IMG_8461_v1Une après déjeuner ,où, sourire au coin des yeux, , se pose la « grave » question. « Que fait-on après la sieste? ».

Où aller? Cette presqu’île du Cap-Ferret, depuis le temps, nous commençons à la connaître par cœur. Qu’importe. Le bonheur est toujours là. Chaque jour comme un nouveau monde à découvrir. Car il s’y passe toujours quelque chose d’intéressant, de curieux ou de drôle.

« Allons au débarcadère » ( pour ceux qui aiment le bateau. clic  ICI .IMG_8401_v1 Balade depuis le port de La Vigne jusqu’au débarcadère)

Que de monde, comme toujours . C’est un lieu très fréquenté. Non seulement par les touristes mais surtout par les bordelais et autres girondins.

On aime à se montrer, à rouler des mécaniques, à craner pour les yeux d’une belle.IMG_8410_v1

Pas vrai le chien?

Ouvrir des yeux ronds face à cette faune bigarrée, c’est bien beau. Mais ça ne remplit pas l’estomac . L’aigrette garzette, impassible sous les clic et les clac des objectifs, guette les écailles suicidaires.

Au pied des restaurants,IMG_8403_v1 se déroule une partie de volley-ball endiablée. Et ça court, saute, rate son but, s’étale dans la vase, rit à se tordre.

Les joueurs s’en payent une bonne tranche. Font le spectacle.

Pour la plus grande joie des spectateurs.

IMG_8450_v1Sous ce ciel d’émail le ballet des pinasses, des petits bateaux taxis ou des gros de croisière , joue sa chorégraphie bruyante et bariolée.

On ne sait où donner de la tête tant ça s’agite un peu partout.

Que de vie sur ce coin de jetée.

Zim boom!boom! IMG_8456_v1Zim boom!boom!

Tout à coup résonne une musique au rythme endiablé! Mais d’où cela vient-il? Écoutez  ICI

Et puis , tout au fond, de la droite surgit un bateau chargé de garçons hilares.

Pendant que certains s’amusentIMG_8467_v1

d’autres travaillent.

Pan!Pan!Pan! Et que je frappe! Et que je cloue! Et que j’interpelle!

Sous un chapeau tout neuf, bien abritée des caprices de la météo, cette superbe maison pourra jouir en toute quiétude de sa vue imprenable sur le Bassin.

Ce remue-ménage n’est pas du goût IMG_8419_v1du bel oiseau nacré. « Non mais quel raffut! Pas moyen de pêcher tranquille! Vivement l’automne que l’on soit un peu entre nous! »

D’un long vol gracieux, le voici rasant les flots, passant sous nos pieds et se perchant un peu plus loin.

 Tout ce temps, IMG_8426_v1

le courant s’inverse et la marée remonte.Vaguelettes après vaguelettes les parcs à huîtres retrouvent la compagnie des poissons. Les crabes , coquillages,  quelques hippocampes peut-être,  reconquièrent leurs prairies d’algues vertes et brunes….

A l’horizon, la dune du Pyla vire du platine au rosé.

IMG_8468_v1Nos amis les sportifs commencent à barboter.

 Les glissades se changent en éclaboussures, en trempettes.

Il est temps d’aller boire un thé ou un café pour se remettre de toute cette gymnastique..

. La pièce est jouée. Le public s’égaille.

L’aigrette IMG_8470_v1se retrouve maître des lieux

.

MMR ( tous droits réservés)

Cliquez sur les photos pour agrandir SVP, merci.

JOYEUX NOËL  😉

et BONNES FÊTES DE FIN D’ANNÉE

Blog en pause

7 avril 2013

Quelques traces…

Mardi, pour la centième de son magazine, le thème de la communauté de Hauteclaire était « traces de vie » sur une proposition de Christiane. Voici ma tardive participation: svp, cliquez sur les photos pour agrandir, merci

Quelles traces chercher? Avec toute cette pluie, cette grisaille  qui s’éternise, je n’ai qu’une envie, celle de la chaleur de l’été, des pieds s’enfouissant dans le sable brûlant,  des rêveries le nez tourné vers un azur démesuré…

Ah! le doux temps des vacances…

IMG_8520_v1Comme à mon habitude, première levée, fermant doucement la porte, je file sur la pointe des pieds humant les parfums du petit matin.

La première debout? Pas vraiment si j’en juge par ces traînées de vapeur dans le ciel. Dès 7heures, le ballet aérien commence. Les avions emportent les désirs, les envies, les besoins des autres vers l’inconnu auréolé d’aurore…

Les premiers rayons caressent la soie émouvante IMG_2626_v1 du Bassin et… deux séries d’empreintes.

  Pêcheurs?

Sportifs?

Simples contemplatifs avides d’un brin de solitude? IMG_1208_v1

Dame mouette  reste sereine.  Elle promène un regard acéré sur des vestiges de vie, ces tortillons que forment les vers de sable. La marée descendante les  voit pousser par millions.

Ses copines, un peu plus loin, se disputent, poinçonnent cette paix marine de leurs rires excités. Empreintes invisibles mais si présentes.

Flânerie IMG_7902_v1lénifiante où l’esprit lâche prise. Un rien nourrit l’imaginaire. Mon cheminement signe lui aussi la plage, contourne celui d’un oiseau. Devinette à laquelle je ne me suis pas répondu. A qui appartient cette empreinte? Elle ne me semble pas palmée comme celle des mouettes et goélands. Peut-être celle d’une aigrette garzette? Elles aiment cette heure vide de l’humain trouble-fête.

Retour tranquille vers la pinède, vers un petit déjeuner que mon estomac, indifférent à cette belle poésie iodée, appelle à grands renforts d’indignation IMG_1247_v1.

Un dernier signe de vie en travers de mon chemin: cette pigne rongée par mon copain l’écureuil. Je vais de ce pas, à son exemple, déguster quelques douceurs. 🙂

.

MMR ( tous droits réservés)

 

 

16 août 2011

Dans la brume

Filed under: entre ombre et lumière,Océan et Bassin d'Arcachon — Étiquettes : , , , — Martine @ 0 h 10 min

Le soleil joue à cache-cache aujourd’hui pour le nouveau thème de la communauté  « entre ombre et lumière » de Hauteclaire,

ici

Ce matin là, j’avais hâte d’assister au lever du soleil sur le Bassin . Tout était préparé sur une chaise de la cuisine: jogging, parka, chaussures et surtout l’appareil photo. J’ouvris le plus silencieusement possible la porte et… déception. La brume mangeait le ciel. Je l’apercevais enroulant et déroulant ses voiles tristounets.  Et zut! Pas de soleil ce matin? J’hésitai un instant puis décidai d’aller faire tout de même ma petite balade  habituelle.

La marée était basse. Le cri assourdi d’une mouette se heurtait aux rideaux blanchâtres . Silhouette fantomatique, l’île au oiseaux jouait au bateau fantôme.

Les aiguilles de pin  gommaient l’écho de mes pas. Une cinquantaine de mètres à peine me séparaient du portail en bois.  Et là…surprise extraordinaire,  blanches dans tout ce coton humide… une bonne trentaine d’aigrettes garzettes vaquaient, tranquilles,  à leurs affaires.

Je sortis très lentement mon engin et clic-clac, les mitraillai sans trop d’illusions. Pas assez de lumière, pas de zoom performant. Mais tant pis, l’occasion était trop belle pour ne pas la saisir. Il en restera un souvenir de nacre fondante, parfois d’une netteté de carton pâte, parfois diffus et éthéré… Je tentai d’ouvrir le portail en  douceur pour m’approcher mais… pffft! Un grand vol d’ailes virginales… et… ne resta qu’une solitaire acariâtre disputant   un délice invisible à la mouette hargneuse. Les belles ballerines s’en étaient allé vers Arès, peut-être ,ou Andernos ,qui sait. Le soleil commença à déchirer les drapés mouvants.

Timide clapot-

Le temps semble englué

Écharpes de brume

.

MMr ( tous droits réservés)

Powered by WordPress