Les voyages immobiles… … de Martine Madelaine-Richard

3 mai 2019

Le Printemps ici et… là…

Pour l’Herbier de poésies, Adamante, ICI , nous propose d’écrire sur cet arbre remarquable:

Le ciel est gris.

Le printemps tarde à venir. Pas un bruit dans les cimes, sous les branches. Où sont donc passés les oiseaux?

 

Sur le gazon tendre-

Chat, queue interrogative

La faim pour compagne

 

Le vieux sage pense et pense encore. D’ailleurs il passe son temps à ça. Que faire d’autre lorsque l’on est arbre? Et vieux, si vieux que sa mémoire se dilue dans la course des nuages et du vent.

 

Parfum menthe fraîche-

Le vol d’un bourdon errant

Meuble le silence

 

L’ancêtre en a tant vu qu’il en aurait des histoires à raconter. Mais qui passe encore dans ce coin reculé du parc, mis à part le jardinier? Le platane tend ses bras comme pour serrer une main amie.  Son tronc se penche à l’écoute d’une musique intérieure connue de lui seul. Ses racines enjambent la barrière délimitant la pelouse.

 

Le temps d’un soupir

Et le rêve s’envole

Au pays des légendes.

.

*******************************************

« Où sont donc passés les oiseaux? » Ce n’est pas compliqué. Ils sont dans mon jardin!

Monsieur Mésange est amoureux. Il va et vient aux quatre coins. Chenilles et pucerons, araignées et limaçons n’ont qu’à bien se tenir. Monsieur Mésange fait le ménage pour nourrir sa dulcinée..

Depuis que nous avons cessé d’approvisionner la mangeoire, nous pensions que les chardonnerets iraient voir ailleurs si la table est meilleure.  Mais pas du tout. Ils sont encore dans le secteur à se nourrir de graines de fleurs.

Au bord du toit, L’étourneau sansonnet met les bouchées doubles pour nourrir sa nichée.  Il s’octroie parfois une pause pour chanter comme un pinson ou imiter un klaxon. Ses trilles et cliquetis, ses gazouillis et grincements claironnent à tout le pays « Je suis là!. Admirez ma belle voix, la richesse de mon répertoire! »

Indifférent à ses vocalises, Monsieur Merle, quant à lui, a pour priorité de se faire respecter. Sur son territoire, pas question qu’un autre vienne conter fleurette à sa jolie merlette. Coups de griffes et coups de bec sont distribués avec vigueur. Malheur à l’imprudent qui s’en prend plein « les dents »!

Tandis que tout le monde s’agite, Monsieur Verdier, au sommet de son cyprès, chante à s’en brûler le gosier. Il déroule chaque note sur la page du Printemps comme si celui-ci était permanent. Silhouette jaune anis, ce soliste inspire le poète griffonnant fiévreusement  un conte de plumes et d’amourettes…

MMR ( tous droits réservés)

14 avril 2019

Entre Mars et Avril

Filed under: animaux, insectes...,au Jardin: fleurs, arbres... — Étiquettes : , , , , — Martine @ 5 h 27 min

Entre sourires et grimaces, Mars m’a réjouie de ses beautés  attendues et inattendues. Mes anémones  se ressemant chaque année commencent à bien s’installer. Quel tapis magnifique!

Les premières orchidées fleurissent un peu plus présentes au fil des jours. Ophrys sphegodes.  Si je ne fais pas erreur est le terme général englobant tout une ribambelles ophrys aranipherae ou ophrys araignées.

Pour les personnes que cela passionne suivre ce lien  ICI

Quel casse-tête! Pour ma part je ne puis  dire qui est qui.   De plus, histoire de corser la devinette, ces belles se croisent beaucoup entre elles.

Allez vous y retrouver après ça! Au 14 Avril d’autres en terminent avec des sépales et pétales franchement verts. Leur dessin , ou macule, en forme de H ou de X est bleuté. Les prochaines orchidées préparent leur entrée en scène. Ce sont les ophrys lutea.

En les attendant, le spectacle continue dans mon théâtre de verdure.  Après l’hôtel à insectes, la mangeoire, mon mari a construit un nichoir.  Celui-ci a une ouverture de 28 mn maxi pour favoriser les mésanges bleues.

Mais c’est une autre histoire

MMR ( tous droits réservés)

27 janvier 2019

Il était un jour…

Un jour

Où Phébus daigne sourire

Un matin

Où Tramontane cesse de ronchonner

Rouge-gorge abasourdi

Se fait tout petit

Face aux navettes bruyantes de la gente à plumes.

La cause de toute cette agitation? Deux boules de graisses farcies de graines ont été suspendues, l’une dans le seringat et l’autre dans le pommier. .

Les mésanges charbonnières s’approprient les suspensions si appétissantes. Hargneuses, vindicatives et possessives, elles défendent âprement leur butin . Une pauvre mésange bleue,  un peu trop timorée, doit abandonner la place et chercher ailleurs sa pitance.

De plus

En prime, un lieu de restauration rapide flambant neuf vient d’être installé . Large toit, plateau avec perchoirs intégrés de chaque côté. Et une assiette  bien garnie offrant une diversité de graines à se lécher  les griffes.

Ce délice n’a pas échappé au regard gourmand des chardonnerets.  Un premier se présente, hésitant, puis rassuré, pique et repique de bon appétit.

L’autre, sur le qui vive, examine attentivement les alentours. Mais surtout,  lorgne avec envie et crainte l’intrépide prédécesseur.

 

« J’y vais?  J’y vais pas? L’autre va-t-il me voir? Ah la! la! La table est si tentante et mon estomac crie famine.

 

 »  Profitons de ce qu’il a le dos tourné. Allez! tant pis. Je me lance! »

 

« Héééé! Dis-donc toi! Touche pas à ma gamelle! ». « Oh l’égoïste! Quand y’a de quoi nourrir toute une escadrille! »   « Premier arrivé! Premier servi!  Quand y’ en a pour trois, y’ en a que pour moi! Allez! Ouste ! Du balai!! »

 

Resté maître, le magnifique oiseau, picore un peu de ceci, un peu de cela m’offrant un spectacle royal.

MMR ( tous droits réservés)

Après la construction de l’hôtel à insectes, réalisation de cette mangeoire qui a l’air de plaire à nos petits visiteurs…

18 novembre 2018

L’écureuil!

Filed under: animaux, insectes... — Étiquettes : , , , , — Martine @ 2 h 35 min

Le temps de dire « Oh! »

Le temps d’un sourire

Il se fige

A l’écoute

 

 

« Ne serait-ce pas une pigne, là-bas, luisante et aguichante en ses atours écailles? Ne cacherait-elle pas quelques trésors dorés sous ses jupons rugueux? »

Le temps de dire « oh! »

Le temps d’un soupir

L’écureuil

S’est tendu

 

 

« Ne serait-ce pas ici bas, ce reflet miroitant, l’oasis liquide oubliée de la nuit? Cet élixir nuage tombé après minuit sous le pin de mes jeux? »

Le temps de dire « oh! »

Le temps de cligner

Le rongeur

A sauté

 

« D’une pensée à l’autre,  je file sur le fil de mes envies soudaines. Ronger la pomme de pin, croquer le gland volé au  chêne séculaire, courser ce grand Roux  râleur et chapardeur de mes convoitises »

Le temps de dire « Oh! »

Le temps de …

Rien

Pfftttt!

Fini!

Il est parti!

MMR ( tous droits réservés)

28 octobre 2018

Des carottes si attirantes!

Filed under: animaux, insectes... — Martine @ 5 h 29 min

Entre le 28 juillet et le 6 août 2018, j’ai observé bien du mouvement sur les fleurs de deux ou trois carottes. 41 insectes différents ( sans compter tous ceux qui ont échappé à mon regard )

.

En haut de l’image, un hyménoptère petit et noir. En bas, deux coléoptères à l’abdomen terminant en pointe aigüe : varïïmorda villosa ou mordelle.  Non seulement il vole mais saute aussi. Chaque année ils apparaissent, principalement  sur les carottes .

.

.

Autre coléoptère: chlorophorus varius. Ce couple longicorne à la magnifique robe noire et soufre a été harcelé par une minuscule abeille sauvage . Puis plusieurs autres arrivèrent en renfort pour les faire dégager de leur « prairie ». Pauvres longicornes occupés à s’aimer et à butiner!

.

.

Voyez-les en escadrille ces abeilles s’en prenant cette fois à une de leurs cousines qui les fait deux fois. Petites mais costauds! Mais cette dernière n’avait cure de ces agaçantes attaques et continua sa récolte comme si de rien n’était.  Très zen.

.

.

Autre hyménoptère, noir et rouge: abeille ou guêpe? je n’ose m’avancer.

.

.

Une petite mouche noire non identifiée.  En butinant elle contribue à la pollinisation. Celle-ci ne viendra pas picorer dans votre assiette..

.

.

Ravissante abeille sauvage de couleur bronze. Un genre largement présent dans mon jardin. J’ai lu quelque part qu’il existe plus de 20 000 espèces d’abeilles dans le monde. Près de 1000 en France.

.

.

Hélas, une de ses sœurs n’a pas eu de chance, tombée tout droit dans les pattes d’une araignée. Il s’agit de l’araignée crabe Synaema globosum, surnommée  Napoléon à cause du dessin en forme de chapeau sur le dos de son abdomen.  Noire et jaune ( il y en a aussi avec du rouge ou du blanc) , cette arachnide participe à l’équilibre du jardin en se nourrissant également de mouches, coléoptères,  et autres insectes…  Mais l’araignée rate beaucoup de ses proies.  J’ai même vu une petite abeille sauvage venir la narguer. J’y reviendrai une autre fois.

.

.

Voici une autre mouche,à gauche. Joli diptère noir et rouge, floricole c’est à dire butineur et pollinisateur.  Cylindromyia peut-être? A droite,un hyménoptère.

.

Ces carottes fleuries trop vite  ( bien que semées au printemps) ont été le théâtre de scènes étonnantes et passionnantes. Quel dommage que je n’ai pas que ça à faire! 🙂  C’est une histoire à épisodes

Si parmi vous certains (es) peuvent m’aider à les identifier, je serais heureuse d’accroître mes connaissances.

En 8 ,il s’agit bien de  Cylindromyia. Merci à Lucie pour son aide. 

Il est vrai qu’il faudrait des photos prises sous plusieurs angles pour pouvoir mieux identifier toutes ces jolies bébêtes. Merci à toutes et à tous pour avoir joué le jeu ainsi que pour tous vos commentaires généreux comme toujours. Une grande joie qui se renouvelle  dimanche après dimanche…

MMR ( tous droits réservés)

14 octobre 2018

Ferme d’un jour

Filed under: animaux, insectes... — Martine @ 7 h 22 min

Le week-end dernier, c’était la fête au village: Les Médiévales

Il y aura beaucoup à dire dans les mois à venir à ce sujet.  Ce dimanche, j’ai envie de vous parler de cette petite ferme installée dans un coin du parc, près des ânes, à deux pas de la zone réservée aux rapaces.

.

Ci-dessous: l’oie barrée

.

Le canard pompon

.

Le lapin des Flandres. Énorme. Comparez sa taille avec celle du cochon asiatique et du mouton noir. Il a fortement impressionné le public.

.

Les oies frisées

.

Sur fond de sourires, de rires et de regards inquiets surveillant le ciel, à la ferme d’un jour, les animaux occupaient le temps à picorer, à glaner, à dormir, à quémander pour certains ( chèvres)  la caresse ou la friandise.  Inutile de vous dire qu’ils avaient  la super côte auprès des enfants.

MMR ( tous droits réservés)

Les inondations  catastrophiques dans l’Aude nous ont épargnées. 

26 août 2018

Joue joli musicien

Filed under: animaux, insectes...,Poèmes — Martine @ 7 h 23 min

Éloquence fiévreuse

De la nuit bleu-marine

Sur mes paupières lassées

 

Violon ou violoncelle

Joue joli musicien

 

Mes pensées effeuillées

Jonchent de leurs ombres

Mon oreiller griffé

 

Violon, violoncelle 

Joue joli musicien

 

Soudain une antienne

S’accroche au fil tendu

De mon somme en exil

 

Violon, violoncelle

Joue joli musicien

 

Lénifiante berceuse

L’ardeur des élytres

Séduit l’heure nocturne

 

Violon, violoncelle

Joue joli musicien

 

Romance stridulée

L’amour de Sauterelle

Gomme mon insomnie…

.

MMR ( tous droits réservés)

22 juillet 2018

Matin solaire

Filed under: animaux, insectes... — Martine @ 4 h 46 min

Matin lumière

Matin solaire

Les martinets cisaillent l’azur

A grands cris joyeux

 

Matin solaire

Matin lumière

Une guêpe frivole

S’est trompée de costume*

 

Matin lumière

Matin solaire

Le tournesol s’est lassé

De suivre le soleil**

 

Matin solaire

Matin lumière

Yeux sur roulement à billes

Une odonate guette l’étourderie  dodue ***

.

MMR ( tous droits réservés)

* c’est la première fois que je vois cette guêpe noire rayée jaune. D’habitude c’est plutôt jaune rayé noir

**: une fois épanoui, ce beau tournesol n’a plus suivi la course du soleil.

*** cette odonate , dont j’ignore le nom, n’a fait qu’une brève apparition.

 

15 juillet 2018

Rencontres intrigantes

Filed under: animaux, insectes... — Martine @ 7 h 00 min

En juin,

Trahie par mon ordi,

Je fis la grimace

Et

Me tins loin du coupable.

Le jardin m’attendait

Plein

De surprises

.

Qui es-tu étrange créature? Ni libellule, ni papillon. Un ascalaphe?  Tes antennes sont plus courtes. Tes taches se distinguent à peine… Je donne ma langue au chat!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

 

 

 

 

Et toi? Je sais que tu es un papillon. Petit malin qui mime les hyménoptères ( guêpes, frelons…) afin d’échapper à tes prédateurs.  Il s’agit d’une sésie.  ( celle de l’oseille?) Mais je ne m’aventure pas à préciser davantage.

Magnifique! Splendide! J’ai suivi cette chenille chaque jour. Et elle mangeait… mangeait… et grossissait… grossissait…  Je l’ai mesurée après avoir pris ce cliché: 8cm. Elle a disparu le lendemain.  Sans doute s’est-elle cachée pour faire sa chrysalide. D’après mes recherches cette belle devrait se transformer en un gros papillon: le sphinx de l’euphorbe. Très discret et donc, pas facile à voir.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelle rencontre vendredi. Revue hier matin. Toi aussi tu m’as bien intriguée.  Coccinelle ou pas? Et oui, tu en es bien une.  Géante parmi tes cousines.  Tu serais asiatique: Harmonia axyridis. Extrêmement vorace, tu mettrais en péril nos coccinelles indigènes.

 

 

 

 

 

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

Du doux sourire de l’aurore à l’éclat de rire flamboyant du soleil couchant, le jardin vit et intrigue.

A l’arc d’une feuille ou celle d’une pierre, aux lèvres d’une fleur ou au cuir rugueux d’un arbre, tant de destins se croisent encore et encore…

Chacun part en quête d’une manne sucrée ou de chair frémissante. La vie prend ses droits sous le ciel estival

.

MMR ( tous droits réservés)

Il s’agit bien d’un ascalaphe. Merci à Lucie qui a confirmé mon intuition.

Merci pour tous vos passages et commentaires  qui me touchent toujours autant.

 

1 juillet 2018

Entre Mai et Juin

Filed under: animaux, insectes... — Étiquettes : , , , , , — Martine @ 5 h 57 min

A l’enclos de mes murs pousse avec allégresse , surtout après un hiver et un printemps particulièrement pluvieux, une herbe exubérante.  La bourgade aux abeilles, située sous l’olivier, est envahie par de menues plantes alors que d’habitude c’est plutôt genre pelé.

Le 18 mai j’y ai vu cette drôle de bestiole.

Depuis, un copain m’a appris qu’il s’agit d’un hyménoptère proche des fourmis:  représentant de la famille des MUTILLIDAE . Cette mutille avait de belles couleurs, de grandes antennes. C’était la première fois que je la remarquais. Elle furetait, fouillait le moindre trou.  Je me demandais si ce n’était pas une prédatrice d’abeilles car elle se trouvait  en plein sur leur secteur.  La réponse est oui car ces insectes déposent leurs œufs dans les nids de ces dernières. Attention! sa piqure est très douloureuse. Il vaut mieux ne pas marcher pieds nus, ni s’assoir dans l’herbe; et  travailler avec des gants. Depuis, je ne les ai plus revues.

Et puis,

Un coléoptère accroché à son mat, lui tournait autour,  comme une gogo danseuse.

Longues antennes

Regard pointu

Il palpe les secondes

De sa fuite programmée.

.

A droite, des orchidées indigènes  qui , au fil des années, s’installent avec bonheur et insouciance  à l’orée de ma grande plate-bande fleurie. Ces sérapias couleur sang de bœuf,  rivalisaient avec les grandes anacamptis pyramidalis aux jolis tons roses.  Il y en avait plusieurs centaines. Posé sur son coussin rose trémière, un autre curieux locataire. Si je ne fais pas erreur, il s’agit d’un gros charançon: lixus iridis  –  référence: le monde des insectes: ICI

Plusieurs jolies surprises qui seront l’objet d’un autre billet

.

Les problèmes sont presque tous résolus. Je revis( informatiquement parlant)  Merci pour votre patience et gentillesse

MMR ( tous droits réservés)

Older Posts »

Powered by WordPress