Les voyages immobiles… … de Martine Madelaine-Richard

3 mai 2020

Zéphyr

Filed under: au Jardin: fleurs, arbres...,Poèmes — Étiquettes : , , , , , , — Martine @ 3 h 54 min

Au soleil de mai

Sous un ciel bleu de mer

Une brise furtive

Glisse sur le jardin

Se coule, curieuse

Au pied de  l’olivier

Enjôle un œillet

Mignote une menthe.

Soudain

Ce souffle printanier

Cesse son errance

Sourit en découvrant

Un instrument à cordes.

Entre les boucles parme

Les volutes sucrées

Zéphyr joue

Facétieux

De la harpe glycine.

Clochettes légères

Grelots inaudibles

La liane s’abandonne

Amollie par Phébus

Au jeu du violoniste.

L’étrange musicien

Enlace et caresse.

Sa chanson  divine

Séduit le papillon

L’abeille et le bourdon

Un poète rêveur

L’amour en bas de soie.

.

MMR ( tous droits réservés)

 

3 août 2012

Epouvantails

Voici de petits épouvantails photographiés au parc ornithologique du Teich, près du Bassin d’Arcachon.Ils surveillaient un jardin potager en friche.

.

V des oies sauvages-

L’épouvantail nargué

ne chasse que du vent

.

Une fin septembre où le soleil brûlait délicieusement la peau. Un petit oiseau invisible chantait, indifférent aux gardiens du jardin abandonné. A deux pas, derrière le rideau des arbres, les disputes des foulques nous suivaient sur les ailes d’un zéphyr à peine perceptible. Une cigogne contemplait les touristes…

.

Sur son nid de pie-

Épouvantail ou vigie?

Cigogne pigeonne*

.

pigeonner: abuser, berner, mystifier …

 

 

MMR ( tous droits réservés

cliquer sur les photos pour agrandir, merci.

17 juin 2012

Rose églantine

Filed under: Poèmes — Étiquettes : , , , , — Martine @ 19 h 41 min

Charme saveur champêtre,

Zéphyr rose églantine

Caressant,

Nonchalant,

La sieste colimaçon.

 

22 avril 2012

Un matin d’avril

Clin d’œil ensoleillé,

Zéphyr velours et soie

Sur ma faim d’euphorie.

Regard perdu,

Lèvres entre ouvertes,

Mes sens palpent l’instant,

Ce pétillant jacinthe

Sous l’arbre de Judée,

L’errance affairée

Rayées  guêpes ou bourdons…

Offrande douceur sucrée,

Quintessence nacrée,

Bouquet cœurs vert prairie

D’où jaillissent, dansant,

Grappes lilas charmeur.

L’azur gazouille un brin

Quelques mots hirondelle;

Reflète en son miroir,

Antennes et longues cuisses ,

Coquette à ses heures,

Un caprice sauterelle

Polissant son corset

Aux flammes anémone.

Narines frémissantes,

J’inhale, me nourris,

Prise cet orviétan*,

Ivresse matin d’avril…

.

MMR tous droits réservés)

* Orviétan: drogue, remède

 

 

 

 

 

 

 

 

Powered by WordPress