Les voyages immobiles…

28 avril 2012

Entre deux giboulées!

Passez la souris sur les photos pour agrandir s’il vous plaît, merci.

Il fait un temps pourri. Mais le jardin resplendit de contentement. De l’eau! Encore de l’eau  clame-t-il vers le ciel!

Oui! Bon! Un peu ça va! Mais une pause de temps en temps, hein?

J’ai envie de dire pouce!

Du bleu ! DU BLEU! DU BLEU!

C’est ma rengaine, mon refrain chagrin du matin à la face du ciel.

Le 21 avril était si merveilleux. Une journée presque estivale.

Le genêt ( une variété non parfumée 🙁 ) brillait, luisait , capturait la lumière.Tout un petit monde s’y activait. « Vite! Vite! Pas une minute à perdre! » bourdonnait-il. Mouches, abeilles sauvages ou domestiques plongeaient au cœur des fleurs; se dégageaient poudrés d’or bruni; se hâtaient vers l’offrande affriolante suivante sans perdre une seconde.

Ce gros balourd de bourdon dédaigna ce matin-là les papillons dorés pour ceux rose fuchsia de l’arbre de Judée.  Il pressait, farfouillait du nez, passait  au délice suivant très concentré sur le but de sa quête. Quelle belle fourrure! L’envie me démangeait de la caresser. Je me contentais… sagement… de le chatouiller du regard. 🙂

Les bourdons se nourrissent de nectar et de pollen. Ils ont leur rôle à tenir dans la biodiversité. J’en ai observés couverts de pollen. Pareil pour les abeilles et les mouches. De temps en temps, ils se posent et font toilette.

Mais ce jour-là, tout le monde semblait pressé comme un citron. Midi, l’heure de pointe approchait. Une lève-tard? Ou bien une exploratrice venant de loin?  Sur le coussin rose pâle de la sarriette, une énorme mouche butinait sans façon toutes les lèvres offertes.  Tachina Fera, insecte diptère de la famille des Tachinidae. Marrante avec son gros popotin poilu. Mais une redoutable dont les larves parasitent et tuent les chenilles.

Ses cousines, aux robes aussi variées que celle de leur menu du jour, butinaient, se goinfraient du suc sur les énormes euphorbes.  Parfois ça se disputaient bien un peu. Mais la table étant bien fournie, on retournait très vite au festin.

Une belle galerie de portraits. Ce sera l’occasion d’un nouvel article.

 A l’ombre de l’arbre de Judée, deux ravissantes tulipes à fleur de lys s’épanouissaient .

Tendre duo ,

Frais tête à tête,

Un teint neige et cerise qu’aurait enviée la vilaine reine de Blanche Neige.

Si élégantes,

Si fines,

Si radieuses

Si….trompeuses

Entreprenant vainement de s’agripper au satin virginal, un drap mortuaire multipliait les tentatives pour échapper au piège de l’une d’elles.! Tapi, un regard menaçant le surveillait. Une thomise se fondait à la blancheur laiteuse de la liliacée. Estima-t-elle son cuir trop indigeste? Le veinard s’en tira  à bon compte  pour cette fois. Mais attention à la prochaine maladresse…

MMR t tous droits réservés)

27 avril 2012

L’arc en ciel

Filed under: mini poèmes, Haïkus, tanka, haïbuns... — Étiquettes : , , , — Martine @ 7 h 01 min

Thème pour ce nouveau rendez-vous avec  » Le coucou du haïku » , ICI , d’Alice et Mamylilou: l’arc en ciel. Sur une de leurs photos.

.

Pont entre deux mondes-

Féerie de l’arc en ciel

Affole Harpagon

.

MMR ( tous droits réservés)

22 avril 2012

Un matin d’avril

Clin d’œil ensoleillé,

Zéphyr velours et soie

Sur ma faim d’euphorie.

Regard perdu,

Lèvres entre ouvertes,

Mes sens palpent l’instant,

Ce pétillant jacinthe

Sous l’arbre de Judée,

L’errance affairée

Rayées  guêpes ou bourdons…

Offrande douceur sucrée,

Quintessence nacrée,

Bouquet cœurs vert prairie

D’où jaillissent, dansant,

Grappes lilas charmeur.

L’azur gazouille un brin

Quelques mots hirondelle;

Reflète en son miroir,

Antennes et longues cuisses ,

Coquette à ses heures,

Un caprice sauterelle

Polissant son corset

Aux flammes anémone.

Narines frémissantes,

J’inhale, me nourris,

Prise cet orviétan*,

Ivresse matin d’avril…

.

MMR tous droits réservés)

* Orviétan: drogue, remède

 

 

 

 

 

 

 

 

20 avril 2012

Parapluie – ombrelle

Parapluie – ombrelle sont le thème  proposé par Alice et Mamylilou du Coucou du haïku »  ICI , sur la photo d’une œuvre de Lilian May Miller

.

Ondée printanière-

Kimonos effarouchés

Valse des ombrelles-

.

.

 

.

.

.

.

.

Parapluie? Ombrelle?

Sur la blanche ombellifère

Qui vive vorace

Poésie d’une carotte

Pour claque-faim* sauterelle

.

MMR ( tous droits réservés)

* claque-faim:  qui meurt de faim

 

 

 

15 avril 2012

Anémone

Filed under: au Jardin: fleurs, arbres...,Poèmes — Étiquettes : , , , , , , , , , , , — Martine @ 19 h 03 min

Avril l’inconstant

Oublie les cerisiers,

Embellit anémone

Pour son bal printanier.

Surbrode, festonne

Larmes de nuages,

Promesses arc en ciel

Au revers de sa guimpe.

.

MMR ( tous droits réservés)

 

13 avril 2012

Floraison des cerisiers 2

Filed under: mini poèmes, Haïkus, tanka, haïbuns... — Étiquettes : , , , , , — Martine @ 11 h 36 min

Même thème que vendredi dernier pour le  » Coucou du haïk.u » ICI de Alice et Mamylilou

.

Soleil montagnard-

Il a neigé comme un fou

sous les cerisiers

.

MMR ( tous droits réservés)

10 avril 2012

Epave

Filed under: entre ombre et lumière,Poèmes — Étiquettes : , , , , , , , , — Martine @ 7 h 30 min

Thème de cette semaine pour la communauté de Hauteclaire,  » entre ombre et lumière »  ICI  : épaves

A deux coin-coin rageurs,

A deux rames de l’eau,

Indifférente,

Silencieuse,

Dort d’un sommeil fatigué

La barque des vacances,

Celle des pêches du petit matin,

Des rêvasseries filant au fil de l’eau.

Sous le soleil de septembre,

Sur son lit d’huîtres brisées,

L’épave coule peu à peu

Dans les courants changeants

Du Temps émeraude  ou onyx….

.

MMR ( tous droits réservés)

 

 

8 avril 2012

A Pâques

Filed under: au Jardin: fleurs, arbres... — Étiquettes : , , , , , , , , , , , , — Martine @ 6 h 05 min

Nuit pisse-vinaigre,

Giboulées,

Tonnerre,

Nuit brûle paupières

Où les rêves se heurtent

Aux volet malmenés.

Nuit se désagrégeant

En milles diamants fumeux

Sous le souffle soleil .

Esquisse soie orientale,

Ombre aux mots ruisselants,

S’épanchant de vernis en velours,

Carillonnant ses gouttes

Au rythme écho joyeux

Des cloches en chocolat.

Poulette cacao

A oublié ses œufs

Sous dentelles jacinthes.

Renaissance pascale 

Que croquent allégrement

Par cents ou par milliers,

Les bouches gourmandes,

Les rires impatients

Pitchouns et enfançons…

.

MMR ( tous droits réservés)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

6 avril 2012

Floraison des cerisiers

Filed under: mini poèmes, Haïkus, tanka, haïbuns... — Étiquettes : , , , , , , , , — Martine @ 3 h 55 min

Rendez-vous avec le « Coucou du haïku » de Alice et Mamylilou avec pour thème: la floraison des cerisiers »

.

Cerisier lumière-

Au cœur de sa chantilly

Danse des abeilles

.

Un vent de pétales-

Confettis sur la mariée

Sa bouche cerise

.

MMR ( tous droits réservés)

 

4 avril 2012

Toques et Clochers 2012

Filed under: Expositions — Étiquettes : , , , , , , , , , — Martine @ 7 h 30 min

Cette année l’immense manifestation de Toques et Clochers avait lieu à Antugnac. Ce joli petit village avait choisi pour thème le cinéma.Cliquez sur les photos pour agrandir, merci.

Dispersés un peu partout des mannequins étaient disposés  transformant les ruelles, fenêtres, placettes, champs de vignes en gigantesque plateau de tournage.

Vous reconnaitrez  « La femme du boulanger », la belle Marilyn, « Ben Hur »

Roméo n’en finissait pas de courtiser sa douce Juliette. Pendant que dans les vignes du seigneur Henri (Fernandel) soupirait après Gisèle ( Simone Valère). Ah L’amour! La grande affaire de notre vie! 🙂

Le vendredi matin, vers 9h30, nous aménageâmes nos caveaux. Le mien était en face de celui d’un potier, une artiste de grand talent.   Nous profitâmes des superbes couleurs printanières du jardin de la propriétaire . Que d’oiseaux et de papillons! Un havre serein avant et après le remue-ménage festif  de la fête du Chardonnay.

.

.

Grâce à l’aide précieuse de mon Cher et Tendre, ma salle fût prête vers midi.  Un bel espace où trônait un vieux piano.

.

.

.

.

.

.

En entrant, le mur à droite, plein de caractère, servit d’écrin à ma série sur les marchés d’Aix en Provence. Le piano accueillit deux œuvres dont le sujet était la Cité de Carcassonne. Une longue toile  ( 20×50 cm) au vernis  tout juste sec. Et un petit diptyque au style dépouillé.  Pour les amateurs de mots,  je posais un poème contant les Marchés du sud.  Le grand panneau au fond de la salle était idéal pour mes petits formats marouflés sur toile. D’un côté les tulipes stylisées et de l’autre la vigne et le raisin. Et enfin, à gauche, sur une petite table, les amateurs pouvaient fouiller dans les formats cartes postales et découvrir également mon recueil de poésies. Ce qu’ils firent avant et après le vernissage, convivial et sympathique.

Samedi, sous un ciel de vacances, grâce au ballet incessant des navettes  ( grands bus blancs) déboulèrent les premiers chalands. Les gens s’intéressaient, admiraient,questionnaient. Quelquefois, pour leur plaisir, et le mien :),  certains allaient jusqu’à acheter une carte ou le livre. Les temps sont difficiles et chacun doit faire attention. Mais parfois, un ras le bol de se priver balayait la raison. Et je voyais la personne repartir le sourire aux lèvres serrant contre son cœur un petit trésor.

Vers 14h00, ma sœur la céramiste et moi, rejoignîmes  les artistes inscrits au défilé. Longue attente avant le démarrage de celui-ci vers 15h 15.

.

.

.

.

Nous eûmes tout le temps d’observer les capes,un groupe d’écoliers, les cuisiniers…

.

.

 

.

.

.

.

.

.

Enfin le cortège s’ébranla.  Nous avancions entre deux haies de visages joyeux, riants et applaudissant à tout rompre. Par-ci, par-là jaillissaient des « Allez les artistes! » « Bravo les artistes! ». Quelques amis nous interpellaient , vite engloutis dans l’ anonymat bruyant.

 .

.

.

 Nous progressions au rythme cadencé de ceux qui nous précédaient.  Boum! Boum! des tambours; objets indéterminés cliquetant avec force. A moment donné nous traversâmes le pont, surprenant les tournages de « Et au milieu coulait une rivière » et de « Ben Hur. » De grandes décorations affichaient clairement le menu du jour.

.

.

.

.

Cheminant sous le soleil , acclamé comme une star , le long serpent chamarré déroulait ses anneaux entre les pierres aussi chaudes que les visages exubérants.

.

.

.

.

.

Le désormais célèbre Pech ( pic) du Bugarach ne devait pas en croire ses pierres face à cette débauche de vie bariolée et musicale. Nous terminâmes assoiffés, les pieds en compote pour écouter le discours.  Puis, nous regagnâmes nos caveaux après avoir accepté un petit verre de Chardonnay bien frais .

Pour avoir une idée de l’ambiance voici un lien vers le Toques 2007

Un lien pour Toques 2012  ici et encore ICI  et puis

Une pub pour Toques que je trouve super ICI

Le dimanche , lui, était plus que tranquille.

à gauche, ça bouchonnait de partout en début de soirée le samedi.

et à droite, dimanche , vers 14h, le château d’Antugnac digne de celui de la Belle au Bois dormant ou des maquettes entrant en hibernation jusqu’à l’an prochain. Des instants zen pour récupérer de la fatigue de la veille, visiter les copains qui n’ont pas encore plié boutique.

MMR ( tous droits réservés)

d’autres liens ICI  ;ICI et encore ICI ; et encore et enfin  ICI

 

 

 

 

 

Powered by WordPress