Les voyages immobiles… … de Martine Madelaine-Richard

15 novembre 2020

Sur la longue plage blonde

Filed under: l'herbier de poésie — Étiquettes : , , , , , , , — Martine @ 3 h 21 min

Pour l’Herbier de poésie, Adamante, ICI  , nous propose d’écrire sur les œuvres du sculpteur  Théo Jansen,   ICI   

et puis ICI  ,   et encore ICI

 

Sur la longue plage blonde, les crabes aiment à courir à marée basse. Les petits limicoles picorent crevettes et vers de sable.  Au loin, océan et ciel se disputent l’horizon. Tandis qu’au bord de l’eau…

Entre deux algues

Un coquillage doré

Baille aux corneilles

L’automne ganté de froidure a chassé les vacanciers.  Pas un humain trouble fête.  Le rire des mouettes nargue les nuages aux ventres rebondis.

Ressac serein

Sur la laisse de mer

Trois mouettes festoient

Quand soudain, toute cette tranquillité marine vole en éclats.  Un étrange insecte,  surgi de nulle part, se précipite sur le sable humide.  C’est un géant, un mastodonte tout en ailes et en pattes grêles. Il déroule sa longue carcasse aérienne à folle allure.

Les ailes du vent

Celles de l’insecte

Union éphémère

Cet animal extraordinaire sort tout droit de l’imagination d’un artiste venu du Nord. Mélange de plastique recyclé et de bois, ses œuvres unissent avec bonheur les sciences à la poésie.

Illusion d’optique

Des animaux fabuleux

Un rêve prend corps

.

MMR (tous droits réservés)

5 avril 2020

Un merveilleux tableau

Filed under: l'herbier de poésie — Étiquettes : , , , , — Martine @ 1 h 33 min

Avec beaucoup de retard sur un sujet qui m’avait attirée.

Pour l’Herbier, Adamante, ICI, nous avait proposé d’écrire sur cette œuvre de André Van Beek, ICI

A pas comptés, comme pour ne pas déranger,  elle avance sur le chemin  aux dalles mauves.   Soie invisible et chaude, un parfum indéfinissable l’enveloppe.

Soleil estival-

Hirondelles, martinets…

Et une flâneuse

 

Son regard suit, alangui et rêveur , la toile mouvante des arbres occultant l’horizon.  Peupliers, charmes, noisetiers, tilleuls, aubépines… Camaïeu de verts frémissant sous la caresse d’un zéphyr à peine perceptible.  C’est l’été en pente douce.

Sur la trame du jour

Écriture du roman

« Paroles de jardin »

 

Au fil des minutes, Phébus impose sa volonté brûlante. Le jardinier, actif dès l’aube, a fermé sa cabane à outils et s’en est allé.  « Enfin tranquilles! »  semble dire la vie animale en s’emparant des lieux.

Dimanche doré-

Abeilles, mouches, bourdons

Travail à temps plein

 

Elle se promène, l’esprit vacant, toute entière offerte à l’instant présent. La neige  des marguerites tempère le brasier  or et feu des rudbeckies .  Quant au fuchsia des echinacées , voyez comme il  rivalise avec  le rose tendre des cosmos.  Tous ces massifs composent un merveilleux tableau.

Au soleil de 10h00-

Feu d’artifice

Végétal

 

MMR ( tous droits réservés)

Merci pour tous vos commentaires, échanges,  très appréciés auxquels je répondrai dès que possible.

17 janvier 2020

Le petit veau

Pour l’Herbier, Adamante, ICI, nous propose d’écrire sur cette peinture, de préférence en haïbun:

Francis Bacon, Étude de taureau, 1991, huile, peinture en aérosol et poussière sur toile, 198 x 147 cm, collection particulière © The Estate of Francis Bacon / All rights reserved / ADAGP, Paris and DACS, London 2019

 

L’air immobile et poisseux pèse de tout son poids sur la prairie somnolente. Au loin, un tracteur poussif halète de fatigue.  Sous l’ombre chiche du grand pin quelques vaches ruminent paisiblement.

 

Soleil crépitant-

A l’heure de la sieste

Fourmis au travail

 

Son museau tendu vers le ciel, un petit veau suit des yeux avec envie le ballet joyeux des martinets.  Il s’ennuie et rêve de courses , de bruit, de vie trépidante.

 

Feu solaire-

Rodéo des mouches

Celui d’un petit veau

 

Il a laissé trainer ses oreilles et surpris les confidences de sa grand-mère un soir où elle le croyait endormi. Elle racontait les exploits d’un sien cousin, taureau de combat. Une vedette en son temps triomphant dans les grandes arènes d’Espagne. Ah comme ce devait être excitant toute cette gloire! Dommage qu’il se soit endormi avant la fin de l’histoire.

 

L’enfance naïve

Joue aux papillons

O temps suspend ton vol

.

Le petit veau s’amuse à courir parmi les herbes folles dérangeant avec joie de jolis papillons. J’ai fait de même lorsque j’étais petite.  Ces insectes, que l’on pourrait comparer à des fleurs volantes,  m’émerveillent à chaque retour du printemps.

 

Joli mois de mai-

Sur le sucre des Lychnis

Un citron acide

Ce jour là, le temps était menaçant.  Tandis que j’observais un grand silène se gorgeant du nectar des lavandes, une abeille sauvage se mit à lui tourner autour. Il s’agissait d’un anthidium mâle jaloux, très possessif. Pas question de s’approcher de ses femelles. Il le harcela puis finalement renonça. Ce papillon était décidément trop calme et indifférent..

 

 

 

 

 

 

 

 

Scabieuses, lavandes…

Parmi toutes les fleurs

Celles des papillons

 

La valériane, accueillante , offrait la quiétude de son ombre à un satyre affamé.  Cette plante très mellifère a beaucoup de succès auprès des insectes.

Midi –

Au banquet du jour

Ma faim et celle  des papillons

.

MMR ( tous droits réservés)

Mes petits héros dans  l’ordre d’apparition  de haut en bas, et de gauche à droite:

1- le citron: Gonepteryx rhamni

2- le silène: Brintesia circe en compagnie de l’abeille sauvage: anthidium

3- Le Demi-deuil: Melanargia galathea

4- La Belle dame: Cynthia cardui

5- Le brun des pélargoniums:  Cacyreus marshalli

6-  L’azuré commun ou de la bugrane: Polyommatus icarus ( si je ne fais pas erreur, sinon détrompez-moi svp)

7- Le satyre ( Lasiommata megera)  le mâle se nomme Satyre et la femelle Mégère.

2 juin 2019

Saisir le fugitif instant…

Filed under: Océan et Bassin d'Arcachon — Étiquettes : , , , , , , — Martine @ 1 h 57 min

Que faire lorsque vous devez attendre que l’on répare votre roue transpercée par un gros clou? La question s’est posée lorsque nous étions partis pour nous promener au bord du Bassin, dans sa partie nord.

Première chose: avoir toujours son APN sur soi ou dans le sac. Ce qui est mon cas chaque fois que je mets le nez dehors. Enfin, presque toujours.  Près du garage, où avait lieu cette réparation, s’étalait une immense pelouse assez négligée. Et c’était une chance pour observer la vie courant, sautant ou volant. Comme ce joli papillon : le cuivré commun .

 

Sur le tapis vert

Il se pose, en surprise

Le papillon

 

Puis un  bourdonnement  assez puissant attira mon attention. Un gros bourdon allait tranquille de pissenlit en pissenlit. Énorme, noir et rouge feu.  Jamais vu dans mon jardin, ni au cours de mes nombreuses pérégrinations.

 

Neuf heures au soleil

Un bourdon de fleur en fleur

Bain de pollen

 

A deux pas de là, autre plaisir, connu celui-ci. Un beau papillon Citron se délectait de nectar.

 

L’or du pissenlit

Celui d’un Citron pressé

Garçon? Un pastis!

 

Et enfin, une dernière surprise, de taille également. Une fourmi, d’un gabarit fort impressionnant. Comparez avec la taille de cette fleur . Elle semblait s’intéresser à son nectar . S’agit-il de Camponotus ligniperda ( ou fourmi gâte-bois) ?

 

Une fleur suave

Fric-frac bourdons, papillons…

La fourmi bredouille

 

Réparation terminée relativement vite. Et nous reprîmes la route vers  Arès pour respirer l’air du Bassin.

 

A marée basse

Un chemin d’eau entre les herbes

Mes pensées l’emprunte

.

MMR ( tous droits réservés)

3 mai 2019

Le Printemps ici et… là…

Pour l’Herbier de poésies, Adamante, ICI , nous propose d’écrire sur cet arbre remarquable:

Le ciel est gris.

Le printemps tarde à venir. Pas un bruit dans les cimes, sous les branches. Où sont donc passés les oiseaux?

 

Sur le gazon tendre-

Chat, queue interrogative

La faim pour compagne

 

Le vieux sage pense et pense encore. D’ailleurs il passe son temps à ça. Que faire d’autre lorsque l’on est arbre? Et vieux, si vieux que sa mémoire se dilue dans la course des nuages et du vent.

 

Parfum menthe fraîche-

Le vol d’un bourdon errant

Meuble le silence

 

L’ancêtre en a tant vu qu’il en aurait des histoires à raconter. Mais qui passe encore dans ce coin reculé du parc, mis à part le jardinier? Le platane tend ses bras comme pour serrer une main amie.  Son tronc se penche à l’écoute d’une musique intérieure connue de lui seul. Ses racines enjambent la barrière délimitant la pelouse.

 

Le temps d’un soupir

Et le rêve s’envole

Au pays des légendes.

.

*******************************************

« Où sont donc passés les oiseaux? » Ce n’est pas compliqué. Ils sont dans mon jardin!

Monsieur Mésange est amoureux. Il va et vient aux quatre coins. Chenilles et pucerons, araignées et limaçons n’ont qu’à bien se tenir. Monsieur Mésange fait le ménage pour nourrir sa dulcinée..

Depuis que nous avons cessé d’approvisionner la mangeoire, nous pensions que les chardonnerets iraient voir ailleurs si la table est meilleure.  Mais pas du tout. Ils sont encore dans le secteur à se nourrir de graines de fleurs.

Au bord du toit, L’étourneau sansonnet met les bouchées doubles pour nourrir sa nichée.  Il s’octroie parfois une pause pour chanter comme un pinson ou imiter un klaxon. Ses trilles et cliquetis, ses gazouillis et grincements claironnent à tout le pays « Je suis là!. Admirez ma belle voix, la richesse de mon répertoire! »

Indifférent à ses vocalises, Monsieur Merle, quant à lui, a pour priorité de se faire respecter. Sur son territoire, pas question qu’un autre vienne conter fleurette à sa jolie merlette. Coups de griffes et coups de bec sont distribués avec vigueur. Malheur à l’imprudent qui s’en prend plein « les dents »!

Tandis que tout le monde s’agite, Monsieur Verdier, au sommet de son cyprès, chante à s’en brûler le gosier. Il déroule chaque note sur la page du Printemps comme si celui-ci était permanent. Silhouette jaune anis, ce soliste inspire le poète griffonnant fiévreusement  un conte de plumes et d’amourettes…

MMR ( tous droits réservés)

8 février 2019

Méditations

Filed under: l'herbier de poésie — Étiquettes : , , , , — Martine @ 0 h 07 min

Pour l’Herbier de poésies, Adamante, ICI, nous propose d’écrire sur une de ses œuvres

Après un hiver rude , des coups du sort  à répétition, le vétéran désespère de voir enfin le bout du tunnel.

Pluies hivernales-

Il fait trop gris dehors

Trop gris aussi son cœur

Mais voici qu’un rouge-gorge vient chanter sur le rebord du toit. Ses trilles joyeuses gomment la morosité ambiante. O merveille! Le soleil se joint à la fête.

Printemps vif argent-

Dans le cadre de la fenêtre

La vie joue son show

L’air embaume la mousse et les violettes. Soudain léger comme une plume, l’homme sort , inspirant à plein poumons ce parfum de renouveau. Tout a changé en un éclair doré. Adieu à ces nuées oppressantes voûtant ses épaules. La pergola l’attire sous l’arche de ses lianes exubérantes. Se poser, là, sur le vieux banc moussu et méditer.

Douceur de l’air-

Deux papillons folâtrent

Sérénité

.

Merci pour tous vos commentaires que je découvre à chaque fois avec un immense plaisir.

MMR ( tous droits réservés)

13 mai 2018

Mai au jardin

Filed under: animaux, insectes... — Étiquettes : , , , , , — Martine @ 3 h 47 min

Le soleil joue à saute-nuages.  Saut de puce ou saut gigantal, à son rythme plus que fantaisiste, il parcourt les champs céruléens, ici triomphant et là timoré.  Le jardin, lui,  prend ce qui vient, eau et lumière, avec avidité.

Démesure, exubérance, prodigalité.  Tout un bouquet avec un seul pied de leucanthème ( marguerite des champs). Un petit peuple  lilliputien s’affaire..

 

Au banquet à ciel ouvert-

Elle n’est jamais rassasiée

L’abeille* friande

Pécher de gourmandise?

Pécher d’ivresse?

Le scarabée**  broute sans se poser de questions. Quand c’est bon, il s’en met plein les mandibules!

Au vert de la feuille

vibre l’orange

d’un papillon***

Vert sur le vert

Posée

une devinette****

.

MMR ( tous droits réservés)

* l’abeille xylocope. la plus grosse d’Europe. Très pacifique

** scarabée: cétoine noire. netocia morio peut-être?

*** papillon: lycaena phlaeas ou cuivré commun. Si je ne fais pas erreur.

****: si quelqu’un peut éclairer ma lanterne sp. Merci à Lucie qui a trouvé. Marine n’était pas loin derrière. 🙂

Il s’agit de la casside de la bardane ( Cassida rubiginosa) . C’est un coléoptère , Famille des Chrysomelidae. Les larves vivent sur les plantes dont elles se nourrissent: cirses,  chardons et de la bardane.

24 mars 2017

Bleu… Bleu… Bleu…

Filed under: l'herbier de poésie — Étiquettes : , , , , , , , — Martine @ 6 h 57 min

Pour l’Herbier de poésie,  Adamante,  ICI , nous propose d’écrire sur cette composition de eMmA 

.

Ciel bleu estival-

Celui de ses yeux

plus profond encore

.

Toi

Moi

Et l’océan des vacances…

.

Turquoise, améthyste

Ou saphir

La vague emporte

Petit bateau nuage

Un rêve d’évasion…

.

MMR ( tous droits réservés)

16 décembre 2016

La vieille maison

Filed under: l'herbier de poésie,mini poèmes, Haïkus, tanka, haïbuns... — Étiquettes : , , , , , — Martine @ 4 h 27 min

Pour l’Herbier de poésie d’Adamante, sur une photo de Susy S, voici ma participation.

.susi-s

Août réchauffe

L’hiver

De la maison abandonnée

.

La vieille maison-

Ses fenêtres ouvertes

A tous les chants d’oiseaux

.

MMR ( tous droits réservés

9 novembre 2016

Vos cadeaux au fil des commentaires

Claudie ( sans blog)img_4145_v1

Mandarine et citron
en tranches napolitaines-
le levant se savoure

Toile d’automne-
tressage citron cuivré
pour un lever solaire

.

Ulysse

Dans l’œil du chat
la souris se mirait
Et elle n’aimait pas chat !

.

ABCimg_4151_v1

au soleil couchant
envol vers sa lune de miel
le ciel s’enflamme

.

MarineD

Trotte-menu rase-motte
La petite chatte grise
Pattes pompons blancs
Est passée dans la loggia
La nuit s’enfuit
Que vive l’aube…

.

Azalaïsimg_4145_v1

de parallèles en parallèles,

tous les mots se rencontrent

à l’horizon des lignes de fuite

.

Sylviane Blineau ( sans blog)

Mandarine et citron
Martine et papillons
Bel automne
Senteur de pomme
Un dimanche !

.

M’amzelle Jeanneimg_1089_v1

Instants de douceur
réalités souvenirs
se confondent
regardant les envols
dans le ciel embrasé

.

Evajoe

Cadeau Dominical

Du soleil matinal

ton regard Martine

goûte aux couleurs mandarines!img_8838_v1

léger comme un papillon

de ci de là un soupçon

de citron!

.

Rebecca Bourgeois

Partition du chant du soir
Zèbre le ciel fauve
Avant la nuit silencieuse

.

Yves ( sans blog)img_3877_v1

Dès les premiers beaux jours, chaque battement d’aile,
Peut-être en remontant d’Ariane le fil,
Ramène enfin chez nous, l’héroïque Hirondelle,
Dans un azur repeint aux couleurs de l’avril.

.

Rose 63

Les mots rebondissent sur chacune de tes photos
Tes photos pour nous le dire
Que c’est bon et beau
De flâner le nez au vent
Humant l’air ambiant
Et pour finir
@ moi de te dire
Merci pour ce p’tit moment douceur de vivre au fil de l’eau …

.img_3924_v1

JC Huyghe

Du grand canal
Au bleu des cieux
Garni de fleurs blanches
Plus bas, au cœur d’une fleur
Le coléoptère déguste
Pollen et sucre de la terre.

.

Josette

En rouge et noir
des gendarmes bien alignésIMG_2428_v1
sur le sentier

.

Claudie ( sans blog)

demoiselle fluette
cherche puceron
pour « déjeuner sur l’herbe »

en tutu rouge et noir
elle en pince pour une puce
– oh! la coccinelle!IMG_2404_v1

.

ABC

Fenouil à volonté
pour ailées gourmandes
self-service jaune

.

Claudie ( sans blog)

Pas folles les guêpes

le vert anis les subjugue

– parfum de fenouil

.

Claudie ( sans blog)imag0184 creat _v1

Saveur de l’aube-
une orange sanguine
me donne la pêche

.

ABC

Rouge-sang
pour ciel nocturne
orange pressée

.

AlcinaIMG_8209_v1

Échappée de ses voiles transparents
la nuit s’évade et se délite
en mousseline délicate
peut-être en gardant les secrets…étoilés

.

M’mamzelle Jeanne

Légère comme..

l’écume des jours –

sautant sur un pied

de vague en vagues..!

.

Yves ( sans blog)img_7926_v1

Comme un vieux loup de mer à la vague se livre,
De mes ‘blues’ passagers l’océan me délivre
Et mon âme s’enfuit par-delà l’horizon,
Dans l’écume brisant les murs de ma prison…

.

Marine D

Je n’oublie pas ton océan turquoise
Que tous les matins tu vois danser
Je l’admire de tout mon être
Il écrit ses vagues, ses remous, ses humeurs
Sur le sable qui l’accueille
Il y brode ses aventures, ses errances
Nous donnant envie d’en savoir davantage
Nous laissant rêver face à l’horizon
Proposant seulement son murmureimg_8223_v1
Dans la syncope de la vague

.

Alcina

Fugitivement , presque craintivement
dans le petit matin , elle s’est aventurée
sur la grève , les sandales à la main
elle s’enlise dans le sable , se laissant
vaguement engloutir dans les algues et
le friselis dévorant des rouleaux incessants .
Elle marque l’estran !

.

ABC

Priorité au pinceau, inspirant la plumeIMG_0531_v1
l’été sonne coloré au vent de l’occitan
regardant s’épanouir les beautés de l’été
l’artiste au chevalet tisse sa toile

.

Rose 63

Tout le monde en rêve
Toute l’année
Enfin il est arrivé
L’été
Ses doux messages fleuris
Ornent nos jardins
La douce fraîcheurIMG_6939_v1
Le matin
Caresse nos joues
Enfin l’été
Les petits mots s’envolent
Hélas, nombreux
Sont à sens unique
Mais l’été
c’est la frivolité
le papillon frétille

.

Claudie ( sans blog)IMG_7004_v2

Lavandin courtisan
le flambé enflammé
– l’été est roi

Les pinceaux s’échauffent
dans la torpeur de l’été-
Martine s’embrase

.

Alcina

Ciel bleu , les rideaux s’envolent dans les courants d’airIMG_9339_v1
comme les papillons tu as déployé tes ailes
et riche de couleurs , de nectar à butiner çà& là
tu vas engranger des trésors pour ta palette
des lignes,des courbes dans les petits riens de la vie
qui vont rejaillir sous ton pinceau , sous tes doigts experts !
Rêve , sieste avec les cigales sous le ☼ .

.

Ulysse

Oh ! cigale
Va donc chanter à coté
Chez la fourmi par exemple
Peut être te donnera-t-elle un souIMG_9354_v1
Pour te faire décamper !

.

Alcina

Si j’étais un bijou volant
j’irai me poser sur ton coeur

.

Rose 63

Doré le sable-là
Le chant de la mer
Mer mi sol ré
La sur le dos
Les yeux rivés
sur le toit du monde
Je médite sur
TA PHOTO MAGNIFIQUEIMG_7754_v1
La magie de la nature

.

ABC

Tapis de tendresse
lit de paresse
une tendre caresse
un rien de douceur
sans langueur

sable et eau
soleil chaud
sieste océane

.

JosetteIMG_4559_v1

là là dorer…

adorer l’ado,

l’ami Rémi,

Sido facile…

à chanter

.

Jeanne fadosiIMG_0677_v1

fa si la la
fa do la la
c’est le temps d’été
voir la mer danser

.

Claudie (sans blog)

« Do rée, là là et là »
Petite musique saline
Aux rimes si câlines
« En », « ule », « à »,  » i » , qui clapotent
Sont notes fa si la chanter
Sur le sable où l’on s’abandonne
Aux caresses de l’océanIMG_0460_v1
Tapis ou lavis des amants

.

Ulysse

Chez toi je suis venu
Et reparti
pensées noires évanouies !

.

Josette

lentement l’été se réveille

et le jardin se languit des abeilles… IMG_3851_v1

Debout les filles !

.

Azalaïs

Cœur des fleurs,

Sang doré de l’été,

Breuvage toujours renouvelé

Pour le chant des abeilles

.

Marine D

Le langage des fées est un bonheur chez toiIMG_3765_v1
On peut ainsi imaginer tant de mots
Susurrés au couvert des ombelles
Que le syrphe et l’abeille reprennent en choeur
Et jusqu’au coeur des fleurs
La chorale des cigales a enfin compris
Qu’il est temps de mettre dehors
Le bout de leurs antennes
Et de se joindre au chant
Que l’été réserve aux amoureux de la nature !!!

.

FlorenceIMG_0639_v1

Tes souvenirs sont aussi doux que les miens et m’enchantent autant !

Calme, paix et sérénité …

Le clapotis de l’onde, qui caresse la barque où je m’étais blottie,

Me berce ainsi que ta voix qui chante à mon oreille.

Mais je ne veux pas fermer les yeux,

Ton texte et ta photo sont bien trop agréables pour s’endormir !

.

Marine D

Au vent du soir
Le souvenir est comme la plume
Il flotte entre deux rayons
Entre deux eaux
Que le couchant doreIMG_1429_v1
Pour un regard caramel…

.

ABC

Juste une brise
un clin de soleil
une lueur de nuit
demain déjà
m’attend

.

 

Older Posts »

Powered by WordPress