Les voyages immobiles… … de Martine Madelaine-Richard

13 mars 2016

Sauvée!

Filed under: animaux, insectes... — Étiquettes : , , , — Martine @ 6 h 19 min

Cela s’est passé il y a quinze jours. IMG_1676_v1

Mon mari m’appelle depuis la salle de bain. « Dis! Viens voir! Il y a une de tes copines ici! »

Intriguée, je le rejoins et découvre une petite chose noire et rousse recroquevillée, inerte. A l’aide d’un petit carton pub ( je me méfie toujours, on ne sait jamais si ça pique ou pas) je recueille l’insecte. Oh! il s’agit d’une  abeille sauvage: l’osmie bicolore.*

Sous l’effet de la manipulation, elle tend mollement une patte. Bon, elle n’est pas morte mais seulement à demi endormie par le froid.. Je la descends dans la salle de séjour et la dépose dans une flaque de soleil. Pas de réaction. Je me souviens alors d’un conseil lu sur le blog d’un blogueur passionnant, ICI.  Je décide d’offrir à boire un peu de miel dilué d’un soupçon d’eau à ma petite protégée. En fait, renseignement pris, la belle touffe blanche sur sa face indique que c’est un mâle. IMG_1678_v3IMG_1680_v2IMG_1684_v2IMG_1692_v2IMG_1696_v2

.

.

.

.

Mon mari se « pique » au jeu et participe à l’histoire. Il découpe le bord d’un bouchon pour que le bol ne soit pas trop profond.  Je guide mon osmie sur la margelle de son somptueux hanap, mais, pas de réaction. Alors, je caresse de mon doigt à peine humecté le bas de sa face. Par deux fois. Et, enfin, elle comprend. IMG_1697_v2

Elle allonge une langue d’une longueur! Fichtre! Penchée sur ma bestiole, en gros plan, cela m’a surprise. L’abeille a l’air d’apprécier le menu de la maison. Par trois fois elle revient au plat, entrecoupant par des pauses, comme pour laisser le temps à l’estomac de s’adapter à ce festin soudain.

Puis, repue, elle recule et se positionne sur le rebord. J’assiste alors à une grande séance de toilettage.   Une patte, puis l’autre, une aile également… C’est du sérieux. IMG_1710_v2

IMG_1706_v1

IMG_1708_v1.

.

.

.

.

.

.

Au bout d’un long moment,  la voici qui s’envole vers la fenêtre, vers la lumière. L’heure est venue de lui ouvrir en grand la porte-fenêtre vers la liberté, vers ce soleil qui entre-temps a réchauffé l’atmosphère. Monsieur Osmie peut filer retrouver ce drôle d’hiver printanier.

Le lendemain et les jours suivants, j’ai observé deux osmies butinant dans la haie. J’aime imaginer que l’une des deux est mon rescapé. Ma tendre moitié a réalisé un hôtel à osmies pour éviter à l’avenir qu’elles s’installent dans le trou d’évacuation d’eau de la fenêtre.IMG_1854_v1

MMR ( tous droits réservés)

*   l’osmie bicolore est un insecte du genre osmia, appartenant à l’ordre des Hyménoptères, famille des Megachilidae.  Il paraît qu’elle apprécie nicher dans les coquilles vides d’escargot; mais ne dédaigne pas les trous dans le bois si j’en juge par la mésaventure de ce petit mâle.

C’est une abeille de 9 à 10 mm d’un grand intérêt pour la pollinisation.

Plus de renseignements ICI , chez Wikipedia

Si l’Hôtel les attire, je vous en reparlerai.

Désolée: Commentaires fermés , car, le 51 ème effacerait  tous les précédents.

IMG_1817_v1

11 juin 2012

Ronde

Filed under: Poèmes — Étiquettes : , , , , , , , , — Martine @ 7 h 15 min

Ils se prennent par la main,

Forment une ronde

Ces mots diamants du jour,

Ces rimes dentelles fines.

Ils tournent enivrés

Dans le sens de l’histoire

Sur un parfum de miel,

Au rythme des vibrations

De leurs pas poudrés d’or…

.

MMR (tous droits réservés)

28 avril 2012

Entre deux giboulées!

Passez la souris sur les photos pour agrandir s’il vous plaît, merci.

Il fait un temps pourri. Mais le jardin resplendit de contentement. De l’eau! Encore de l’eau  clame-t-il vers le ciel!

Oui! Bon! Un peu ça va! Mais une pause de temps en temps, hein?

J’ai envie de dire pouce!

Du bleu ! DU BLEU! DU BLEU!

C’est ma rengaine, mon refrain chagrin du matin à la face du ciel.

Le 21 avril était si merveilleux. Une journée presque estivale.

Le genêt ( une variété non parfumée 🙁 ) brillait, luisait , capturait la lumière.Tout un petit monde s’y activait. « Vite! Vite! Pas une minute à perdre! » bourdonnait-il. Mouches, abeilles sauvages ou domestiques plongeaient au cœur des fleurs; se dégageaient poudrés d’or bruni; se hâtaient vers l’offrande affriolante suivante sans perdre une seconde.

Ce gros balourd de bourdon dédaigna ce matin-là les papillons dorés pour ceux rose fuchsia de l’arbre de Judée.  Il pressait, farfouillait du nez, passait  au délice suivant très concentré sur le but de sa quête. Quelle belle fourrure! L’envie me démangeait de la caresser. Je me contentais… sagement… de le chatouiller du regard. 🙂

Les bourdons se nourrissent de nectar et de pollen. Ils ont leur rôle à tenir dans la biodiversité. J’en ai observés couverts de pollen. Pareil pour les abeilles et les mouches. De temps en temps, ils se posent et font toilette.

Mais ce jour-là, tout le monde semblait pressé comme un citron. Midi, l’heure de pointe approchait. Une lève-tard? Ou bien une exploratrice venant de loin?  Sur le coussin rose pâle de la sarriette, une énorme mouche butinait sans façon toutes les lèvres offertes.  Tachina Fera, insecte diptère de la famille des Tachinidae. Marrante avec son gros popotin poilu. Mais une redoutable dont les larves parasitent et tuent les chenilles.

Ses cousines, aux robes aussi variées que celle de leur menu du jour, butinaient, se goinfraient du suc sur les énormes euphorbes.  Parfois ça se disputaient bien un peu. Mais la table étant bien fournie, on retournait très vite au festin.

Une belle galerie de portraits. Ce sera l’occasion d’un nouvel article.

 A l’ombre de l’arbre de Judée, deux ravissantes tulipes à fleur de lys s’épanouissaient .

Tendre duo ,

Frais tête à tête,

Un teint neige et cerise qu’aurait enviée la vilaine reine de Blanche Neige.

Si élégantes,

Si fines,

Si radieuses

Si….trompeuses

Entreprenant vainement de s’agripper au satin virginal, un drap mortuaire multipliait les tentatives pour échapper au piège de l’une d’elles.! Tapi, un regard menaçant le surveillait. Une thomise se fondait à la blancheur laiteuse de la liliacée. Estima-t-elle son cuir trop indigeste? Le veinard s’en tira  à bon compte  pour cette fois. Mais attention à la prochaine maladresse…

MMR t tous droits réservés)

27 janvier 2012

Une fleur hivernale

« A chacun sa fleur ». Comme chaque vendredi, un nouveau thème pour « le coucou du haïku » , ICI , communauté d’Alice et Mamylilou.

Puisque nous avons le choix et que… j’ai toujours du mal à choisir, alors, voici ce que le jardin m’offre en hiver

Chaque année, sous la protection bienveillante de la haie de cyprès, il revient…

.

Sol craquant de gel-

Un tout petit perce-neige

éclaire un jour gris

.

Le sud, parfois très rude, est en général bienveillant , surtout à l’abri d’un mur.. Cet automne, trop occupée, je n’ai pas eu le temps de courir les jardineries pour renouveler les bulbes. Je regrette surtout d’avoir oublié une beauté largement représentée dans les massifs de la commune.

.

Pensées à foison-

Danse au soleil hivernal

Drôles de papillons!

.

Dans mon brise-vent végétal, fleurit le laurier tin, l’arbousier mais aussi…

.

Romarin lavande-

Violence de la tramontane*

Riposte parfumée

.

Cet univers clos de murs bas, d’arbustes très aérés et de cyprès un peu indisciplinés, abrite quelques îlots joyeux tels que..  les violettes nichées entre de grosses pierres , leur fragrance comme un pied de nez à l’hiver… ou encore…

.

Entre deux blizzards-

Ribambelle de crocus

O bonheur du jour

.

Ramenés de mes vacances au Cap-Ferret, deux mimosas minuscules se sont bien accoutumé à leur nouveau gîte.  Depuis, le mois de février n’a plus le même visage. Pas besoin d’aller à Mandelieu-La Napoule pour « s’éclater » en jaune! 🙂

.

Au cœur de l’hiver-

Véhémence parfumée

Mimosas en fête

Promesses miel sur ciel bleu

L’abeille se croit au printemps

.

MMR ( tous droits réservés)

14 janvier 2012

J’aimerais que…

Filed under: Poèmes — Étiquettes : — Martine @ 20 h 52 min

J’aimerais…

Un peu plus de sucre

Pour diluer l’amer

De la folie du monde.

J’aimerais…

Un peu plus de lumière

Pour dissiper le froid

Des rues sans sourire .

J’aimerais…

Qu’un carré de soie neige

Caresse la terre

Pour effacer ses pleurs.

J’aimerais…

Que le miel parfumé

D’une armée de pétales

Englue toutes les guerres.

J’aimerais…

Que le soleil ranime

La poésie au cœur

Des portefeuilles despotes.

J’aimerais…

Qu’un grand éclat de rire

Unisse les couleurs

Des mains trop timorées.

.

MMR ( tous droits réservés)

24 mai 2011

Que d’or! Que d’or!

Filed under: entre ombre et lumière — Étiquettes : , , , , , , — Martine @ 3 h 38 min

Pour le thème « prospérité » de la communauté de Hauteclaire, ICI j’ai pensé à l’or.

L’or au chant silencieux des champs de tournesols .

Lourdes têtes étalant leurs collerettes dorées,

Réchauffant les paysages en pays Lauragais.

.

Vagues sous tramontane,

Ondulations safran,

Notes sirop de miel

A l’accent occitan,

L’été caresse l’or

Du pays de cocagne

.

Pays de cocagne: explications ICI, se situe entre Toulouse, Albi et Carcassonne dans le Languedoc.

MMR ( tous droits réservés)

Powered by WordPress