Les voyages immobiles… … de Martine Madelaine-Richard

3 mars 2010

Bienvenue

Filed under: Actualités,Méli-Mélo — Martine @ 18 h 01 min

Bienvenue sur mon blog.

Un petit univers où vous découvrirez mes souvenirs, des expériences techniques, un événement marquant, des peintures, poèmes et autres photos… Vous pourrez suivre mon actualité picturale ou littéraire. Je vous souhaite une bonne visite.

Cordialement Martine MADELAINE-RICHARD

RECUEIL de POÉSIE n°1:  TARENTELLE: ICI

RECUEIL De POÉSIE n° 2: ESCAPADES BLEUES… OR  escapades bleues_v1pour tout renseignement:  voir ICI

Recueil n° 3 composé de nouvelles: PAROLES DE JARDIN

voir ICI

………………………………………………………..

* La communauté d’ABC: Le nid des mots: ICI

 

* La communauté d’Adamante : L’herbier de poésie:  ICI

………………………………………………………..

Les commentaires sont fermés seulement dans Bienvenue, suite à beaucoup d’erreurs de mes visiteurs.

Pour commenter mes pages, descendez au bas de chaque article et cliquez sur « commentaire » svp, merci

4 septembre 2020

Un criquet mystifié

Filed under: animaux, insectes... — Étiquettes : , , , , , — Martine @ 20 h 50 min

Le jour s’efface face à la nuit serpentine et doucereuse. Que cache-t-elle entre les plis de ses voiles rose thé; de sa cape gris souris soutaché de ténèbres ? Les martinets excités offrent un spectacle prodigieux de figures inédites. A son coucher, Phébus, créateur inspiré, joue lui aussi  sur les joues rebondies des nuages.  Ses jets de peinture bronze, violine, orange le disputent au bleu nuit de la Brune*.  L’heure théâtrale émet une vibration sourde et insolite  que percent gaiement les voltigeurs ailés.

Tel un romain de haut rang, ( un comble pour un criquet égyptien) Criquet dîne, étalé de tout son long sur son canapé. Cette couche shiso** est moelleuse, délicieusement parfumée. Quelle succulence! Criquet prend son temps, déguste, flegmatique, détaché de tout ce qui se passe autour de lui. Pourtant, ce jeune orthoptère devrait être plus attentif. L’appétissante couleur pourpre de sa salade cristallise des reflets bleu électrique.  Son costume vert fluo, si pimpant, pétille soudainement d’étincelles dorées, fuchsia, turquoise. Quelle dérision pour un insecte de sa caste! Imaginez! Comment séduire une jolie demoiselle criquet déguisée de la sorte?

L’insecte est complètement déconcerté. Que lui arrive-t’il? Peut-être a-t’il trop  abusé de cette plante qu’il découvre pour la première fois. Ses senteurs de basilic, cannelle et mélisse lui auront troublé la vision. Criquet contemple étonné la feuille à peine grignotée entre ses griffes. Celle-ci  semble moins bizarre qu’il y a une minute. Plus rouge que bleue. Ses pattes aussi retrouvent leur belle teinte de gazon printanier.  Aaaah!  Quel soulagement! Criquet reprend gaillardement son repas interrompu par l’étrange et le mystérieux. A l’horizon, ravi de sa farce, Phébus plonge et disparaît dans la nuit de juillet.

.

MMR ( tous droits réservés)

*Brune: autre nom de la nuit

**shiso ou persil japonais: plus d’infos  ICI   ;  des recettes  ICI

30 août 2020

Bigarade soyeuse

Filed under: Océan et Bassin d'Arcachon — Étiquettes : , , , , , , — Martine @ 0 h 28 min

 

Crépuscule pailleté

De miettes soleil

Sa douceur capucine

Ondulant sur l’eau tiède.

Liqueur vespérale

Enivrant curaçao

Où le nageur d’un soir

Oublie ses nuages sombres.

Bigarade soyeuse

Plénitude aquatique

L’heure passe au tamis

D’une étamine miel.

.

MMR ( tous droits réservés)

23 août 2020

Les volubilis

Filed under: au Jardin: fleurs, arbres... — Étiquettes : , , , — Martine @ 1 h 20 min

Féminité dansante à la bouche gourmande

Liane lovant ses courbes au tronc du Temps galant

Ipomée agitée à tous les vents tournants

Tu trompettes un refrain sucré aux mots amènes

 

 

 

 

 

 

 

 

Fleur  varappant le jour en agitant ses vrilles

Sur l’été des moissons ton souffle joue et rit

Volubilis velours oublié de l’orage

Ton babil batifole sur un layon lumière

 

 

 

 

 

 

 

 

.

MMR ( tous droits réservés)

17 août 2020

Céleste

Filed under: Océan et Bassin d'Arcachon — Étiquettes : , , , , , , — Martine @ 16 h 45 min

Bleu! Bleu! Bleu!

Il conjugue l’azuré

A tous les temps du jour

Céleste joue avec lui

Un chaud collé/bronzé

 

Bleu! Bleu! Bleu!

Du hardi plumbago

Se mesurant au ciel

Céleste pique ses fleurs

A l’appât du corsage

 

Bleu! Bleu! Bleu!

Ronronne Océan

En frisottant des vagues

Céleste le rejoint

Nimbée de mille bulles

 

 

Bleu! Bleu! Bleu

Il tresse et tricote

Son rêve indigo

Céleste, fleur fragile

Boit toutes ses nuances

.

.

MMR ( tous droits réservés)

Merci pour tous vos commentaires que j’apprécie fort.  Cela fait tant plaisir!

9 août 2020

Derrière le portail

Filed under: Océan et Bassin d'Arcachon — Étiquettes : , , , , , , , , — Martine @ 5 h 03 min

 

 

Silence aigue-marine

Entre les dentelles

Cistes et tamaris.

 

Pas l’ombre d’un humain

Vampirisant le rêve

Ondulant et soyeux.

 

Aux franges herbes folles

Ciselées d’or brûlé

S’accroche l’éphémère.

 

Évanescence jade

L’esprit de la Nature

Reconquiert son royaume.

 

Oyat et hélichryse

Son doigt entrebâille

Un portail blanc écume.

 

Sérénité iodée

Gaïa boit cette paix

Du Temps bleu océan…

.

MMR ( tous droits réservés)

 

2 août 2020

Laurier rose et laurier tin

Filed under: au Jardin: fleurs, arbres...,Poèmes — Étiquettes : , , , , , , — Martine @ 4 h 10 min

 

Laurier rose et laurier tin

Tissent au gré de la brise

Un paravent changeant

Émeraude et neige poudrée.

 

La chanson du vent au levant

Ciselée d’ambre brasillant

Glisse ses notes flutées

Entre leurs doigts entremêlés.

 

Zestes citron et mandarine

Le Dieu-soleil au pied du jour

Travestit les deux compagnons

En sculptures d’or sirupeux.

.

MMR ( tous droits réservés)

12 juillet 2020

Esplas( suite)

Filed under: Promenades ici et ailleurs... — Étiquettes : , , , , , , — Martine @ 1 h 25 min

 

Lors du billet précédent je vous ai parlé du château d’Esplas   ICI

Voici à présent quelques vues du village.  Beaucoup de bâtiments sont construits avec le grès rouge typique de l’ Aveyron.

Une grande place, vide, déserte.  Pas de cris, de rires,  d’appels ou de saluts. Même pas un bruit de télévision. Ce village semble endormi. Tout est net, propre, joliment fleuri.  Une vraie carte postale.

 

Tiens! Un chien!  Il aboie  un peu, manière, comme on dit dans l’Aude.  J’ignore si cette expression est aussi employée en Aveyron. Le chien, trottine jusqu’à nous, renifle un peu. Puis,  finalement, nous réussissons l’examen de passage. Ce brave toutou esseulé quémande juste quelques caresses que nous lui accordons bien  volontiers.

 

 

 

 

 

Après avoir contourné le château, nous découvrons une toute petite bâtisse. Nulle fumée ne sort de sa superbe cheminée. Il est vrai que nous sommes en été. Pas un chat ne somnole sur son seuil brûlé de soleil. Par contre, trois pas plus loin, une énorme touffe de lavandes bruisse de vie.

 

Je vous montre l’autre pendant du paysage vallonné entourant Esplas. Des champs, des près, des bocages, quelques villages lointains et les forêts au vert si profond.

Après nous être rempli les yeux de pur bonheur champêtre, nous prenons un chemin herbeux et caillouteux  se coulant entre des murs pourpre.  Il longe de vastes maisons pittoresques à souhait. Que de sujets à peindre!

 

 

 

Le parfum des tilleuls

Flotte

Invisible et sucré

Sur la blondeur du Temps.

Fragile compagnon

Un papillon

Roux

Joue  à cloche-ailes

Entre ombres moussues

Et flaques soleilleuses.

Sur trois fils lumineux

Inconstants et bohèmes

Danse le quatuor mouches et moucherons..

Pris dans les rets de Ra

Chorégraphie simpliste

Ce yoyo zonzonne

Inconscient des secondes.

 

 

 

 

 

 

MMR ( tous droits réservés)

Merci pour toutes vos visites et vos commentaires que je découvre avec grand plaisir

 

28 juin 2020

Le château d’Esplas

Filed under: Promenades ici et ailleurs... — Étiquettes : , , — Martine @ 1 h 31 min

L’ardeur du jour brûle la peau.  Aussi, nous recherchons l’ombre bienfaisante de grands arbres. Au dessus de nos têtes, les chants d’oiseaux invisibles se répondent joyeusement. L’entrelacs des branches laisse deviner la blondeur sobre et imposante d’un bâtiment.

Tout en nous extasiant nous longeons le mur de la propriété et arrivons face à l’entrée. Un panonceau indique: Château d’Esplas- XIII ème et XIV ème siècles.  Il s’agit d’une forteresse féodale  qui a résisté au siège des anglais lors de la guerre de cent ans.  Qui a su traverser  les turbulences des guerres de religion.

Le portail brise net la curiosité, l’envie d’en découvrir plus.

Pas un chat. Pas un éclat de voix.  L’espace  appartient à la gente ailée.  Je lâche la bride à mon imagination.  Que cachent ces murs?  Une belle au bois dormant?

Le chant strident des cigales accompagne nos pas flâneurs

Nous voici face à une tour carrée. Un donjon de plus de 20 mètres dominant un ensemble architectural formé de quatre corps de logis fermés par des tours à chaque angle ( renseignements pris sur internet)

Nous continuons en suivant ce mur de pierres patinées peuplées de mousses, de fougères et autres plantes succulentes. Il s’agit d’un grès rouge, typique de l’Aveyron.

Au détour du vieux mur,  nous débouchons sur un paysage  qui nous arrache un cri d’admiration. Des forêts d’un vert profond  alternent avec des pâturages, des champs fauchés de frais.  Au bord du chemin une énorme touffe de lavandes étanche la soif d’abeilles et de plusieurs papillons.  Ceux-ci d’ailleurs jaillissent de partout. La nature ici semble préservée.

Tournant le dos à ce panorama bucolique, nous découvrons une vaste partie de ce castel si bien restauré et entretenu.  Le château d’Esplas est le gardien silencieux d’un tout petit village perché au sommet d’une colline.

Pour en savoir plus  sur la seigneurie d’Esplas, sur l’histoire du château : clic  ICI

Il s’agit d’une demeure privée.  Pas de visite.

MMR ( tous droits réservés)

Merci pour vos commentaires que je lis avec un immense plaisir.

21 juin 2020

Coquelicot

Filed under: Poèmes — Étiquettes : , — Martine @ 5 h 18 min

Chaleur coquelicot

A mon front, à mes joues,

Sous tes doigts murmurant

« Croque-moi… croque-moi…»

 

Velours coquelicot

De tes lèvres miel poivré

Dénichant ma faiblesse

Au secret de mon cou.

 

Fragile coquelicot,

Cascatelle pétales,

Trahit l’irraisonné,

Tourbillon fougue baisers.

 

Brûlure coquelicot,

Ombrelle ensoleillée,

L’été rouge passion

Embrasait notre amour.

 

MMR ( tous droits réservés) –  poème figurant dans mon recueil  Tarentelle

14 juin 2020

Une chimère

Filed under: Océan et Bassin d'Arcachon — Étiquettes : , , — Martine @ 1 h 27 min

Horizon perdu d’oubli
Ligne saphir troublante
Là-bas flotte l’esquif fragile
Vibrant son arc en ciel

Poisson mirage?
Oiseau lumière?
Jaillie de l’agate liquide
Une chimère s’irise au soleil

.

MMR ( tous droits réservés)

Older Posts »

Powered by WordPress