Les voyages immobiles… … de Martine Madelaine-Richard

18 novembre 2018

L’écureuil!

Filed under: animaux, insectes... — Étiquettes : , , , , — Martine @ 2 h 35 min

Le temps de dire « Oh! »

Le temps d’un sourire

Il se fige

A l’écoute

 

 

« Ne serait-ce pas une pigne, là-bas, luisante et aguichante en ses atours écailles? Ne cacherait-elle pas quelques trésors dorés sous ses jupons rugueux? »

Le temps de dire « oh! »

Le temps d’un soupir

L’écureuil

S’est tendu

 

 

« Ne serait-ce pas ici bas, ce reflet miroitant, l’oasis liquide oubliée de la nuit? Cet élixir nuage tombé après minuit sous le pin de mes jeux? »

Le temps de dire « oh! »

Le temps de cligner

Le rongeur

A sauté

 

« D’une pensée à l’autre,  je file sur le fil de mes envies soudaines. Ronger la pomme de pin, croquer le gland volé au  chêne séculaire, courser ce grand Roux  râleur et chapardeur de mes convoitises »

Le temps de dire « Oh! »

Le temps de …

Rien

Pfftttt!

Fini!

Il est parti!

MMR ( tous droits réservés)

1 mars 2015

La forêt enchantée

img_1805_v1Imaginez…

En septembre…

Sept heures moins le quart…

IMG_1092_v1

 

 

 

Pas un souffle de vent. La lune , d’un clin d’œil salut le jour qui vient en sourdine grignoter sa souveraineté. La pinède assoupie ne réagit qu’à peine à la fraîche haleine iodée du Bassin*.

IMG_0868_v1Là-haut, les aigrettes garzettes filent vers leurs pêches petits poissons et crustacés*.

A l’aurore, certaines font une pause déjeuner sur cette plage à l’orée des pins.

Instant parfait où pas un humain ne vient les déranger.

.

.IMG_1261_v1

Lentement,Phébus s’empare du ciel , cavale sur son orbe fléchant un or  flamboyant tout azimut. Cette lumière réconfortante et rassurante éveille les premières plumes.

.

Do ré  loin du sol

Quadruple croches sur la portée

Oiseaux au réveil

.

L’astre du jour impérial s’insinue entre les têtes des arbres, IMG_0827_v1 surprend quelques feuilles nues et rougissantes. Curieux et insistant, il promène son indiscrétion au plus profond de la forêt.

Sous l’ardeur de ses traits lumineux, les ombres s’amenuisent, se dissolvent, recherchent l’accueil d’une souche vermoulue…

.IMG_1339_v1

Le silence est d’or

Une feuille se pose

Tiens? Un papillon!*

.IMG_2093_v1

Un nuage  a profité de la nuit pour relâcher son trop plein de diamants éphémères.

Un, juste un seul

sur un fond nuit de chine

Nuage et pleur de lune

IMG_9401_v1

Ce sans-gêne en a surpris plus d’un. Sa fourrure détrempé, Bourdon, courageux, attaque sa journée. Mais vraiment, la farce n’est pas drôle.

.

Le bourdon bourdonne

Grogne et ronchonneP1040283_v1

Mais pas le champignon

Aux courbes girondes

.

P1040341_v1La clarté émoustille, chatouille, stimule tout le petit monde du sous bois.

Ça siffle, ça trille, ça roucoule dans tous les coins.

Du Bassin arrive le teuf-teuf poussif d’une pinasse.  Les mouettes haussent le ton et leurs rires giflent les ramures. Il en faut plus  pour troubler la course débridée du Sieur Écureuil…

.P1040353_v1

MMR( tous droits réservés)

Cliquez sur les photos pour agrandir svp, merci.

*Bassin d’Arcachon

*L’aigrette garzette se nourrit également de mollusques, insectes, vers, reptiles, petits oiseaux…

* Papillon migrateur: le vulcain

16 février 2014

Souvenir solaire ( haïbun)

Filed under: mini poèmes, Haïkus, tanka, haïbuns... — Étiquettes : , , , , , , , , — Martine @ 8 h 40 min

« Un souvenir » est le thème de février chez la communauté des « Passeurs de mots » d’Evajoe

Allez, suivez -moi ( enfin, c’est si vous voulez bien sûr 🙂 ). Quittons un moment toute cette grisaille hivernale, toute cette eau qui noie nos rêves…

Souvenir, souvenir IMG_8657_v1

C’est l’été dans les Hautes  Alpes . A flanc de montagne , un petit jardin un peu abandonné, un brin ensauvagé

Juin montagnard

Le jardin bourdonne et zonzonne

Pause chaise-longueIMG_8574_v1

Chaleur accablante. Chaleur délicieuse. Le ciel dilue son bleu d’un zeste laiteux.  Sous l’azur engourdi mes gestes ralentissent, mes paupières filtrent la violence lumineuse.

Sans complexe

les lézards  bronzent intégral

mais pas les escargots

Souvenir…souvenir…

Pas un matou. C’est l’heure de la siesteIMG_8668_v1. Bousculant le silence deux geais s’interpellent , s’insultent  d’un pin à l’autre.. Leur remue-ménage laisse indifférente une foule de petites vies. Mais pas l’écureuil roux. De son perchoir, un merisier  aux feuilles pantelantes, celui-ci les invective à son tour. On a pas idée de déranger le monde.  » quek! quek! quek! quek! Glapissements  en rafale.  Une vraie bordée d’insultes.

Théâtre estival-

Deux geais et un écureuil

à couteaux tirés

Puis l’algarade s’épuise,  IMG_8938_v1s’englue à la chaleur sirupeuse.  Assoupissements des minutes. L’heure ronronne comme une chat auprès de l’âtre. Du fond de la vallée un train siffle, épuisé à l’idée de partir…  L’or de Phébus ruisselle, s’insinue sous les feuilles, dans les interstices, chasse l’ombre lavande…

Effleurant ma peau

Qu’ils sont doux ces papillons

d’ombre et lumière

.

MMR ( tous droits réservés)

Cliquez sur les photos pour agrandir svp, merci

29 janvier 2013

Histoire sans parole

Filed under: entre ombre et lumière — Étiquettes : , , — Martine @ 9 h 13 min

Sur une idée de Joëlle, pour la communauté  « Entre ombre et lumière » , ICI , de Hauteclaire: histoire sans parole. Parfois, pas besoin d’une allocution  pour comprendre. Une interjection, un mot suffisent.

.

Comme Mr RouxP1040188_v2 , écureuil vivant dans une pinède près de l’océan. Il n’a pas apprécié du tout être  dérangé pendant son repas.

Son message est très clair

 » On peut manger en paix oui? »

.

 

ou encore

Inutile de palabrer dans certaines circonstances, Un mot, juste un seul et le message est clair!

MMR ( tous droits réservés)

IMG_5386_v1

 

 

 

 

 

 

19 octobre 2012

L’écureuil de la pinède

Filed under: mini poèmes, Haïkus, tanka, haïbuns... — Étiquettes : , , , , , — Martine @ 7 h 35 min

L’écureuil est au rendez-vous pour « Le coucou du haïku » , ICI , d’Alice et  Mamylilou.

Cliquez sur les photos pour agrandir, merci

.

.

Hold-up dans le bois-

Pris la patte dans le sac

Écureuil pillard.

.

Petit animal très sympathique, l’écureuil figure au rang de mes favoris des hôtes de ces bois. Leurs courses animent d’éclairs roux la pinède. Parfois ils m’offrent un véritable festival d’équilibristes…..

.

.

.

.

.

.

.

L’écorce des pins

Crépitant de flammes rousses

Derby écureuil

.

L’APN n’étant jamais bien loin, je suis ce critérium des cimes. Bien souvent, ces petits malins disparaissent au cœur des ombres parfumées.

.

.

A l’ombre complice-

Mime descente de lit

Écureuil roublard

.

.

Le meilleur moment pour tirer le portrait de ce feu follet est le repas.

.

.

.

.

.

Écureuil lassé-

Entracte pignons iodés

Carpe diem sylvestre

.

MMR ( tous droits réservés)

9 octobre 2012

Sous le signe de l’écureuil

Filed under: Océan et Bassin d'Arcachon — Étiquettes : , , , , — Martine @ 6 h 54 min

Cela fait bientôt deux ans que je discute par blog interposé avec Écureuil bleu: « Une bonne nouvelle par jour »:  ICI , J’aime ses billets qui touchent à tous les sujets avec humour, tendresse, parfois révolte, culture. Et puis… et puis… nous éprouvons le même grand amour pour le Bassin d’Arcachon.

Nous nous étions donné rendez-vous à 9h30, au pied du phare du Cap-Ferret pour la journée du Patrimoine.

ICI , vous pourrez découvrir son regard sur cette rencontre.

Cliquez sur les photos pour agrandir, merci.

C’est toujours un peu intimidant . Allions nous nous plaire? Et bien oui. Le courant est passé sans problème entre nous.

Le soleil jouait à cache-cache avec quelques nuages. L’air embaumait l’humus humide, l’iode, la résine. Par contre, nous découvrîmes que les grilles pour les visites n’ouvraient qu’à 10h00.Nous mîmes à profit cette demi-heure pour nous  balader aux environs.

Brigitte, mon mari et moi, savourâmes la tranquillité de cette matinée. Peu de promeneurs.

Un petit marin nous suivit d’un regard un peu moqueur. Peut-être nous avait-t-il prises pour des touristes japonaises en écoutant les clic! clac! de nos APN. 🙂  A droite, une de ces belles maisons de la presqu’île.Il y en a tant que cela fera le sujet d’un billet particulier.

un jour… prochain…

L’argent du Bassin ,

Le Moulleau en face*,

La Dune du Pyla se pelotonnant sous un gros édredon lumineux. Nous nous régalions à questionner et écouter les explications de notre guide.

Vers 10h00, nous revîmes au phare.  La SNSM ( Les Sauveteurs en Mer) avait annoncé l’ouverture d’un stand à côté du phare. Nous étions curieuses de découvrir leurs produits d’excellente qualité. Comme ils n’étaient pas prêts, nous observâmes la pinède autour de nous. Un blockhaus avait  été mis à jour. Des renseignements ICI .  Soudain un monsieur s’exclama: « Des écureuils! des écureuils! »

. »Où ça? »

« Où ça? »

Nos deux cris,

en écho,

jaillirent,

excités.

Ces lutins farceurs ne tenaient pas en place. Agiles, lestes et déroutants, les petites boules de poils nous offrirent un spectacle merveilleux.  Deux, quatre, six…. Ils filaient à droite, zouuu à gauche, en haut, en bas. Parfois, marquaient une pause. Chic! « Un sourire s’il vous plaît! » Mais pas le temps de zoomer sur leur mignonne t’tite bouille. Ils étaient déjà à l’autre bout sautant sur l’arbre suivant. La chasse à l’image? Su-per! 🙂  Un petit groupe derrière nous s’était formé. Qui était le plus distrayant? Les écureuils? Nous, ne saisissant que des queues ou le vent de leurs courses folles?

Un moment fort en partage. Quel beau souvenir placé sous le signe de l’amitié et… des écureuils! 🙂

* Le Moulleau: un quartier d’Arcachon

18 novembre 2011

A l’écoute des sons

Suite du thème de vendredi dernier pour  » le coucou du haïku », ici, de Alice et mamylilou.

D’un sentier à l’autre ou à l’écoute des sons…

.

Lenteur lumineuse-

Moelleux tapis feuilles mortes

Deux pigeons roucoulent

Sur le calme de l’automne

Remous et froissements d’ailes

.

D’un sentier à l’autre, souvenez-vous,  j’étais en haut de la dune, après une belle grimpette, à admirer l’océan…

.

.

Sentier dans les dunes-

Le vent froisse les oyats

Bruissement soyeux

.

.

La montée avait été plus longue que prévue. Craignant que mon cher et tendre ne s’inquiète, je décide de rebrousser chemin après un petit coucou à l’océan.

.

.

.

.

.

.

.

Piste sable blond-

Les grains roulent sous mes pas

Froissis* satinés

La mouette ignore l’automne

Son rire emplit le ciel

.

Le retour est d’une facilité qui m’encourage aux pauses: pour écouter, deviner où se cache le mystérieux, le facétieux  qui me nargue depuis quelques mètres. Cri-cri-cri lorsque je marche , cessant à mon approche… Soudain je l’aperçois petite chose bruyante. Longues antennes? Ce doit être une sauterelle se croyant encore en été! A-t-il attiré l’oiseau?

.

Au soleil dunaire-

Boule de plumes sur son perchoir

Trille perce-lumière

.

Me voici de nouveau sous le couvert des frondaisons bleu-nuit des pins maritimes. Leurs aiguilles se mêlent au sable, leurs graines aussi.  Manne tombée du ciel grâce à l’étourderie ou la maladresse d’un éclair roux.

.

Roi en son royaume-

L’écureuil couleur d’automne

Griffe le silence

.

MMR ( tous droits réservés)

* Froissis: bruits de choses froissées

Powered by WordPress