Les voyages immobiles… … de Martine Madelaine-Richard

14 décembre 2014

Rouge au fil des saisons!

img_8459_v1Cliquez sur les photos pour agrandir svp, merci

Cerise , l’aurore

Carmin , le couchant

Lune dans l’un

L’eau dans l’autre

Sous entrelacs rougeoyants

Le Temps joue à cloche-pied

D’une soierie  à l’autre . IMG_3708_v1

Anémone, fard aux joues

Marivaude

Bat des étamines au premier bourdon

Tulipe

Pas en resteIMG_6130_v1

Flirte avec Phébus

Entre-ouvre son corset

Papillonne pétales

Crépite du satin .

« Belles! Oh mes belles!IMG_3545_v1

En vos atours surah*

Que vous êtes charmantes!

Comment résister

A l’appel de vos feux? »

Se dit criocère* affûtant mandibules .IMG_4970_v1

« En mai, fais ce qu’il te plaît »

Pivoine fait sienne la maxime

Froufroutant,  bouillonnant

Crinoline et dentelles .

IMG_7930_v1Au carré des douceurs

Fraise , collerette envolée

Perd taille de guêpe

Thésaurisant sucré ,

Vitamine son teint .

IMG_5564_v1Œillet

Ébouriffe ses crêtes

Mime un cocorico

Étourdissant juin

De tout son capiteux .

IMG_5868_v1Gaillarde

Sans épice

Pour contrer le gêneur ,

En appelle à ses sœurs

Lutines et purpurines

Les voici affolant cette fin de printemps .IMG_5714_v1

Coquelicot, mesdames,

Se gausse du raffut.

Voyez comme il  étale

Son velours débonnaire

Pour fraîche sauterelle .IMG_2852_v1

Été… automne…

Le mufle hivernal

Souffle et enchevêtre

Maints diamants fugaces

Aux rubis grenadine

Du tendre pittosporum.

.

MMR ( tous droits réservés)

* surah: soie

* criocère du lys: coléoptère  d’origine asiatique, ravageur redoutable des lys , ne dédaignant pas  à l’occasion  les fritillaires.

2 mars 2014

Pourtant Printemps fleurit…

Filed under: au Jardin: fleurs, arbres... — Étiquettes : , , , , , , , , , — Martine @ 8 h 33 min

IMG_4032_v1Appétence parfum

En contemplant l’azur en panne de sourires

Pourtant Printemps  fleurit entre deux ronds de bosse veloutés mousse fraîche

Une mouche ahurie par trop de somnolence erre de-ci  de- là

Hésite

Tâtonne

Puis se décide enfin à boire l’or d’un crocus IMG_5113_v1

La nuit a laissé choir l’ennui couleur grésil

Vivement que soleil réchauffe son éther

Anémone se joue des humeurs du temps

Entrouvrant son corset, elle ramage l’amour constellé de pollen

Timide

Entre deux giboulées

Rosissant d’émotionIMG_5529_v1

Courbant un peu la tête

Sédum s’enhardit à lâcher tous ses feux.

Indifférent au charme du prunier virginal

Merle, noir de fureur,

Sautille

Bat de ailes

Invective l’intrus, le couvre d’opprobre . Pr-105_v1

Il neige, sous sa hargne, la douceur colombine

Maints  pétales froissés au bouillant de ses cris.

Mésange ou fauvette, qu’importe la coupable,

Sourde à ses menaces, mâchouille un vermisseau

La bévue moucheron  enivrée au nectar.

Appétence parfum

En contemplant l’azur en panne de sourires

.

MMR ( tous droits réservés)

21 avril 2013

Tchin pour ombre, tchin pour lumière

Pour la communauté  « Entre ombre et lumière » , ICI , de Hauteclaire, mardi, le thème de ce nouveau rendez-vous a été proposé par Patricia.

L’ombre de tous les mystères met en relief la belle lumière où la vie bruisse et sourit…

Tchin la lumièreIMG_5707_v1

Sous le souffle brûlant de Phébus,

Coquet et séducteur,

Le viburnum  entrebâille, timide, certains  cœurs rose thé.

Puis, rassuré par la constance solaire, libère ses fragrances capiteuses, ensorcelantes…

Tchin l’ombre IMG_6355_v1

Calendula méfiant, reste dubitatif face à cette débauche lumineuse

Précautionneux,

Il  avance un à peu-près satiné.

L’or caresse l’or,

Se reconnaît quelques parentèles,

Scintille entre chaque rayon quémandeur   de tendresse.

Tchin pour lumièreIMG_6286_v1

Portons un toast  au messager du printemps,

Délicat en ses atours citron,

Le papillon* sirote encore et encore le nectar azuré de mille étoiles diurnes

Il flotte sur le Temps une grâce satinée,

Un goût de « reviens-y »,

Le désir de gommer la hargne hivernale

Tchin pour l’ombre IMG_6322_v1

Jouant à colin-maillard  avec la lampe astrale,

Tulipe, mimant le lys,

Dévoile son ardeur,

Sa fringale amoureuse,

Affriolant cache-cache au secret du laurier.

Tchin  pour lumièreIMG_5621_v1

Muscari couche moelleuse,

Divan poétique au premier jour touffeur

Sur lequel bébé sauterelle palpe l’indescriptible,

Une trace puceron,

La soie d’une fleur,

Il trinque sans façon à la soif de l’été…

.

MMR ( tous droits réservés)

* Papillon citron de Provence: Gonepteryx  cleopatra. Famille des Pieridae, sous-famille des coliadinae.( ici, un mâle. La femelle est beaucoup plus pâle.)

 

14 avril 2013

Bleu et or

Filed under: au Jardin: fleurs, arbres... — Étiquettes : , , , , , , , , , , , — Martine @ 6 h 44 min

Cliquez  svp sur les photos pour agrandir, merci.

Le soleil nous fait risette deux ou trois heures. Puis nous boude pendant deux,trois jours. Ma collection de nuages, d’effets orageux, grossit presque chaque jour. Mais, justement, vous ne verrez ces clichés que si la canicule nous guette, histoire de vous rafraîchir! :).

Alors, régalez-vous IMG_5574_v1(comme promis Mansfield) voici un peu de lumière.

Tout l’or du soleil

Réfugié,

Capturé,

Absorbé

Au cœur de mille étoiles;

Celles du forsythia,

Celles aussi qu’il fait naître dans les regards avidesIMG_5578_v1, affamés de chaleur.

On se réjouit,

On applaudit,

On salue bien bas Phébus si miséricordieux.

Jacinthe en frémit des clochettes,

Fredonnant  l’hymne azuré du papillon fantasqueIMG_5529_v1.

Le petit monde du jardin  renaît,

Pointe les antennes,

Agite mandibules,

Déploie ailes et élytres

Le Sieur escargot rentre dans sa coquille. Mais qu’à cela ne tienne, cette nuit il se rattrapera. Car la manne céleste a été prodigue. Les iris vont hausser le col pour tenter de placer hors de portée leurs gros boutons corsetés velours amande. IMG_6022_v1

L’iris nain, délicate porcelaine bleu glacier tente bien de se camoufler sous la renaissance hésitante du mimosa.

Chair appétissante, avenante, que lorgne une armada de minuscules colimaçons.

L’invasion baveuse, figée net dans son élan, est là sous les feuilles, au revers d’un pétale, à l’ombre d’une pierre… Ma traque commence…

Ces indésirables iront promener leur voracité sur l’espace communal…

IMG_5939_v1

Un ou deux papillons blancs quittent leur lit douillet et partent découvrir le monde…

Abeilles et bourdons s’affairent indifférents aux autres habitants du jardin.

Les  grosses mouches se gobergent du nectar des euphorbes.

Parfois une princesse en taffetas noir et satin bleu de Delph s’octroie une sieste sur l’or dune tulipe pivoine.

Au pied de celle-ci, vif éclair surpris, un lézard  laisse sa place à un autre. La vie renaît dans les massifs.

La tramontane  ébouriffe un peu tout le monde.IMG_5873_v1 On ne lui en veut pas . Car ce matin, elle est toute de tiédeur parfumée.

Ce matin,IMG_6148_v1

enfin,

le Printemps sourit…

MMR ( tous droits réservés)

29 mai 2012

Mai a fait ce qu’il lui a plu

Filed under: animaux, insectes... — Étiquettes : , , , , , , , — Martine @ 7 h 28 min

Dernier tour de piste pour ce mois de Mai assez décevant. Il essaie de rattraper le coup avant de céder la place à Juin.

Dorénavant lorsque je vais étendre ma lessive, l’appareil photo est ma poche. Bien m’en pris. Jugez plutôt.

Un mouvement  léger et doré  vint se poser sur la pelouse. Puis, presque aussitôt s’envola vers les valérianes. Un « Belle dame ». Contrairement à son copain d’il y a quelques jours, celui-ci avait les ailes en bon état. Il se régala de suc et se laissa photographier avec complaisance. J’ignore ce qui me fit lever les yeux vers le mur. Une tache sombre, étroite et verticale, frémissait sur le crépi. Une feuille? Une herbe sèche? ou une bestiole? Lentement, le plus lentement possible, Martine la sioux du sud français,  s’approcha en mesurant ses gestes, en retenant sa respiration. Clic! Clac! C’était étrange. J’allongeai les bras, les déportant vers ma gauche afin de saisir un profil.  Mais la chose bougea et… ouvrit des ailes. Oh la beauté! Un autre papillon. Il se fit plume et plana doucement vers d’autres têtes sucrées.

Don ensoleillé-

Aussi léger qu’un pétale

papillon surprise

.

Il me semblait bien que c’était la première fois que ce petit visiteur m’honorait de sa présence. Plus tard, je recherchai le nom de ce gentil voyageur. Dites-moi si je suis dans l’erreur mais il s’agit peut-être de  Aglais Urticae ( « Petite tortue »)

Au perron du jour-

Parmi les fleurs une énigme

Vole de cœurs en cœurs

.

Allons! Mai termine en beauté en me comblant de trésors surprenants…

MMR ( tous droits réservés)

25 mai 2012

En mai, fais ce qu’il te plaît ( bis de bis)

« En mai, fais ce qu’il te plaît » pour le rendez-vous du « Coucou du haïku », ICI , de Alice et Mamylilou.

Après la pluie vient le soleil et… la grosse chaleur .

.

.

Parasol diaphane-

Cacher sa peau délicate

Averse hélianthe

.

.

Sous les rayons dorés le jardin s’épanouit, resplendit. Un autre monde. Enfin, mai nous sourit!

.

Lumière dansante-

Petits cœurs d’œillets à prendre

Aïe! Une araignée!

.

.

 

Pour une fois, j’ai photographié le jardin depuis la rue. En mai, je fais ce qu’il me plaît, pas vrai? 🙂

.

Dix heures au clocher-

Coquelicots farandole

Zéphyr s’abstenir

.

MMR ( tous droits réservés)

 

 

 

13 avril 2012

Floraison des cerisiers 2

Filed under: mini poèmes, Haïkus, tanka, haïbuns... — Étiquettes : , , , , , — Martine @ 11 h 36 min

Même thème que vendredi dernier pour le  » Coucou du haïk.u » ICI de Alice et Mamylilou

.

Soleil montagnard-

Il a neigé comme un fou

sous les cerisiers

.

MMR ( tous droits réservés)

6 avril 2012

Floraison des cerisiers

Filed under: mini poèmes, Haïkus, tanka, haïbuns... — Étiquettes : , , , , , , , , — Martine @ 3 h 55 min

Rendez-vous avec le « Coucou du haïku » de Alice et Mamylilou avec pour thème: la floraison des cerisiers »

.

Cerisier lumière-

Au cœur de sa chantilly

Danse des abeilles

.

Un vent de pétales-

Confettis sur la mariée

Sa bouche cerise

.

MMR ( tous droits réservés)

 

15 juin 2011

Les artistiques de Banat- 1 ère partie

Filed under: Expositions — Étiquettes : , , , , , , — Martine @ 9 h 03 min

. Partis très tôt de la maison samedi matin, nous avons découvert Banat un peu avant neuf heures. C’est un très petit village pyrénéen ( 120 habitants), près de Tarascon sur Ariège.

La fraîcheur des dernières pluies nous fit un peu frissonner.  Que c’était calme, paisible et… si vert!

Tout en nous imprégnant de cette atmosphère sereine, je téléphonai à la présidente de la manifestation, Roselyne, car nous étions un peu désorientés.  Sa voix souriante nous apprit que nous étions à deux pas de notre espace.

Une trentaine d’artistes étaient répartis un partout dans les remises, granges, tentes, à l’école, à l’église…

Quant à moi, je partageais un vaste chapiteau avec quatre autres exposants. Après quelques tâtonnements chacun trouva sa place. Un conseil par-ci, un p’tit coup de main par-là, l’ambiance était très cordiale. J’avais décidé de montrer des huiles. Un imprévu  me fît changer mes plans. Ce fût donc uniquement des pastels secs sur le thème de la fleur. Les différents formats des encadrements  compliquèrent légèrement l’accrochage. A la guerre comme à la guerre; il faut s’adapter et faire du mieux possible.

Nous étions installés dans le jardin de Roselyne avec d’autres participants. L’un devant sa véranda, d’autres sous des tentes ou à l’air libre. Les sculptures de   Roselyne sortaient de sa galerie pour animer les pelouses et les massifs.

Après m’avoir  grandement aidée, mon Cher et Tendre reprit le chemin de la maison me confiant aux mains charmantes de notre hôtesse. Celle-ci, tout en répondant au téléphone, résolvant le problème d’un requérant, me conduisit à ma chambre, chez l’habitant. Des gens adorables dont je fis la connaissance plus tard. Le lit fait, mes affaires posées, je ressortis et partis à la découverte de quelques « confrères ». Face à l’entrée de mes hébergeurs, un passage  menait à une remise occupée par plusieurs artistes espagnols. Un des leurs exposait aussi dans la cour de mes logeurs des œuvres figuratives intéressantes ainsi que des techniques mixtes remarquables.

Les aiguilles de la montre tournant, il était temps de retourner auprès de mon stand. La porte grande ouverte de la petite église m’attira comme un aimant. Une affichette, à l’entrée annonçait la couleur. J’eus l’agréable surprise  de découvrir le nom d’un copain  audois.

En compagnie d’un autre aquarelliste, Robert était associé à un graveur anglais fort talentueux, ICI, . Aux repas, sa femme et lui, me régalèrent de leur bonne humeur , de leur humour, de leur appétit d’apprendre notre langue, nos goûts et nos coutumes . Je revins plus tard, découvrir en détail les œuvres de ces trois créateurs.

Tout en suivant des yeux les gaies arabesques des hirondelles et martinets, en respirant une rose posée sur un mur moussu, m’émerveillant face à une entrée digne d’un conte de fée, je m’acheminai doucement vers mon lieu d’exposition…

MMR ( tous droits réservés)

4 juin 2011

Drapé rose

Filed under: mes oeuvres,Poèmes — Étiquettes : , , , , , — Martine @ 22 h 13 min

Abstrait ou figuratif?

Certains aiment une œuvre qui « ressemble » à quelque chose : fleur, fruit, portrait, paysage. Ils admirent la prouesse technique à « copier » la réalité. Il est vrai que c’est un sacré challenge pour l’artiste. Pendant des années je me régalais, m’efforçais d’approcher cette réalité dans un style  impressionniste. Et puis, on évolue .

En me rapprochant de mon sujet favori, les fleurs, j’ai découvert un nouveau monde, de nouveaux sujets . C’était motivant et excitant.

Depuis est née une série sur les pétales dont fait parti le tableau à droite:

Pastel sec- environ 20×90

C’est un morceau de pivoine blanche. Mais, chacun peut y trouver quelque chose d’autre qu’une fleur.

Il siffle l’oiseau, il siffle la mélodie  troublante du bois émeraude.

Plumes aurore fragile,

Regard eau dormante,

Le soliste compose

Un hymne à l’amour.

Galopade  étouffée

Sur neige rose thé,

Le renne tend l’oreille,

Renifle le sauvage,

La  hardiesse têtue

De renard en maraude.

Il flaire l’imprévu,

La seconde trahie,

Déchirure lichen

A l’orée du futur.

Fringant, caracolant,

Piétinant sans vergogne

L’anis étoilé,

La piste menthe fraîche

Où se roule lapin,

Où guette belette,

Un cheval insouciant

Domine son présent.

Il exhale l’audace,

Le parfum des batailles,

L’ivresse des tournois

Où son maître triomphe.

Chevalier solitaire,

Cœur pureté diamant,

Va, de lune en soleil,

D’océans en déserts,

De cabanes en châteaux,

Poursuivant sa quête:

Hymen ferveur dorée…

MMR ( tous droits réservés)

Et vous? Qu’y voyez-vous?

Older Posts »

Powered by WordPress