Les voyages immobiles… … de Martine Madelaine-Richard

24 avril 2016

Au jardin

Filed under: au Jardin: fleurs, arbres... — Étiquettes : , , , , , , — Martine @ 6 h 30 min

Le week-end dernier a été très riche en découvertes, d’où ma petite pause. Je vous en parlerai une autre fois.

Le jardin, lui n’est pas en pause du tout. Tout continue de pousser  à la vitesse grand V!

Là-hautIMG_3524_v1

Vigie chatouillant le ciel de ses trillesIMG_3506_v1

Monsieur rouge-queue surveille son domaine.

En douce,

Sans bruit

Rasant le sol

Se pose un tircis*

.IMG_3518_v1IMG_3544_v1

Ailes froissées

Jupon déchiré,

Les tulipes rivalisent de hardiesse

D’imagination

Pour attirer

Capturer les cœurs éperdus de mille vies satin et veloursIMG_3150_v1

IMG_3519_v1Sans souci

Sur son coussin calendula

Une punaise

Sûre de son parfum repoussoir

Le nez dans son hanap

Ignore la danger ailé.

.

A bras ouverts

crochets cachésIMG_2600_v1IMG_3158_v1

Dame araignée**

Trompe le temps en prenant le soleil.

Tandis qu’un tipule*** bat la mesure

Tap!tap!tap!

Slam en sourdine

Une comptine

Pour sa Divine.IMG_3528_v1

 

 

 

Or ondoyant

Au gré du vent

Coronille

Impose sa prose

Mots volatils

Poivre et vanille

Qui composent

En virtuose

L’hymne à la vie…

 

 

MMR (tous droits réservés)

* Si je fais erreur, n’hésitez pas à me le signaler, merci.

Lépidoptère: papillon     Pararge aegeria  , nom vernaculaire: le Tircis , famille des nymphalidae

** araignée crabe napoléon, minuscule, peut-être un mâle?

*** Diptère: tipule: nommé également « cousin ». Suceur  et non piqueur.

Merci pour tous vos commentaires, vos réactions, vos partages  que je lis avec un immense plaisir.

😉

24 janvier 2016

La feuille

Filed under: animaux, insectes...,Poèmes — Étiquettes : , , , , , , , , , , , — Martine @ 8 h 23 min

Cuir boucané aux brûlures d’août IMG_0693_v1

Son velours passé

Au presse-fruit des jours

La feuille

Nimbée soleil et bruine

Se souvient-elle

De l’été?IMG_1797_v1

Ces matins

La tourterelle

Quémande au jour

Un peu d’amour

En lissant le satin de sa gorgerette?

Caduc émeraude

Bat-elle le rappel

Au décharné de sa pulpeIMG_1116_v1IMG_0891_v1

De ces instants

Blonds et vert pomme

Rampant

Sautant

D’une seconde à l’autreIMG_2045_v1

Indifférents à l’humeur du Monde?

La feuilleIMG_2134_v1IMG_2189_v1

A-t-elle mémorisé

Un à un

L’impromptu Badiane

L’hésitation tilleul

Posées au revers

D’une fuite subite?

Feuillet racorni

Déposé par le ventIMG_5015_v1

Revoit-elle l’araignéeIMG_5647_v1IMG_5232_v1

Son attente goulue

Crochets en guet-apens

Parée comme princesse

Pour une danse

Valse macabre

Au bal des vampires?IMG_8667_v1

Fibre détachéeIMG_8080_v1IMG_7121_v1

De l’arbre amnésique

Évoque-t-elle parfois

A l’engourdi de sa dissertation

La douceur paresseuse

Or et anis

Marient le savoureux

D’une eurythmie

Entre parenthèses?

.

MMR ( tous droits réservés)

Mes héros  photographiées en l’année 2015. Je n’ai pas eu le temps de tous les identifier…

1: Peut-être une chenille géomètre?

2: la chenille cornue du pacha à deux queues- Charax jasius

3-:  crapaud ou grenouille? Il était très petit. C’est la première fois que j’en vois un dans mon jardin. Il s’agit de bufo-bufo, le crapaud commun de nos jardins. excellent ami du jardinier car il le débarrasse des limaces, araignées, fourmis, cloportes, chenilles, altises, escargots… merci à FMarmotte5 pour son aide. : http://le-blog-de-pierre-fassbind.over-blog.com/

4 et 5: des coléoptères je pense. Mais lesquels?

6: araignée, assez commune dans mon jardin.

7 et 8: araignée thomise. Dite crabe à cause de la position de ses pattes en attente.

9: punaises sur tournesol

10: Criquet

11: guêpe

Merci pour tous vos charmants commentaires, vos  poèmes et vos réflexions si intéressantes.  Ce blog vit grâce à eux.

😉

3 août 2014

D’or et de soleil

Filed under: au Jardin: fleurs, arbres... — Étiquettes : , , , , , , — Martine @ 6 h 35 min

Lumière enchanteresse IMG_6144_v1 bourdonnant de  vie

Chatoiement vaporeux au revers de mes rêves

L’été  pare les heures d’ondes séraphiques…

Voltes et virevoltes

Escadrilles volubiles

Maints martinets poinçonnent le ciel de IMG_6444_v1

leurs aigus…

Soleil brique brûlée laqué or ruisselant

Fragrances chocolatées  affriolant l’abeille

Les tournesols

Lentes girouettes

Entre deux tramontanes*

Bronzent languissamment.

Au pied de ces géantsIMG_6435_v1

Passive chorégraphie

Le quadrille tagètes, enrubanné Espagne

Danse « la Girandole »**

En haussant collerettes…

Phébus!

O Phébus

Dieu de vie et de mortIMG_6204_v1

Ton aura ensorcelle

Embobine et endort

L’avette*** besogneuse

L’offre sans état d’âme

Aux crocs araignée-crabe.

Né sous une bonne étoile

Hyménoptère chanceuxIMG_6171_v1

Osmie cornue ¤  butine

Sirote,vendange

Le nectar d’un trèfle

Ou celui d’un poireau…

Le monde du jardin  brode et surbrode , à chaque minute, chaque seconde, une tapisserie, un conte noir et feu que j’ai capté pour vous en ce beau dimanche.

MMR ( tous droits réservés)

Cliquez sur les photos pour agrandir svp, merci.

* tramontane: en Languedoc, vent du nord, nord-ouest.

** la Girandole: Ah çà! C’est une danse que seules les fleurs connaissent. 🙂

*** avette: nom régional pour l’abeille. Giono l’a employé dans « Colline »

¤ osmie cornue: abeille sauvage, très utile comme toutes ses cousines

Blog en semi-pause

19 août 2013

L’été bat son plein

Filed under: au Jardin: fleurs, arbres... — Étiquettes : , , , , , , — Martine @ 6 h 18 min

IMG_0108_v1

Cliquez sur les photos pour agrandir svp, merci

.

Au jardin assoiffé résistent quelques sourires….

Sa fraise renaissance

Ignorant Tramontane,

Zinnia  charme à tout va

Trompes et élytres

IMG_9977_v1.

Mimant l’or flamboyant

Sur son coussin bouclettes,

Thomise*, à bras ouverts,

Attend le nomadisme

Zonzonnant sa famine…

.

MMR ( tous droits réservés)

* thomise: thomisus onustus ou araignée-crabe. Une pro du camouflage

28 avril 2012

Entre deux giboulées!

Passez la souris sur les photos pour agrandir s’il vous plaît, merci.

Il fait un temps pourri. Mais le jardin resplendit de contentement. De l’eau! Encore de l’eau  clame-t-il vers le ciel!

Oui! Bon! Un peu ça va! Mais une pause de temps en temps, hein?

J’ai envie de dire pouce!

Du bleu ! DU BLEU! DU BLEU!

C’est ma rengaine, mon refrain chagrin du matin à la face du ciel.

Le 21 avril était si merveilleux. Une journée presque estivale.

Le genêt ( une variété non parfumée 🙁 ) brillait, luisait , capturait la lumière.Tout un petit monde s’y activait. « Vite! Vite! Pas une minute à perdre! » bourdonnait-il. Mouches, abeilles sauvages ou domestiques plongeaient au cœur des fleurs; se dégageaient poudrés d’or bruni; se hâtaient vers l’offrande affriolante suivante sans perdre une seconde.

Ce gros balourd de bourdon dédaigna ce matin-là les papillons dorés pour ceux rose fuchsia de l’arbre de Judée.  Il pressait, farfouillait du nez, passait  au délice suivant très concentré sur le but de sa quête. Quelle belle fourrure! L’envie me démangeait de la caresser. Je me contentais… sagement… de le chatouiller du regard. 🙂

Les bourdons se nourrissent de nectar et de pollen. Ils ont leur rôle à tenir dans la biodiversité. J’en ai observés couverts de pollen. Pareil pour les abeilles et les mouches. De temps en temps, ils se posent et font toilette.

Mais ce jour-là, tout le monde semblait pressé comme un citron. Midi, l’heure de pointe approchait. Une lève-tard? Ou bien une exploratrice venant de loin?  Sur le coussin rose pâle de la sarriette, une énorme mouche butinait sans façon toutes les lèvres offertes.  Tachina Fera, insecte diptère de la famille des Tachinidae. Marrante avec son gros popotin poilu. Mais une redoutable dont les larves parasitent et tuent les chenilles.

Ses cousines, aux robes aussi variées que celle de leur menu du jour, butinaient, se goinfraient du suc sur les énormes euphorbes.  Parfois ça se disputaient bien un peu. Mais la table étant bien fournie, on retournait très vite au festin.

Une belle galerie de portraits. Ce sera l’occasion d’un nouvel article.

 A l’ombre de l’arbre de Judée, deux ravissantes tulipes à fleur de lys s’épanouissaient .

Tendre duo ,

Frais tête à tête,

Un teint neige et cerise qu’aurait enviée la vilaine reine de Blanche Neige.

Si élégantes,

Si fines,

Si radieuses

Si….trompeuses

Entreprenant vainement de s’agripper au satin virginal, un drap mortuaire multipliait les tentatives pour échapper au piège de l’une d’elles.! Tapi, un regard menaçant le surveillait. Une thomise se fondait à la blancheur laiteuse de la liliacée. Estima-t-elle son cuir trop indigeste? Le veinard s’en tira  à bon compte  pour cette fois. Mais attention à la prochaine maladresse…

MMR t tous droits réservés)

18 octobre 2011

Monochrome

Filed under: entre ombre et lumière — Étiquettes : , , , , , , , — Martine @ 8 h 04 min

Le nouveau thème pour la communauté  « Entre ombre et lumière » de Hauteclaire, ici,  est , sur une idée de kri,  monochrome.

Cela m’a fait tout de suite penser au mimétisme de certains insectes tels que le criquet et l’araignée-crabe ( thomise)

.

.

A l’ombre dahlia-

Chlorophylle pour joli teint

Maxime criquet

.

.

.

.

.

Balise silène-

Tendre cœur à butiner

Trésor ou embûche?

.

MMR ( tous droits réservés)

11 mai 2011

Champ d’orchidées

Nous voici bientôt à la mi-mai, mon champ d’orchidées arrive au summum de son épanouissement.

Dans la lumière du soleil levant, les teintes brillent, se détachent avec une netteté parfaite.

Trois sortes d’indigènes cohabitent gentiment sur zone, face au talus à la floraison plus conventionnelle.

Anacamptis pyramidalis

D’un rose très foncé, proche du fuchsia, presque blanc au cœur des petites fleurs. C’est la teinte dominante chez cette variété. Parfois, une timide, beaucoup plus pâle, apparaît. D’un seul spécimen il y a quatre ans, aujourd’hui leur nombre va croissant. Ce qui me réjouit. Je n’ai pas compté les pieds de tout ce joli petit monde.  Ces nombreux boutons offrent refuge à maints petits insectes. J’ai remarqué des pucerons noirs. Évidement, les araignées ne sont jamais loin. L’ ombre se fait vorace et impitoyable.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

C’est la loi du plus fort.  Une belle se multiplie avec enthousiasme: Serapias Vomeracea.  D’un seul individu il y a 4 ou 5 ans, le nombre atteint aujourd’hui la dizaine. Curiosité semblant me tirer la langue.  Son rouge sang est un théâtre où le drame joue à guichet ouvert…

Terminons le petit tour quotidien par ma jolie petite Ophrys apifera.

Je crains que cette année, elle ne soit la seule de sa fratrie à me sourire. Les deux plus anciennes, entre olivier et étendoir ont disparu. Deux « filles »  s’étaient installées de l’autre côté de cet arbre. Mais , à leur place,  règne le  vide herbeux et terreux. J’espère que celle-ci va  offrir  généreusement à mon petit univers ses graines minuscules…

J’aime sa bouille de lutin farceur.

MMR( tous droits réservés)

nota:

Plusieurs personnes m’ont dit:  » ce serait plus pratique si tu avais l’abonnement à la newletter! »

A droite de l’écran, on peut s’abonner en cliquant sur le flux rss des articles.

Merci 😉

8 mai 2011

Chenilles vertes

Quelques minutes au jardin….. Un plaisir inestimable. C’est comme se laver l’intérieur de la tête de ces pensées parasites qui nous usent à petit feu…

Aussi, chaque occasion est bonne de m’échapper, de contempler mes fleurs…. de découvrir un nouveau petit visiteur…

Mercredi, j’admirais la dernière fleur de ce bel iris abricot clair, au pied de l’arbre de Judée. Son merveilleux parfum était éclipsé par la violence poivrée des œillets mignardises. Une touffe  qui a doublé de volume depuis l’an dernier. Deux teintes mariées intimement. Lorsque j’avais repiqué ce pied, un autre, tout petit, était collé à lui.  Cela n’a pas eu l’air de les gêner beaucoup.

Je me penchais pour humer avec délice …. lorsque je m’aperçus que quelque chose clochait. Certains boutons semblaient vides. Plus rien. Un, deux, dix… j’en comptais une bonne quinzaine. Sacrilège! Un par -ci, un par- là, tant pis. Je comprends et admets que mes petits locataires aient besoin de vivre. Mais là, c’était un vrai carnage. Qui était le coupable! Non de non! Je cherchai et finis par trouver l’auteur de ce beau gâchis: une chenille verte. Une belle à la robe fluo, vaguement tachée et surlignée d’un peu de blanc. Sa teinte la dissimulait quasi parfaitement à l’oiseau fureteur. Cette demoiselle , bien grasse, bien nourrie, était sans pitié pour  mes œillets. Ils allaient tous y passer. A l’aide d’un brin d’herbe, je la forçai à lâcher prise. Puis lui offris une villégiature dans l’espace vert de l’autre côté de la rue. Elle pourra exercer librement sa voracité parmi les fleurs sauvages.

Après cette alerte, une inspection en règle s’imposait.  Bien m’en a pris. Je découvris une autre gloutonne. grrrrrrrrrrr!!! Celle-là se régalait des fines tiges du seul et unique pied de catananche qui  ait bien voulu survivre.

J’adore le bleu de cette fleur  , un peu sauvage. Cette photo a été prise l’an dernier. Les abeilles , les mouches et maints autres insectes appréciaient son pollen.  Ce qui, bien entendu, était un lieu idéal pour chasser.  Sous la douceur des pétales inférieurs, on peut apercevoir une araignée crabe. Je crois que c’est une Heriaeus .  Une redoutable prédatrice.

Après l’avoir récupérée à l’aide d’une brindille, j’emportais cette seconde chenille  et la déposais à une dizaine de mètres de la précédente.

Gros plan sur la tête de cette  jolie enquiquineuse. J’ai cherché à l’identifier. Peut-être une orthosia mais laquelle: incerta? Si quelqu’un peut me renseigner, merci par avance.

MMR ( tous droits réservés)

Powered by WordPress