Les voyages immobiles… … de Martine Madelaine-Richard

4 septembre 2020

Un criquet mystifié

Filed under: animaux, insectes... — Étiquettes : , , , , , — Martine @ 20 h 50 min

Le jour s’efface face à la nuit serpentine et doucereuse. Que cache-t-elle entre les plis de ses voiles rose thé; de sa cape gris souris soutaché de ténèbres ? Les martinets excités offrent un spectacle prodigieux de figures inédites. A son coucher, Phébus, créateur inspiré, joue lui aussi  sur les joues rebondies des nuages.  Ses jets de peinture bronze, violine, orange le disputent au bleu nuit de la Brune*.  L’heure théâtrale émet une vibration sourde et insolite  que percent gaiement les voltigeurs ailés.

Tel un romain de haut rang, ( un comble pour un criquet égyptien) Criquet dîne, étalé de tout son long sur son canapé. Cette couche shiso** est moelleuse, délicieusement parfumée. Quelle succulence! Criquet prend son temps, déguste, flegmatique, détaché de tout ce qui se passe autour de lui. Pourtant, ce jeune orthoptère devrait être plus attentif. L’appétissante couleur pourpre de sa salade cristallise des reflets bleu électrique.  Son costume vert fluo, si pimpant, pétille soudainement d’étincelles dorées, fuchsia, turquoise. Quelle dérision pour un insecte de sa caste! Imaginez! Comment séduire une jolie demoiselle criquet déguisée de la sorte?

L’insecte est complètement déconcerté. Que lui arrive-t’il? Peut-être a-t’il trop  abusé de cette plante qu’il découvre pour la première fois. Ses senteurs de basilic, cannelle et mélisse lui auront troublé la vision. Criquet contemple étonné la feuille à peine grignotée entre ses griffes. Celle-ci  semble moins bizarre qu’il y a une minute. Plus rouge que bleue. Ses pattes aussi retrouvent leur belle teinte de gazon printanier.  Aaaah!  Quel soulagement! Criquet reprend gaillardement son repas interrompu par l’étrange et le mystérieux. A l’horizon, ravi de sa farce, Phébus plonge et disparaît dans la nuit de juillet.

.

MMR ( tous droits réservés)

*Brune: autre nom de la nuit

**shiso ou persil japonais: plus d’infos  ICI   ;  des recettes  ICI

Merci beaucoup pour vos messages et commentaires laissés ici ou sur ma messagerie. Ils sont tous très appréciés et motivants.

3 mai 2020

Zéphyr

Filed under: au Jardin: fleurs, arbres...,Poèmes — Étiquettes : , , , , , , — Martine @ 3 h 54 min

Au soleil de mai

Sous un ciel bleu de mer

Une brise furtive

Glisse sur le jardin

Se coule, curieuse

Au pied de  l’olivier

Enjôle un œillet

Mignote une menthe.

Soudain

Ce souffle printanier

Cesse son errance

Sourit en découvrant

Un instrument à cordes.

Entre les boucles parme

Les volutes sucrées

Zéphyr joue

Facétieux

De la harpe glycine.

Clochettes légères

Grelots inaudibles

La liane s’abandonne

Amollie par Phébus

Au jeu du violoniste.

L’étrange musicien

Enlace et caresse.

Sa chanson  divine

Séduit le papillon

L’abeille et le bourdon

Un poète rêveur

L’amour en bas de soie.

.

MMR ( tous droits réservés)

 

9 février 2020

Les loirs

Filed under: animaux, insectes...,Poèmes — Étiquettes : , , , , — Martine @ 6 h 07 min

Le temps se vaporise

A l’or brûlant de Phébus.

 

Jadis et aujourd’hui

S’entrelacent, lascifs,

Sur le seuil érodé

D’une vieille bâtisse.

 

Ses murs blondis au feu

Des années affairées

Gardent l’irrévélé,

Un mariage poilu.

 

Dès que la nuit étend

Son énigme obscure

Une paire de loirs

Part écumer les ombres.

 

Sur le pont de la treille

Leur course ralentit

Volant quelques grains

Aux raisins rebondis.

 

Le fouet de leur famine

Galvanisant leur quête

Le couple cavale

Vers promesse de pommes.

.

MMR ( tous droits réservés)

7 janvier 2018

Juillet en ses atours

Là-haut

Phébus rit de tout son or.

La vie bruisse

La vie bourdonne

La vie vocalise.

Collerettes pétales

Offertes à tous les vents

Tiges à l’assaut du ciel

Vrilles virevoltantes

Juillet  en ses atours

Tangue et se trémousse.

La vie bruisse

La vie bourdonne

La vie vocalise

Lyrique

Peintre fou de couleurs

Nature s’emballe

Compose et recompose

Mille tableaux vivants

La vie bruisse

La vie bourdonne

La vie vocalise

L’amour

De cœur à cœur

Entrecroise ses feux

Danse une pavane

Roucoule ou rivalise

La vie bruisse

la vie bourdonne

La vie vocalise

.

MMR ( tous droits réservés

1- blackstonia perfoliata – chlore perfoliée ( petite gentiane jaune)

2- centaurium erythraea ( petite centaurée)

3- bellis perennis ( pâquerette vivace)

4- huppe fasciée

5- allium polyanthum ( poireau sauvage)

 

18 décembre 2016

Chaud

Filed under: Poèmes — Étiquettes : , , , , , , , , — Martine @ 7 h 04 min

Chaud,

Ce regard

Qui me suit,

Me saisit,

Me capture,

Caresse mordorée d’un automne rutilant.

Chaud,

Ce jour,

Au mois d’août,

Sur le sable,

Phoebus, maître de forge, transmute mon corps en cuivre.

Chaud,

Ce punch,

Cet alcool,

Ce cocktail,

Vibrante gorgée d’or pâle qui embrase mes joues.

Chaud,

Cet amour,

Cette passion,

Pour mon art,

La peinture,

Où mon âme exaltée flotte aux frontières du monde…

.

Voici un très vieux poème

Merci à toutes et tous pour vos visites et commentaires très très appréciés imag0403_v1

8 novembre 2015

A l’automne

Filed under: au Jardin: fleurs, arbres... — Étiquettes : , , , , , , , — Martine @ 6 h 20 min

IMG_0649_v1L’humide de la nuit satine le cotinus.

Son velours cramoisi craquant aux coutures

Cliquette le chant infime

De ses amours mortes,

Baisers pattes de mouche

Abeilles et papillons.

IMG_0768_v1

IMG_0786_v1IMG_0777_v1L’or et le bronze IMG_0699_v1IMG_0668_v1

Marient leur précieux

Aux nervures  harassées

Par l’automne lambinant…

Les minutes s’assoupissent,

Délayent leurs secondes

A la chaleur mielleuse

De Phébus bon enfant.

Parfois un voyageurIMG_0718_v1IMG_0747_v1

Pose là sa fatigue,

Glanant un brin de sucre

S’humecte la trompe,

Toilette ses antennes

Pour un nouveau départ.

.

MMR ( tous droits réservés)

Cliquez sur les photos pour agrandir svp, merci

Les héros de mon  jardin:

– un petit papillon que je n’ai pas réussi à identifier. Argus ou pas argus? Ailes mouchetées beige à l’extérieur et d’un superbe bleu lavande  à l’intérieur.  Au bas des ailes, pointe une sorte d’appendice très fin près de deux ocelles.  Vous avez les deux  faces de sa médaille.IMG_0768_v2

– Un vanesse ou belle dame sur le sol

– Un Vulcain dans l’arbousier

– Un criquet assez grand se relaxant sur mon trottoir. Ce serait un Aïolopus émeraudine.

Corrigez-moi si je fais erreur svp, merci.

………..

Merci à Lucie pour son renseignement:

Il s’agit du leptote pirithous- Azuré de Lang , appelé aussi Azuré de la luzerne.

Merci également  à tous mes visiteurs. Je répondrai petit à petit aux commentaires. quelle joie que de découvrir vos impressions

😉

25 janvier 2015

mon jardin d’hiver

Filed under: au Jardin: fleurs, arbres... — Étiquettes : , , , — Martine @ 5 h 47 min

IMG_0414_v1Certains matins

La nuit se cramponne à la Terre

Résiste des quatre fers.

Soleil

Parfois vaillant

A grands coups d’éperonsIMG_0404_v1

Déchire ses voiles

Dentelle de flammes

Ses ombres et ses regrets.

Tourterelle

Sur son arbre perché

Lance un coucou roucouIMG_2821_v1

Tremblotant et ténu.

Cristaux et diamants

Capturent la lumière

Parant de mille grâces IMG_2858_v1

Géranium rougissant.

Olivier, engourdi

Tend ses bras à Phébus

Mendiant un zeste d’or

Sur son argent transi.

Capricieux et fantasqueIMG_0064_v1

Là-haut, l’astre du jour

Un rien dur de la feuille

Inonde, chamarre

D’un monceau de jaunets

Petit jasmin, hilare

Qui rien ne demandait.

MMR ( tous droits réservés)

14 décembre 2014

Rouge au fil des saisons!

img_8459_v1Cliquez sur les photos pour agrandir svp, merci

Cerise , l’aurore

Carmin , le couchant

Lune dans l’un

L’eau dans l’autre

Sous entrelacs rougeoyants

Le Temps joue à cloche-pied

D’une soierie  à l’autre . IMG_3708_v1

Anémone, fard aux joues

Marivaude

Bat des étamines au premier bourdon

Tulipe

Pas en resteIMG_6130_v1

Flirte avec Phébus

Entre-ouvre son corset

Papillonne pétales

Crépite du satin .

« Belles! Oh mes belles!IMG_3545_v1

En vos atours surah*

Que vous êtes charmantes!

Comment résister

A l’appel de vos feux? »

Se dit criocère* affûtant mandibules .IMG_4970_v1

« En mai, fais ce qu’il te plaît »

Pivoine fait sienne la maxime

Froufroutant,  bouillonnant

Crinoline et dentelles .

IMG_7930_v1Au carré des douceurs

Fraise , collerette envolée

Perd taille de guêpe

Thésaurisant sucré ,

Vitamine son teint .

IMG_5564_v1Œillet

Ébouriffe ses crêtes

Mime un cocorico

Étourdissant juin

De tout son capiteux .

IMG_5868_v1Gaillarde

Sans épice

Pour contrer le gêneur ,

En appelle à ses sœurs

Lutines et purpurines

Les voici affolant cette fin de printemps .IMG_5714_v1

Coquelicot, mesdames,

Se gausse du raffut.

Voyez comme il  étale

Son velours débonnaire

Pour fraîche sauterelle .IMG_2852_v1

Été… automne…

Le mufle hivernal

Souffle et enchevêtre

Maints diamants fugaces

Aux rubis grenadine

Du tendre pittosporum.

.

MMR ( tous droits réservés)

* surah: soie

* criocère du lys: coléoptère  d’origine asiatique, ravageur redoutable des lys , ne dédaignant pas  à l’occasion  les fritillaires.

23 novembre 2014

A rebrousse Temps

Filed under: au Jardin: fleurs, arbres... — Étiquettes : , , , , , , , , — Martine @ 8 h 03 min

Avec cette exposition à préparer,IMG_5386_v1 je n’ai pas beaucoup profité de l’été ;  ainsi que de ce bel automne, si estival. Aussi, histoire de libérer ma frustration, je vais remonter le Temps . Le jardin était si beau!

Cliquez sur les photos pour agrandir svp, merci.

.

Un peu de poudre perlimpinpin

Plus de minutesIMG_5574_v1

Plus de secondes

Chutttt…

L’horloge ralentit

Aiguilles croisées sur son cœur assoupi, son tic-tac n’est plus qu’un murmure…

Le Passé, au présent, est une bulle  rêve doré

Sur un air de jasmin, la mouche bomIMG_6420_v1bille l’avide de sa faim

Soleil, ivre de lui-même, ouvre grand son intime

Or

Feu

Bronze

Éloquence incendiaire séduisant l’ouvrière  ou l’abeille sauvage.IMG_5186_v1

Indifférent aux mots de ce Phébus minus, Amour chorégraphie un pas de deux austère.  Oxythyrea funesta* s’aiment à la cosaque sous l’ombre impudique de l’arum virginal.

L’été en pente douce fredonne et bourdonne

Au pied du lilas, fané de trop me plaire

IMG_6765_v1Mille et un papillons ombre et lumière  caressent l’orbe soyeux de mes capucines

A rebrousse-Temps

Captant l’irréel pour en draper mon âme, je flemmarde et souris au songe vagabond…

MMR ( tous droits réservés)

* Oxythyrea funesta: coléoptère , cousin du cétoine doré.

29 juin 2014

Illusions entre rouge et vert…

Filed under: Les Passeurs de mots — Étiquettes : , , , , , , , , , — Martine @ 5 h 10 min

« Illusions, mirages » sont le thème de juin pour la communauté d’Evajoe, les Passeurs de mots.

.IMG_4056_v1

Ce matin, l’ombre mange-lumière s’étale, courtise le mystère.

Théâtre d’apparence, le jardin  lui ouvre grand ses branches, ses feuilles, la moindre de ses brindilles…

Ici, la Brune*, se retire à pas de loup, courbant à peine la tête face à Phébus impérialIMG_7706_v1

Poésie de l’instant

Clair-obscur rampant entre menthe poivrée et verveine citronnelle.

L’étrange bat la mesure de la course furtive du prince des tire-laine.

Pourquoi cette hâte, ce frémissement aux bouts des doigts?

Voyez-le palper le vide, les recoins moussus et herbeux où s’attarde la nuit.IMG_7858_v1

Pourquoi cette diligence à fureter partout, à renifler la piste dorée de quelques écus égarés? Mais voyons,  comme d’habitude, c’est la faute au lapin émeraude. Vous savez? Celui qui fume de l’herbe. Thym, sarriette, anis, tout lui est bon. Et bien sûr, les essences lui montent  à la tête. Il se met à flotter entre deux mondes de mirages parfumés. Toute la beauté cachée du cosmos lui apparaît comme vérité première. Diamants scintillant aux soies de l’attente araignée . Aigue-marine IMG_7640_v1flottant dans une flaque de ciel mélancolique. Émeraudes , jades, béryls, agates, perles… Un trésor est à trouver. Le vide-gousset, le roi de la cambriole, avide, aveuglé par la cupidité, est prêt à toutes les audaces. Même le gardien de la clef des champs ne l’impressionne pas.

Illusions entre rouge et vert…IMG_8186_v1

Mieux que le céladon, le rubis rehausserait le teint de

son Esméralda. Sur la carte des chimères, l’onyx d’une croix indique où creuser. Foulque a suivi à la lettre le dessin tracé à la va-vite par le longues oreilles  illuminé. Avant que Soleil  n’efface la piste trotte-menue, les stigmates  d’une terre bousculée, le désordre d’une cache feuilles mortes… le carambouilleur agreste flaire la bonne prise, le butin couleur succès….

MMR ( tous droits réservés)

* la brune: autre nom de la nuit

…………………………..

BLOG EN PAUSE

Older Posts »

Powered by WordPress